Législatives 2022 : le second tour sera "un référendum pour ou contre Macron", affirme Jérôme Guedj, candidat de la Nupes

Le candidat de la Nupes Jérôme Guedj est qualifié au second tour dans la 6e circonscription de l'Essonne avec plus de 38% des voix face à Amélie de Montchalin, la ministre de la Transition écologique.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jérôme Guedj, candidat de la Nupes dans la 6e circonscriptionde l'Essonne, le 20 juin 2017 à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

Le deuxième tour des élections législatives sera "un référendum pour ou contre Emmanuel Macron" qui a "chloroformé le scrutin" sans donner d'élément de son programme, estime Jérôme Guedj, après les résultats du premier tour de l'élection législatives qui voit la majorité présidentielle et la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (Nupes) être au coude-à-coude.

CARTE >> Législatives 2022 : découvrez l'intégralité des résultats du premier tour 

Jérôme Guedj, candidat de la Nupes, qualifié au second tour dans la 6e circonscription de l'Essonne, est en tête avec plus de 38% des voix face à la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin. Il assure ne pas avoir de "motivation personnelle" dans ce scrutin, même si avoir en face de lui une ministre qui incarne "le bilan d'Emmanuel Macron" est "quelque chose qui donne encore plus de relief à cette élection".

Pour Jérôme Guedj, l'enjeu est que la Nupes ait une majorité à l'Assemblée nationale pour que ce ne soit "pas seulement Mme de Montchalin qui quitte son poste, mais l'ensemble du gouvernement". L'Elysée avait indiqué que les ministres battus lors de ces législatives seraient contraints de quitter leur poste au gouvernement.

"Emmanuel Macron a tout fait pour endormir ce scrutin"

Ce deuxième tour est aussi, selon lui, "la possibilité d'avoir un programme qui a rallumé l'espérance à gauche" face à une campagne des législatives qu'il qualifie de "scandale démocratique". "Emmanuel Macron a tout fait pour endormir ce scrutin", estime-t-il, "sans donner aucun élément de son programme" pour "faire en sorte qu'il y ait une démobilisation des électeurs". Il ajoute enfin qu'Amélie de Montchalin n'a "pas voté pour elle" dimanche, car n'est pas inscrite dans la 6e circonscription de l'Essonne "puisqu'elle n'y a jamais vécu". "Elle a été parachutée dans cette circonscription il y a cinq ans", affirme-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité des Elections Législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.