Elections législatives 2022 : une victoire de la Nupes "relèverait du prodige", estime un politologue

Pour le politologue Pascal Perrineau, le scénario d'une cohabitation est "improbable" mais la Nupes a toutes ses chances de s'imposer comme la principale force d'opposition à Emmanuel Macron. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Pour le politologue Pascal Perrineau, la Nupes peut devenir la principale force d'opposition à Emmanuel Macron. (CHRISTOPHE PETIT TESSON / MAXPPP)

"Décrocher la majorité aux élections législatives, quelques semaines après l’élection présidentielle, relèverait du prodige" pour la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes), a estimé ce samedi sur franceinfo le politologue Pascal Perrineau, alors que la Nupes a organisé sa convention d’investiture à Aubervilliers samedi 8 mai.

>> On vous explique tout sur la Nouvelle Union populaire écologique et sociale, conclue entre les principaux partis de gauche

franceinfo : Cette gauche unie, réunie au sein de la Nupes, a-t-elle les moyens de remporter les élections législatives ?

Décrocher la majorité aux élections législatives, quelques semaines après l’élection présidentielle, relèverait du prodige. Depuis la réforme du quinquennat au début des années 2000 et l'inversion du calendrier électoral, les élections législatives n’ont plus d'autonomie par rapport à l'élection présidentielle. Elles ont toujours été une pâle copie du rapport de force de la présidentielle. Parce que d'une part, les électorats des oppositions qui ont été battus lors de la présidentielle se démobilisent. Et d'autre part, les électeurs qui ont gagné, à savoir l'électorat du président de la République et les forces qui le soutiennent, sont davantage mobilisés. Il y a aussi, en général, un fort taux d'abstention. Donc les oppositions sont renvoyées à leur statut d'opposition. Et les Français n'ont pas envie, en quelques semaines, d'élire une majorité qui empêcherait le président - qu'ils ont choisi tout de même à 58% des suffrages exprimés - de gouverner.

franceinfo : Vous ne croyez donc pas à une cohabitation ?

Même s'il ne faut jamais dire "jamais" en matière politique, la situation d'une cohabitation est le scénario le plus improbable. Que ce soit pour la France insoumise, avec ses nouveaux alliés, ou que ce soit pour le Rassemblement national, dont il faut rappeler qu'il était la deuxième force avant la France insoumise. Donc, je ne crois pas à une majorité alternative. En revanche, on peut s'interroger sur le statut de la majorité de la République en marche - qui s'appelle désormais Renaissance - avec ses alliés. Parce que l'on peut avoir une majorité absolue pour le seul parti du président. Mais un autre scénario est possible : celui d'une majorité relative, qui entraînerait une cohabitation à l'intérieur des différentes forces qui soutiennent le président de la République.

franceinfo : La Nupes a cependant toutes les chances de s'imposer comme la principale force d'opposition ?

Bien sûr, il y a tout de même une alliance, alors que le Rassemblement national a refusé de s'allier avec Reconquête! et reste dans une position solitaire. Là, en effet, la France insoumise a décidé de s'allier avec le Parti socialiste, les écologistes et le Parti communiste. Ce ne sont certes pas des forces très importantes, mais il faut reconnaître que le patron de la France insoumise joue parfaitement l'agenda. Et je crois qu'il joue aussi ici la reconstitution de la gauche, peut-être pour la première fois de son histoire autour de sa force extrême, et non pas autour de sa force centrale qu'a été pendant longtemps le Parti socialiste.

franceinfo : Pensez-vous que cette union puisse survivre aux législatives ?

Elle sera fragile. Toutes les unions sont fragiles, mais celle-ci le sera particulièrement. J'écoutais en effet Jean-Luc Mélenchon vanter les charmes de l’union des socialistes, des écologistes, des communistes, des insoumis, des trotskistes et des anarchistes. C'est le mariage de la carpe et du lapin ! Avec d'un côté la carpe réformiste, typique de ce qui reste du Parti socialiste, et de l'autre le lapin révolutionnaire libertaire, c'est-à-dire les trotskistes, les anarchistes ou les 'insoumis'. Je pense que ce sera très difficile de les faire vivre ensemble.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité des Elections Législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.