Jean-Luc Mélenchon accuse Emmanuel Macron de "dissoudre la réalité du vote" en appelant les oppositions au compromis

Le leader de La France insoumise a de nouveau appelé la Première ministre Elisabeth Borne à "solliciter la confiance de l'Assemblée", au sein de laquelle Emmanuel Macron a perdu sa majorité parlementaire à l'issue des élections législatives.

Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise, 19 juin 2022.
Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise, 19 juin 2022. (BERTRAND GUAY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Jean-Luc Mélenchon a qualifié d'"absolument vain" l'appel au compromis passé par Emmanuel Macron lors de son allocution, mercredi 22 juin. Selon le leader de La France insoumise, cette demande revient à "essayer de dissoudre la réalité du vote" des élections législatives, qui ont retiré la majorité absolue au camp présidentiel. Le président a été "élu en avril parce qu'une majorité ne voulait pas que l'extrême droite préside notre République" mais il n'a pas reçu un "mandat clair" du pays, a martelé Jean-Luc Mélenchon, qui a de nouveau appelé la Première ministre Elisabeth Borne à "se présenter devant l'Assemblée nationale, présenter un programme d'action et solliciter la confiance de l'Assemblée"Ce direct est maintenant terminé.

Yaël Braun-Pivet choisie par la majorité présidentielle pour candidater à la présidence de l'Assemblée nationale. L'actuelle ministre des Outre-mer et députée des Yvelines pourrait être la première femme à occuper ce poste. Elle a été choisie lors d'un premier scrutin organisé parmi les députés de Renaissance (ex-LREM), du MoDem et de Horizons avec 105 voix, contre 85 voix pour Roland Lescure. Chaque groupe parlementaire peut présenter un candidat au perchoir, mais c'est habituellement le candidat du groupe majoritaire qui l'emporte.

Emmanuel Macron écarte l'idée d'un gouvernement d'union nationale et appelle les autres partis à dire "jusqu'où ils sont prêts à aller" pour coopérer. Privé de sa majorité absolue à l'Assemblée nationale, le président a reconnu lors d'une courte allocution le besoin d'"apprendre à gouverner et légiférer différemment". Jugeant l'hypothèse d'un gouvernement d'union nationale "pas justifiée à ce jour", il a appelé les partis d'opposition à "dire en toute transparence jusqu'où ils sont prêts à aller" pour "bâtir des compromis" avec la majorité présidentielle.

Les présidents de groupes élus les uns après les autres. Elle partait grande favorite : la députée des Yvelines Aurore Bergé a été élue à la tête du groupe parlementaire Renaissance (ex-LREM). Le député d'Eure-et-Loir, Olivier Marleix, a lui été choisi à la tête du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale. Jean-Paul Mattei, 68 ans, proche de François Bayrou et implanté dans son ancienne circonscription des Pyrénées-Atlantiques, a pour sa part été élu patron des députés MoDem. Quant à André Chassaigne, il a été reconduit à 71 ans à la tête du groupe de la Gauche démocrate et républicaine à l'Assemblée nationale, qui compte 12 communistes et six élus ultramarins.

Emmanuel Macron a échangé avec l'élu LFI Adrien Quatennens. Le numéro deux de La France insoumise a averti mercredi que son parti n'était "candidat à aucune combine ou à aucune participation à un gouvernement avec le président de la République". Adrien Quatennens a aussi affirmé avoir questionné le président de la République sur les déclarations récentes de figures de la majorité, renvoyant dos à dos La France insoumise et le Rassemblement national. Selon le député LFI, Emmanuel Macron a confirmé qu'il plaçait La France insoumise "dans le champ républicain". 

Plusieurs partis répètent leur opposition à un gouvernement d'union avec Renaissance. Interrogé par Emmanuel Macron pour savoir "si un gouvernement d'union nationale était une solution", Fabien Roussel affirme avoir "dit non". "J'ai tout de suite dit au président : 'il y a un tel climat de défiance à votre encontre que ce n'est pas envisageable'", a déclaré le leader du PCF mardi soir. Invité sur France Inter, le président des Républicains, Christian Jacob, a également répondu : "Ceux qui nous ont fait confiance ne nous ont pas élus pour être dans le gouvernement d'Emmanuel Macron".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

23h17 : "Il va falloir que l'on apprenne à travailler différemment, à travailler texte de loi par texte de loi pour aboutir à une majorité sur chaque projet de loi."

Le député LR, appelle à "écouter les idées des uns et des autres" sur chaque projet de loi "si l'exécutif veut les faire passer". "On n'a pas vocation à bloquer le pays, les Français ne nous le pardonneraient pas, mais des élus qui ne vont pas se compromettre", a assuré Ian Boucard, interrogé par franceinfo, après l'intervention du président de la République.

23h13 : "Le chef de l'Etat est dans l'impasse et veut maintenir coûte que coûte un projet qui est minoritaire", a réagi sur franceinfo le député de La France insoumise Eric Coquerel, après l'appel d'Emmanuel Macron à la coopération des partis de l'opposition. "Si d'aventure le chef de l'Etat était touché par la grâce et qu'il acceptait le SMIC à 1 500 euros, la retraite à 60 ans, un revenu minimum pour les jeunes à 1 063 euros, alors dans ce cas-là, il n'y aurait pas de raison de ne pas voter pour", a-t-il ajouté.

23h48 : Voici un nouveau point sur l'actualité de cette soirée :

Emmanuel Macron s'est exprimé à 20 heures depuis l'Elysée. Dans une brève allocution, il a écarté l'idée d'un gouvernement d'union nationale et a appelé les partis de l'opposition à dire "jusqu'où ils sont prêts à aller" pour coopérer. La réponse des intéressés ne s'est pas faite attendre.

• Yaël Braun-Pivet sera la candidate de la majorité présidentielle pour la présidence de l'Assemblée nationale. L'actuelle ministre des Outre-mer a été élue par les députés de son camp politique, en début de soirée, à l'issue d'un scrutin à deux tours. Suivez notre direct.

Le paléontologue français Yves Coppens, qui a collaboré à la découverte de l'australopithèque Lucy, est mort à l'âge de 87 ans.

Léon Marchand poursuit sa formidable moisson en Hongrie ! Le Français a été sacré champion du monde du 200 mètres 4 nages aux Mondiaux de Budapest. C'est sa troisième médaille lors de ces championnats du monde après l'or du 400 m 4 nages et l'argent du 200 m papillon.

22h24 : C'est la première fois que l'arrogance d'Emmanuel Macron marque un peu le pas : ce changement vient du peuple, qui en a fait un président minoritaire. Notre groupe puissant à l'Assemblée sera ferme mais constructif, avec pour seule boussole l'intérêt de la France et des Français.

22h24 : Il n’y a pas d’alternative aux dialogue et respect évoqués par le Président. Mais il ne peut y avoir de chèque en blanc de surcroît sur un projet peu clair. La semaine prochaine les députés @lesRepublicains feront des propositions sur le pouvoir d’achat.

22h23 : Non le PR n’a pas compris les Français. Non il n’a pas été élu sur un « projet clair » mais pour faire barrage au RN. Non les formations politiques n’ont pas à lui répondre jusqu’où elles sont prêtes à aller pour lui donner un chèque en blanc. #Macron20h

22h22 : Macron met aux défis les groupes politiques : « voterez-vous mes lois ? »Il n’a pas compris que l’ère du Parlement chambre d’enregistrement est révolue. Il convient de lui retourner la question : et vous, ferez-vous voter les propositions de loi de l’opposition ? #Macron20h

22h20 : Dans son allocution, Emmanuel macron a appelé les autres partis à dire "jusqu'où ils sont prêts à aller" pour coopérer. Les politiques de tous bords se sont empressés de lui répondre. D'Adrien Quatennens (LFI), à Olivier Marteix, nouveau président du groupe LR à l'Assemblée nationale, en passant par le socialiste Olivier Faure et Jordan Bardella, du Rassemblement national... Voici les réponses apportées par l'opposition.

21h58 : "Faut-il rappeler à ce président (...) que les électeurs ont fait évoluer le système politique vers une 'parlementarisation' qui l’oblige désormais à considérer enfin l’existence de l’opposition."

Au tour de la présidente du groupe des députés du Rassemblement national de réagir aux propos d'Emmanuel Macron. Lui qui voulait savoir jusqu'où les autres partis étaient prêts à aller dans la coopération a obtenu la réponse du RN : "les 89 députés du Rassemblement National, élus de conviction, n’entreront jamais dans une coalition macroniste pour mettre en œuvre des orientations qu’ils entendent combattre", a fait savoir Marine Le Pen.

21h52 : Réagissant immédiatement après l'intervention d'Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon a par ailleurs exigé que la Première ministre, Elisabeth Borne, se soumette à un vote de confiance à l'Assemblée nationale, forte d'une "légitimité" plus forte selon lui que celle du président.

21h51 : "Il est absolument vain d'essayer de dissoudre la réalité du vote en l'enfumant de considérations et d'appels de toutes sortes qui n'ont pas de sens".

Le chef de la gauche a réagi aux appels d'Emmanuel Macron en direction de l'opposition. Le président a été "élu en avril parce qu'une majorité ne voulait pas que l'extrême droite préside notre République", mais il n'a pas reçu un "mandat clair" du pays, a réitéré Jean-Luc Mélenchon.

21h45 : Elisabeth Borne a appelé les députés à "dépasser nos cadres habituels", pour rassembler au-delà de la majorité. "Il nous faut trouver ensemble les moyens de garantir la stabilité et de mener les réformes nécessaires", a encore dit la cheffe du gouvernement aux parlementaires.

21h44 : "La situation est sans précédent sous la Vème République et nous devons la regarder en face", a déclaré la Première ministre ce soir face aux députés de la majorité.

21h47 : Après la prise de parole du président de la République, la Première ministre, Elisabeth Borne, s'est exprimé devant les députés de la majorité lors d'une réunion de groupe. "Il nous faut trouver ensemble les moyens de garantir la stabilité et de mener les réformes nécessaires", a-t-elle déclaré, selon son entourage, cité par notre journaliste Margaux Duguet, sur Twitter.

21h41 : Et si vous avez raté l'allocution d'Emmanuel Macron, la voici dans son intégralité.

21h40 : Privé d'une majorité absolue à l'Assemblée, Emmanuel Macron considère qu'il faut "apprendre à gouverner et légiférer différemment" et "bâtir des compromis". Voici ce qu'il faut retenir de l'allocution du chef de l'Etat de ce soir.

21h08 : Bonsoir @Etienne.Si Yaël Braun-Pivet, candidate de la majorité présidentielle à la présidence de l'Assemblée nationale, est élue le 28 juin, elle deviendra en effet la première femme à occuper ce rôle. Mais ce ne sera pas la première fois qu'une femme se trouve sur le perchoir, puisque certaines séances sont présidées par les vice-présidents de l'Assemblée nationale. Or, lors de la précédente mandature par exemple, deux élues figuraient parmi les six vice-présidents de l'Assemblée : Annie Genevard (qui présente d'ailleurs sa candidature face à Yaël Braun-Pivet) et Laetitia Saint-Paul.

21h02 : Enfin une femme au perchoir ? C'est une première ?

20h50 : En léger décalage sur le planning habituel pour cause d'allocution présidentielle, voici un point sur l'actu :

Emmanuel Macron s'est exprimé à 20 heures depuis l'Elysée. Dans une brève allocution, il a écarté l'idée d'un gouvernement d'union nationale et a appellé les autres partis à dire "jusqu'où ils sont prêts à aller" pour coopérer. Suivez notre direct.

• Yaël Braun-Pivet sera la candidate de la majorité présidentielle pour la présidence de l'Assemblée nationale. L'actuelle ministre des Outre-mer a été élue par les députés de son camp politique, en début de soirée, à l'issue d'un scrutin à deux tours.


Le paléontologue français Yves Coppens, qui a collaboré à la découverte de l'australopithèque Lucy, est mort à l'âge de 87 ans.

#ZACHAROPOULOU Une enquête a été ouverte contre la secrétaire d'Etat Chrysoula Zacharopoulou après deux plaintes pour viols, dans le cadre de ses fonctions de gynécologue.


Léon Marchand poursuit sa formidable moisson en Hongrie ! Le Français a été sacré champion du monde du 200 mètres 4 nages aux Mondiaux de Budapest. C'est sa troisième médaille lors de ces championnats du monde après l'or du 400 m 4 nages et l'argent du 200 m papillon.

20h47 : Bonsoir @maths. Les chiffres vous donnent raison mais, dans les faits, on imagine difficilement un candidat ou une candidate d'un des partis de l'opposition obtenir une majorité lors de ce scrutin.

20h35 : Raison mathématique évidente quand la majorité est absolue. Avec une relative, il n'y a plus d'évidence...

20h29 : Yaël Braun-Pivet l'a emporté avec 105 voix, contre 85 voix pour Roland Lescure. Elle devrait logiquement devenir la première femme à occuper le perchoir dans l'hémicycle du Palais-Bourbon puisque c'est traditionnellement un élu de la majorité, même relative, qui l'emporte (pour une raison mathématique évidente). L'élection se tiendra le 28 juin.

20h22 : Yaël Braun-Pivet sera la candidate de la majorité présidentielle à l'élection à la présidence de l'Assemblée nationale. L'actuelle ministre des Outre-mer a été élue par les députés de son camp politique, en début de soirée, à l'issue d'un scrutin à deux tours.

20h36 : Que retenir de cette allocution ? Emmanuel Macron a écarté l'hypothèse d'un gouvernement d'union nationale et a jugé "possible de trouver une majorité plus large et plus claire." Au cours de cette brève prise de parole, le président de la République, qui a essuyé un revers électoral aux élections législatives, a ensuite appelé les partis d'opposition à dire "jusqu'où ils sont prêts à aller" pour coopérer avec la majorité présidentielle et "bâtir des compromis".

20h23 : "Cest un fait nouveau : aucune force politique ne peut faire les lois seules. La majorité présidentielle est relative, sa responsabilité est de s’élargir"

20h22 : L'allocution du président de la République est terminée. En début d'intervention, Emmanuel Macron a commencé par déclarer qu'il ne pouvait "ignorer l'abstention". Voici un premier extrait de son intervention.

20h08 : Vote de textes de loi, collaboration avec la majorité... "Pour avancer utilement, il revient maintenant aux groupes politiques de dire jusqu'où ils sont prêts à aller".

20h06 : Le président de la République assure par ailleurs que cette hypothèse d'un gouvernement d'union nationale n'était pas non plus celle qu'il préconisait.

20h09 : "La plupart" des dirigeants rencontrés par Emmanuel Macron ces derniers jours "ont exclu l'hypothèse d'un gouvernement d'union nationale", poursuit le chef de l'Etat.

20h18 : "Nous devons collectivement apprendre à gouverner et légiférer différemment. Bâtir des compromis nouveaux dans le dialogue, l'écoute, le respect. C'est ce que vous avez souhaité et j'en prends acte."

20h03 : "Je ne peux pas ignorer les fractures, les divisions profondes qui traversent notre pays et se reflètent dans la composition" de l'Assemblée nationale, déclare Emmanuel Macron.

20h03 : #MACRON Suivez en direct l'allocution d'Emmanuel Macron, trois jours après le revers électoral subi par la majorité présidentielle.

19h50 : Bonjour @Maxime. Du côté des socialistes, le vote pour élire le président du groupe se tiendra demain.

19h45 : Bonsoir. Sauf erreur de ma part je n'ai pas vu les résultats des votes pour les présidences de groupes socialistes et écologistes à l'Assemblée. Avez-vous des infos ? Merci

19h30 : Voici le détail du vote :Inscrits : 248Votants : 206Suffrages exprimés : 205Majorité absolue : 125• Yaël BRAUN-PIVET : 87• Sophie ERRANTE : 4 • Joël GIRAUD : 27• Roland LESCURE : 67• Barbara POMPILI : 20• Blanc - nuls : 1

19h44 : Yaël Braun-Pivet et Roland Lescure sont qualifiés pour le second tour en vue de l'élection du candidat de Renaissance (ex-LREM) à la présidence de l'Assemblée nationale, a appris franceinfo. Notre journaliste Margaux Duguet vous livre le détail des votes dans un tweet.

19h07 : Présidence de l’Assemblée : les votes sont ouverts. Plus que 5 candidats : @JoelGiraud05, @YaelBRAUNPIVET , @SophieErrante, @barbarapompili , @RolandLescure. L’ex-LR Eric #Woerth a retiré sa candidature @RTLFrance

19h07 : « J’ai été très applaudi…quand j’ai retiré ma candidature pour la présidence de l’Assemblée nationale » s’amuse Éric Woerth au micro @TF1Info de @fredericdelpech Le favori chez les députés LREM est Roland Lescure. Challengeuse : Yaël Braun-Pivet.Vote imminent. https://t.co/MNllzaBIEO

19h46 : Le parti présidentiel, Renaissance (ex-LREM), choisit en ce moment son candidat pour le perchoir de l'Assemblée nationale. On ne connait pas encore le nom de celui ou de celle qui remportera ce scrutin, mais on sait désormais qu'il n'y a plus six mais cinq candidats au poste. Eric Woerth a en effet retiré sa candidature, rapportent des journalistes politiques sur Twitter.

18h53 : Par groupe, cela donne :- 52,6% des députés Nupes- 32,7% des Ensemble!- 10% des divers droite- 5% des divers gauche- 1,6% des LR- 1,1% des RN(Calculs effectués avec les résultats @franceinfoplus https://t.co/kTCq8h0Rrd)#MandatClimatBiodiversité

19h47 : Au total, cela représente 27% de l'hémicycle, relève Matthieu Orphelin. Dans le détail, les scientifiques ont formé :

• 80 députés Ensemble ! (dont 5 Agir, 49 LREM, 15 Horizons et 11 MoDem)

• 70 députés Nupes (16 EELV, 4 Génération.s, 2 Génération Ecologie, 36 LFI, 11 PS et 1 PCF)

• Un député Les Républicains

• Un député du Rassemblement national

• Un député divers droite

• Un député divers gauche

18h47 : WE DID IT !! 🔥🔥🔥154 député-es formé-es par plus de 40 scientifiques.💚💚💚Merci infiniment aux 30 bénévoles, à @cassouman40, à ma team parfaite, aux scientifiques et aux parlementaires. 💪💪💪Un moment inoubliable, qui sera utile pour la suite !#MandatClimatBiodiversité https://t.co/buvw2xhXGH

18h47 : C'est l'heure du bilan pour les scientifiques à l'origine de l'opération Mandat Climat Biodiversité. En trois jours, ils ont formé 154 députés aux enjeux de la crise climatique et de de l'érosion de la biodiversité. Matthieu Orphelin, ancien député LREM qui compte parmi les initiateurs de cette formation express à l'intention des élus, dresse le bilan sur Twitter.

18h46 : La présidence de la commission des finances va-t-elle revenir à un député de la Nupes ? Eric Coquerel, élu La France insoumise de Seine-Saint-Denis, confirme en tout cas à France Télévisions qu'il est candidat pour ce poste très important dans le fonctionnement de la future Assemblée nationale. L'élection aura lieu la semaine prochaine.

18h39 : Il est 18 heures. Voici le point sur l'actualité :

Après les consultations, l'allocution : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures. Il s'agit de sa première prise de parole depuis les résultats des élections législatives. Suivez notre direct.

Le paléontologue français Yves Coppens est mort à l'âge de 87 ans, annonce son éditrice, Odile Jacob.


• Les contours de la nouvelle Assemblée continuent de se dessiner. On connait les présidents des principaux groupes parlementaires : Olivier Marleix pour LR, Aurore Bergé pour Renaissance (ex-LREM), Laurent Marcangeli pour Horizons, Jean-Paul Mattei pour le MoDem et André Chassaigne pour le PCF.

#ZACHAROPOULOU Une enquête a été ouverte contre la secrétaire d'Etat Chrysoula Zacharopoulou après deux plaintes pour viols, dans le cadre de ses fonctions de gynécologue.


• Un terrible séisme a frappé ce matin une zone frontalière isolée du sud-est de l'Afghanistan. Plus d'un millier de personnes ont été tuées et plusieurs centaines d'autres blessées, ont annoncé les autorités, qui craignent que le bilan ne s'aggrave encore.

17h46 : L'avocat des députés LFI Raquel Garrido et Alexis Corbière, Me Xavier Sauvignet, confirme à franceinfo qu'une plainte pour "diffamation publique", avec constitution de partie civile, sera déposée "d'ici à la fin de cette semaine". Elle fait suite à la publication d'un article du Point affirmant que les deux élus emploieraient depuis un an une femme de ménage "sans titre de séjour" et "soumise à des cadences infernales".

21h13 : Bonjour . Vous suivez ! C'est bien ça. Et on peut dire que la séquence tombe mal, en pleine crise politique après les élections législatives. Emmanuel Macron pourrait voir s'ébrécher son image d'"homme fort de l'UE" si la France devenait ingouvernable, comme le craignent certains responsables.

17h44 : Bonjour, Emmanuel Macron participe au Conseil européen ce jeudi et ce vendredi, au G7 en Allemagne du dimanche 26 au mardi 28, au sommet OTAN à Madrid du mardi 28 au jeudi 30 et à la Conférence Nations Unies des océans à Lisbonne le jeudi 30. C'est bien cela ? :)

21h11 : L'ancien Premier ministre Edouard Philippe plaide pour une "grande coalition", notamment avec Les Républicains : "Si l'on ne veut pas laisser prospérer une instabilité politique dans le pays (...) il faut élaborer cet accord qui permet d'avancer", a-t-il déclaré après son entrevue avec Emmanuel Macron.

17h00 : Les députés LFI Raquel Garrido et Alexis Corbière annoncent qu'il vont porter plainte contre le journaliste du Point Aziz Zemouri après la publication d'un article affirmant que les deux élus emploieraient depuis un an une femme de ménage "sans titre de séjour" et "soumise à des cadences infernales". "Tout est faux", dénoncent les deux députés LFI.