Politique : Emmanuel Macron "n'est plus le seul à décider", selon Mathilde Panot, la présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale

"Maintenant l'Assemblée nationale n'est plus sa chambre d’enregistrement, ni son paillasson", a déclaré l'élue insoumise sur France 2 lundi matin.

Mathilde Panot, aujourd\'hui présidente du groupe La France insoumise à l\'Assemblée nationale, le 14 janvier 2022.
Mathilde Panot, aujourd'hui présidente du groupe La France insoumise à l'Assemblée nationale, le 14 janvier 2022. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"N'en déplaise à Monsieur Macron, il n'est plus le seul à décider." Sur France 2, lundi 27 juin, Mathilde Panot a voulu rappeler au président de la République qu'il devait désormais "faire avec une Assemblée nationale forte". Elle "n'est plus sa chambre d’enregistrement, ni son paillasson"a déclaré la nouvelle présidente du groupe LFI à l'Assemblée. Ce direct est maintenant terminé.

 Avec qui ? Sans qui ? Encore une semaine chargée pour Elisabeth Borne : la Première ministre doit sonder si un "accord de gouvernement" est possible avec certains membres des oppositions. Pour cela, elle va s'entretenir en ce sens avec les groupes parlementaires à partir de ce lundi 27 juin. Emmanuel Macron lui demande de former un "nouveau gouvernement d'action dans les premiers jours du mois de juillet".

 Emmanuel Macron écarte le RN et LFI du champ des partis de gouvernement. "Ce sera des communistes aux LR. Les Français ont accordé une légitimité aux députés RN et LFI et ces partis ont une formation politique. Je ne confonds pas les extrêmes mais, par leur expression, leur positionnement – j'ai toujours été clair sur ce sujet –, ces formations ne s'inscrivent pas comme des partis de gouvernement", a clarifié Emmanuel Macron dans cette même interview.

Semaine décisive à l'Assemblée nationale. Perchoir, commissions, questure... Les 577 députés doivent procéder à la répartition des postes-clés, de la présidence de l'Assemblée nationale aux présidences des huit commissions permanentes en passant par la questure, les six vice-présidences et les 12 postes de secrétaires qui composent le bureau, l'organe qui supervise le fonctionnement interne de l’institution.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

22h41 : Voici les contenus qu'il ne fallait pas manquer sur notre site aujourd'hui :

• Ce résumé du projet de loi "pouvoir d'achat" annoncé par le gouvernement.

• Cet article de Thibaud Le Meneec sur la manière dont les différents partis de la Nupes vont se coordonner à l'Assemblée nationale.

• Cet article d'Eloïse Bartoli sur Françoise Hohmann, le "fantôme" du procès de Jean-Marc Reiser.

20h20 : Sacha Houlié, Eric Woerth, Bérangère Couillard... Le groupe de la majorité présidentielle a dévoilé la liste de ses candidats pour les commissions et les délégations de l'Assemblée nationale. Vous la retrouverez dans cet article.

Le nouveau groupe Renaissance, à l'Assemblée nationale le 22 juin 2022. (ALAIN JOCARD / AFP)

(ALAIN JOCARD / AFP)

16h06 : Concernant les postes de questeurs, c'est Marie G qui a été élue par Renaissance à la tête du collège femmes. Pour ses homologues masculins, il y aura un second tour entre Guillaume GOUFFIER-C et . Pour le poste de secrétaire, Rémy R a remporté le scrutin.

16h06 : Enfin, il faudra un second tour pour savoir qui des députés du groupe Renaissance (ex-LREM), Thomas Gassilloud et Jean-Michel Jacques, briguera la commission de la défense nationale et des forces armées. Idem pour la présidence de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation, où Thomas C et Stella D briguent le poste de président.

16h06 : Pour la Commission des Affaires européennes, c'est Pieyre-Alexandre A qui a été investi par Renaissance. Bérangère C se présentera à la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. Enfin, la présidence de la délégation parlementaire aux Outre-mers sera briguée par Nicolas M.

16h04 : Pour la tête des Affaires économiques, c'est Guillaume K qui briguera le poste. Fadila K sera la candidate dU PARTI PRésidentiel à la présidence de la commission des affaires sociales. Jean-Marc Z se présentera à la Commission du Développement durable et aménagement du territoire. L'ex-vice président de l'Assemblée, Sacha Houlié, est lui investi par Renaissance pour tenter de prendre la tête de la commission des lois.

16h00 : On en sait un peu plus sur les postes que brigueront les députés du groupe Renaissance (ex-LREM) à l'Assemblée nationale.

14h18 : Voici le point sur l'actualité à 14 heures :

"Je ne suis pas un assassin." Au procès des attentats du 13-Novembre, Salah Abdeslam et ses co-accusés ont prononcé leurs derniers mots devant la Cour d'assises spéciale, à Paris. Le verdict est attendu mercredi soir.

• Réunis en sommet en Allemagne, les pays du G7 ont promis "de continuer à fournir un soutien financier, humanitaire, militaire et diplomatique" à l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra". De son côté, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a demandé aux dirigeants du G7 "à faire le maximum" pour mettre un terme à la guerre.

"Il y a une urgence telle que tout ce qu'on met en œuvre doit être tourné vers l'intérêt général", a alerté le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Il a appelé tous les citoyens à se mobiliser pour préserver la santé menacée des océans et éviter des conséquences du changement climatique catastrophiques pour l'environnement et l'humanité.


• Sonder si un "accord de gouvernement" est possible : la nouvelle mission confiée par Emmanuel Macron à Elisabeth Borne pour la semaine s'annonce ardue. Suivez l'avancée des tractations en direct avec nous.

12h08 : Voici le point sur l'actualité à midi :

Fin d'une audience-fleuve, après dix mois de débats. Au procès des attentats du 13-Novembre, la cour d'assises spéciale de Paris est partie délibérer après avoir donné une dernière fois la parole aux accusés. Le verdict est attendu mercredi soir.

• Sonder si un "accord de gouvernement" est possible : la nouvelle mission confiée par Emmanuel Macron à Elisabeth Borne pour la semaine s'annonce ardue. Suivez l'avancée des tractations en direct avec nous.

• Réunis en sommet en Allemagne, les pays du G7 veulent serrer encore l'étau économique contre la Russie, en réfléchissant en particulier à un "mécanisme pour plafonner au niveau mondial le prix du pétrole russe", selon la Maison Blanche.

• Un adolescent de 15 ans a été tué par balles hier soir dans un quartier pauvre d'Arles (Bouches-du-Rhône), connu pour son trafic de stupéfiants.

11h53 : Battu par le candidat Renaissance Anthony Brosse par 11 voix dans la 5e circonscription du Loiret, Valentin Manent (Rassemblement national) a déposé un recours pour faire annuler le scrutin, rapporte France 3 Centre-Val de Loire. Ce dernier dit avoir envoyé son recours au Conseil constitutionnel après avoir décelé "des erreurs humaines" lors du vote.

10h59 : "Ce n'est pas du tout à l'ordre du jour que nous participions à un tel gouvernement."

Invité de CNews ce matin, le communiste Fabien Roussel a tenu à clarifier sa position, alors que les critiques se multiplient à gauche sur sa stratégie de démarquage vis-à-vis de la Nupes.

10h01 : "Des dépenses supplémentaires de l'ordre de 20 ou de 25 milliards d'euros sur le carburant comme le proposent certaines formations politiques sont trop coûteuses, ou alors il faudra renoncer à d'autres choses", a encore estimé Bruno Le Maire. Pour justifier cette position, le ministre évoque "les conditions de financement" des réformes qui "ont changé". Aujourd'hui, la France emprunte "à plus de 2%" d'intérêts pour financer les dépenses publiques, quand elle le faisait encore récemment à taux négatif ou très faibles, a-t-il encore avancé.

10h00 : A l'image de Thierry Breton sur franceinfo, Bruno Le Maire a alerté ce matin sur la situation des comptes publics de la France. "Tout n'est pas possible, tout simplement parce que nous avons atteint la cote d'alerte sur les finances publiques", a affirmé le ministre de l'Economie sur RMC.

09h41 : "Nous avons été très clairs : pas de coalition"

Invitée sur franceinfo, Valérie Rabault réaffirme son opposition à une coalition gouvernementale avec la majorité présidentielle. L'ancienne présidente du groupe PS à l'Assemblée ne ferme toutefois pas la porte à des négociations selon les projets de loi.

09h09 : Voici le point sur l'actualité :

• Volodymyr Zelensky doit s'exprimer par visioconférence en milieu de matinée devant les dirigeants du G7 réunis en Allemagne. Le président ukrainien devrait en profiter pour réclamer davantage d'armes pour son pays et un nouveau renforcement des sanctions occidentales contre Moscou.

• Les quatorze accusés du procès des attentats du 13-Novembre présents devant la cour d'assises spéciale de Paris disposent d'une dernière occasion de s'exprimer aujourd'hui. Les juges professionnels entameront ensuite leur délibéré et devraient rendre leur verdict mercredi soir.

• La semaine s'annonce chargée pour Elisabeth Borne, qui doit sonder si un "accord de gouvernement" est possible avec certains membres des oppositions. La Première ministre doit s'entretenir en ce sens avec les groupes parlementaires à partir d'aujourd'hui.

• Les syndicats de chauffeurs routiers appellent au blocage de toutes les zones industrielles de France, ce matin, pour réclamer des négociations sur des hausses de salaires.

08h43 : "Il faut que M. Macron accepte de changer son projet", explique @jf_cope pour qu'il puisse y avoir un pacte de gouvernement #le79inter https://t.co/0pjVLUwP9x

08h42 : "On est dans un blocage total" du pays, s'inquiète Jean-François Copé. Invité de France Inter ce matin, le maire LR de Meaux redoute que les consultations menées par l'exécutif n'aboutissent pas. "Il y a lieu de s'inquiéter énormément", redoute l'ancien patron des Républicains.

08h06 : Parmi les mesures attendues : la revalorisation de 4% des pensions de retraites et des minimas sociaux, le dégel du point d'indice des fonctionnaires, la création d'un nouveau chèque inflation à la place du chèque alimentaire initialement promis, la poursuite du bouclier tarifaire sur l'énergie, la prolongation de la remise de 18 centimes par litre de carburant, mais aussi la suppression de la redevance télé. Mathilde Goupil et Antoine Comte se penchent sur la première épreuve de l'exécutif pour ce nouveau quinquennat.

08h27 : Alors que le gouvernement ne dispose pas de la majorité absolue au Palais-Bourbon, les députés doivent examiner, à partir du 18 juillet, le très attendu texte de soutien au pouvoir d'achat, et le projet de loi de finances rectificative.

07h32 : Après un sprint de campagne plutôt réussi, la Nupes va-t-elle tenir le marathon du quinquennat ? Les représentants des "insoumis", des socialistes, des communistes et des écologistes affichent leur unité dans un paysage parlementaire chamboulé. Mais l'articulation de ces forces diverses à l'Assemblée n'a rien d'évident, analyse notre journaliste Thibaud Le Meneec dans un article.




(JULIEN DE ROSA / AFP)

08h03 : Bonjour @Soignante. Détrompez-vous : le portefeuille de la Santé est toujours occupé par Brigitte Bourguignon. Battue lors des élections législatives comme sa collègue de la Transition écologique, Amélie de Montchalin, et la secrétaire d'Etat à la Mer, Justine Benin, elle devra toutefois quitter son poste lors du prochain remaniement, attendu en fin de semaine. Ce sera également le moment pour l'exécutif d'attribuer le portefeuille du Logement et celui des Outre-Mer, officiellement abandonné ce week-end par Yaël Braun-Pivet, qui brigue la présidence de l'Assemblée.

08h02 : Bonjour. Est-ce la première fois que nous n'avons plus de ministre de la Santé en France ?

06h59 : "Sortir de l'impasse" pour Le Parisien, "sauver le quinquennat" pour L'Opinion... L'enjeu de la semaine politique qui s'ouvre fait la une de nombreux quotidiens ce matin.





06h27 : Une semaine très politique s'ouvre. Elisabeth Borne doit s'entretenir avec les groupes parlementaires pour tenter de définir les contours d'une majorité, tandis que l'Assemblée nationale va débuter ses travaux. Les parlementaires devront notamment élire demain le président de l'Assemblée, et officialiser la composition des groupes le lendemain. Jeudi, les nouveaux élus intégreront les différentes commissions permanentes de l'Assemblée, dont la fameuse commission des Finances, qui sera particulièrement observée. Le Monde récapitule les grands rendez-vous à venir.

06h05 : On commence sans plus tarder par le premier point sur l'actualité de la journée :

Volodymyr Zelensky doit s'exprimer par visioconférence en milieu de matinée devant les dirigeants du G7 réunis en Allemagne. Le président ukrainien devrait en profiter pour réclamer davantage d'armes pour son pays et un nouveau renforcement des sanctions occidentales contre Moscou.

Les quatorze accusés du procès des attentats du 13-Novembre présents devant la cour d'assises spéciale de Paris disposent d'une dernière occasion de s'exprimer aujourd'hui. Les juges professionnels entameront ensuite leur délibéré et devraient rendre leur verdict mercredi soir.

La semaine s'annonce chargée pour Elisabeth Borne, qui doit sonder si un "accord de gouvernement" est possible avec certains membres des oppositions. La Première ministre doit s'entretenir en ce sens avec les groupes parlementaires à partir d'aujourd'hui.

• Les syndicats de chauffeurs routiers appellent au blocage de toutes les zones industrielles de France, ce matin, pour réclamer des négociations sur des hausses de salaires.