DIRECT. Législatives : situation "totalement pacifiée" entre Philippe et Bayrou, assure Castaner

Retrouvez toutes les dernières informations de la campagne d'entre-deux-tours dans notre direct.

Edouard Philippe et François Bayrou, le 31 mai 2017 à la sortie de l\'Elysée. 
Edouard Philippe et François Bayrou, le 31 mai 2017 à la sortie de l'Elysée.  (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Alors que le premier député de la République en marche (LREM) a fait ses premiers pas à l'Assemblée nationale, la campagne bat son plein avant le second tour des élections législatives. Retrouvez les dernières informations dans notre direct, mercredi 14 juin. 

"Pas de tension particulière." "Aujourd'hui, la situation est à mon sens totalement pacifiée, il n'y a pas de tension particulière à l'heure qu'il est, il n'y a eu aucun échange particulier qui pourrait faire état d'une tension", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, lors du compte-rendu du Conseil des ministres.

Le PCF soutient Najat Vallaud-Belkacem. Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, a appelé à voter pour l'ancienne ministre de l'Education dans la sixième circonscription du Rhône, face au "candidat de la finance" de La République en marche, Bruno Bonnell.

 Benoît Hamon soutient "sans hésiter" Farida Amrani. Il s'agit de la candidate de La France insoumise, opposée au second tour des législatives à Manuel Valls dans la première circonscription de l'Essonne.

Législatives : chômage, retraite... A quoi ont droit les députés sortants ? La réponse dans cet article.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #LEGISLATIVES

22h38 : Vous venez seulement d'ouvrir notre application ou de consulter notre site ? N'allez pas vous coucher sans avoir lu nos articles suivants :

• Ilan Caro et Clément Parrot vous détaillent comment une trentaine de parlementaires s'apprêtent à constituer un groupe En marche ! au Sénat.


Anne Brigaudeau résume l'affaire Grégory en cinq dates.


Pierre Godon vous explique comment Hollywood est devenu maître de l'"univers" (et du box-office).

18h50 : Selon les informations de franceinfo, l'ancien socialiste François Patriat est à la manœuvre et s'active avec son équipe pour réunir un maximum de sénateurs dans ce nouveau groupe politique.

18h49 : C'est une info franceinfo. Une trentaine de parlementaires s'apprêtent à constituer un groupe En marche ! au Sénat. Les tractations sont toujours en cours pour faire grossir leurs rangs, mais une trentaine de sénateurs devraient bientôt annoncer la constitution d'un groupe pour soutenir l'action d'Emmanuel Macron.

17h23 : Ne généralisez pas. Dans beaucoup de départements (Isère, Savoie, Vosges), des débats sont organisés, notamment par France 3 avec des candidats de LREM y compris contre des candidats FN.

17h18 : En effet, @bourfoin, dans plusieurs circonscriptions, les candidats de La République en marche ont décidé de ne pas participer à un débat d'entre-deux-tours. Mes confrères Marie-Violette Bernard et Thomas Baïetto les ont appelé pour connaître les raisons de ce refus. Leurs réponses figurent dans cet article, publié ce matin.

Le plateau du débat d\'entre-deux-tours entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le 2 mai 2017 à La Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).(ERIC FEFERBERG / AFP)

17h14 : Pourquoi pas de débat entre les deux tours des législatives ?

17h12 : Après un premier tour réussi, les nationalistes corses sont bien partis pour envoyer leurs premiers députés à l'Assemblée nationale. Et ils comptent bien en profiter pour faire avancer leurs revendications. "Si on vient à l'Assemblée, c'est avec tout ce qu'il y a derrière, nos 50 ans de combat politique et un fait démocratique depuis 2015. Il faudra que le sens de ce message soit pris à sa juste mesure", m'a confié l'un d'eux.




(PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

13h07 : Bayrou fait face à de nouvelles révélations, Valls se trouve des soutiens communistes, des candidats LREM refusent le débat...Chaque jour, franceinfo vous résume ce qu'il ne faut pas rater des élections législatives. Voici l'essentiel ce ce qu'il faut retenir aujourd'hui, dans notre newsletter.


Le ministre de la Justice François Bayrou, le 1er juin 2017, lors d\'une conférence de presse pour présenter sa loi de moralisation de la vie publique. (JACQUES WITT / SIPA)

12h14 : Vous avez du mal à comprendre le dernier éléments de l'affaire des assistants parlementaires du MoDem ? Nous faisons le point sur les dernières révélations du Canard enchaîné dans cet article.



(DENIS CHARLET / AFP)

11h45 : Notre président actuel, Emmanuel Macron ^^

11h48 : Corbières

11h44 : Barouin

11h44 : Melenchon

11h44 : Manuel Valls ?

11h42 : Etrangement, c'est Emmanuel Macron!

11h42 : Macron Macron

11h42 : François Bayrou

11h42 : Voici une petite question. Selon vous, qui a dit : "Est-ce que quelqu'un peut penser raisonnablement, qu'élu président, il aura une majorité présidentielle uniquement avec son parti ? (...) Cela n'est pas possible, mais ça n'est pas souhaitable parce que ce serait un hold-up" ? Je vous laisse quelques minutes pour y répondre dans les commentaires.

11h33 : "J'ai entendu 1 000 fois cette promesse faite aux Français et elle n'a jamais été respectée. C'est quoi une dose de proportionnelle ?"

Invitée sur Europe 1, Marine Le Pen est revenue sur la promesse faite par le gouvernement d'introduire une part de proportionnelle dans les prochaines élections. "Il faut une proportionnelle intégrale, quitte à mettre une prime au mouvement politique arrivé en tête pour assurer une stabilité", a-t-elle prôné.

10h55 : c'est suréaliste... croit-il qu'il va trouver un électeur pour le plaindre ? c'est honteux de sa part...

10h55 : Hooooo.... le pauvre.... Vite, organisons un deputethon !!!

10h55 : Dur retour à la réalité !

10h55 : Bonjour Franceinfo!Monsieur Lamy,vous inquiétiez-vous de la situation de tous ces malheureux Français qui se trouvaient sans emploi à 57 ans quand vous faisiez partie de la vie politique?Ne vous plaignez pas,auez quelque peu la pudeur de garder silenc car vos indemnités de chômage sont très élevées...et payées par nos impôts,quant à votre retraite de parlementaire peut vous faire vivre très confortablement...

10h55 : Dans les commentaires vous êtes très nombreux à réagir négativement aux propos de François Lamy. Battu dès le premier tour des législatives, l'ancien député PS a lancé, ce matin : "Je n'ai plus de travail, je vais tâcher d'en trouver un, ce n'est pas forcément la chose la plus évidente quand on a 57 ans".

10h26 : "Je n'ai plus de travail, je vais tâcher d'en trouver un, ce n'est pas forcément la chose la plus évidente quand on a 57 ans", a expliqué François Lamy, invité des "4 vérités" sur France 2. L'ancien ministre de François Hollande et député PS a été sèchement battu au premier tour des législatives.


09h56 : Second recadrage pour François Bayrou. Après celui du Premier ministre, celui du porte-parole du gouvernement."Quand on devient ministre, notre parole nous oblige beaucoup plus", a rappelé Christophe Castaner, invité de BFMTV.

09h32 : Ces derniers jours, plusieurs candidats de La République en marche ont refusé la proposition de leur adversaire de débattre avant le second tour. Avec ma collègue Marie-Violette Bernard, nous leur avons demandé pourquoi. Voici leurs explications.




(ERIC FEFERBERG / AFP)

08h47 : François Bayou ne compte pas se taire, malgré le recadrage de son Premier ministre. Le garde des Sceaux a affirmé, sur RTL, ce matin, "qu"il faut de la liberté de parole", après son appel à un journaliste de Radio France, pour se plaindre d'une enquête sur le MoDem.

08h32 : "Je n'ai plus de travail, je vais tâcher d'en trouver un, ce n'est pas la chose la plus évidente à 57 ans." Fançois Lamy, ancien ministre délégué à la Ville, était l'invité de France 2 ce matin. Il est revenu sur sa cuisante défaite au premier tour des législatives, dans la 1ère circonscription de Lille.

08h26 : François Bayrou est sur tous les fronts ce matin. En plus de son interview sur RTL, le garde des Sceaux s'exprime dans le Monde (article payant). "Je ne suis pas devenu muet en entrant place Vendôme. Je n'ai pas l'intention de me mettre un bâillon, ni de devenir d'un coup inodore, incolore et sans saveur", affirme-t-il, en réponse à Edouard Philippe qui avait affirmé que François Bayrou n'aurait pas dû appeler les journalistes de Radio France pour se plaindre de l'enquête.

08h26 : "Il y a eu des temps partiels. Des personnes travaillant en tant qu'assistants des parlementaires européens et qui, le reste du temps, travaillaient dans notre formation. Ils étaient payés en fonction", se justifie François Bayrou.

08h26 : Y a-t-il eu des assistants rémunérés par le Parlement européen alors qu'il travaillaient pour le MoDem ? "En aucune manière, ça n'a jamais existé", assure François Bayrou.


08h27 : Si vous n'avez pas suivi cet épisode que certains qualifient de premier "couac" du gouvernement, je vous invite à lire notre article sur le sujet.

08h26 : "Edouard Philippe a dit quelque chose que je considère comme absolument juste, j'ai dit quelque chose que je considère d'absolument juste. Je ne vois aucune contradiction."

Le garde des Sceaux est, en ce moment, l'invité de RTL. Il réagit au recadrage qu'il a subi de la part du Premier ministre, en bottant en touche.

08h27 : Nous vous le disions hier soir : le Canard enchaîné jette l'opprobre sur François Bayrou. Le journal s'intéresse aux activités de Karine Aouadj, assistante parlementaire locale de la députée européenne Marielle de Sarnez, depuis 2010. La moitié puis les deux tiers de sa rémunération ont dès lors été réglés par le Parlement européen, le reste par le MoDem.

Mais, d'après des sources au sein de l'entourage de François Bayrou citées par le Canard, elle était "collaboratrice personnelle de François Bayrou" jusqu'en 2014 et "n'a jamais travaillé pour l'Europe".