Législatives 2017 : la débâcle au Front national

Outre le PS, le Front national a également subi de plein fouet la vague macroniste. France 2 fait le point.

FRANCE 2

Marine Le Pen confiante, mais à titre personnel. Elle pourrait être dimanche prochain l'un des très rares candidats du Front national élus députées. Envolé les rêves de former un groupe FN à l'Assemblée nationale, mais elle continue de faire campagne. "Nous avons été victimes de l'abstention", affirme-t-elle aux journalistes.

Moins cinq millions d'électeurs

Le FN a été victime d'une désertion visible dans les urnes. Entre le premier tour de la présidentielle et les législatives du dimanche 11 juin, le Front national a perdu presque cinq millions d'électeurs, une baisse de 61%. Pour ces électeurs de Carpentras (Vaucluse), fief du FN, le départ raté de l'entre-deux-tours a sans doute joué. Résultat, des piliers du parti comme Jean-Lin Lacapelle ou Nicolas Bay sont éliminés dès le premier tour. D'autres, comme Florian Philippot se retrouve en ballottage très défavorable. Mais certains cardes peuvent encore espérer l'emporter dimanche 18 juin, comme Louis Aliot, le sénateur de Marseille (Bouches-du-Rhône) Stéphane Ravier, l'ex-UMP Sébastien Chenu ou encore ce proche conseiller de Marine Le Pen, Bruno Bilde.

Le JT
Les autres sujets du JT
Marine Le Pen, le 11 juin 2017 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).
Marine Le Pen, le 11 juin 2017 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)