Législatives 2022 : Marine Le Pen revendique 1,3 million d'électeurs supplémentaires en cinq ans

La finaliste de la présidentielle vise un groupe à l'Assemblée nationale. Une première dans l'histoire de la Ve République avec ce mode de scrutin. 

Marine Le Pen sur le plateau du \"20 heures\" de France, le 14 juin 2022.
Marine Le Pen sur le plateau du "20 heures" de France, le 14 juin 2022. (FRANCE TELEVISIONS)
Ce qu'il faut savoir

A cinq jours du second tour des élections législatives, Marine Le Pen était l'invitée du "20 heures" de France 2, mardi 14 juin. La finaliste de la présidentielle vise un groupe à l'Assemblée nationale, qui pourrait rassembler "des dizaines de députés", a-t-elle annoncé à l'issue du premier tour. Une première dans l'histoire de la Ve République avec ce mode de scrutin. "Nous sommes le premier parti de France", a-t-elle affirmé, soulignant que la Nupes ou encore Ensemble étaient des alliances de différents partis. La député sortante a insisté sur la dynamique du RN. Affirmant que les autres formations n'avaient pas gagné un électeur, elle a revendiqué pour sa formation quelque 1,3 million d'électeurs supplémentaires entre 2017 et 2022. Suivez notre direct.

"Nous avons besoin d'une majorité solide" pour éviter "un désordre français", déclare Emmanuel Macron. Le président français a fait une allocution de campagne surprise sur le tarmac de l'aéroport d'Orly, avant de s'envoler pour une visite en Roumanie. "Ni abstention, ni confusion, mais clarification : dimanche, aucune voix ne doit manquer à la République", a déclaré le chef de l'Etat. "Rien ne serait pire que de nous perdre dans l'immobilisme, le blocage ou les postures (…) J'en appelle à votre bon sens et au sursaut républicain", a-t-il ajouté.

"Borne refuse le débat", selon Mélenchon. Le chef de file de la Nupes, Jean-Luc Mélenchon, a accusé, mardi 14 juin, la Première ministre d'avoir "refusé" la veille de participer à un éventuel débat télévisé d'entre-deux-tours avec lui. "La chaîne France 2 avait offert d'organiser ce débat", a avancé le leader de LFI dans un communiqué, estimant qu'une telle "confrontation d'idées" serait "de nature à éclairer les électeurs". Selon France Télévisions, Elisabeth Borne a bien été sollicitée "comme d'autres invités" pour participer à la soirée de débat organisée jeudi sur France 2. Elle a "décliné" et justifié ce refus par sa présence en circonscription jeudi et vendredi. 

Une cohabitation sèmerait "le désordre", selon Edouard Philippe. L'ancien Premier ministre affirme, dans un entretien au Figaro, que "son seul objectif" est "d'assurer au pays une majorité stable, solide et cohérente" à l'issue du second tour des élections législatives. "Que ferait le pays si, dimanche, une majorité relative nous empêchait largement d'agir ? Si le poids de la Nupes entravait de façon systématique l'action du gouvernement ? Le désordre politique qui viendrait s'ajouter à l'instabilité et aux dangers du monde actuel serait une folie", assure le maire du Havre (Seine-Maritime) et leader du parti Horizons, qui fait partie de la coalition de la majorité présidentielle, Ensemble !. 

 Face à Castaner, des voix du RN en faveur de la Nupes ? Le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, souhaite la défaite du patron des députés LREM, Christophe Castaner, dans les Alpes-de-Haute-Provence, fut-ce au prix d'un vote pour la Nupes. Malgré la consigne du "ni-ni" donnée par son parti, "il y a des cas où notre électorat va s'interroger", a-t-il défendu, qualifiant Christophe Castaner de "caricature de ce que la macronie fait de pire".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #LEGISLATIVES

00h06 : Ce live est terminé pour aujourd'hui. Il reprendra mercredi à 6 heures. Voici l'essentiel des actualités développées ce soir par franceinfo :


• Emmanuel Macron est arrivé mardi soir en Roumanie pour saluer les 500 soldats français qui y sont déployés depuis l'invasion russe de l'Ukraine, avant une visite de soutien à la Moldavie mercredi et un possible déplacement délicat à Kiev.

Avant de s'envoler pour la Roumanie, Emmanuel Macron s'est exprimé sur les législatives : il a réclamé une "majorité solide", au nom de l'"intérêt supérieur de la Nation". "Le bateau coule, Macron prend l’avion", a raillé Jean-Luc Mélenchon en meeting à Toulouse mardi soir.

Le ministre des Solidarités, Damien Abad, déjà mis en cause pour violences sexuelles, est visé par de nouvelles accusations de la part d'une femme qui dit avoir subi une tentative de viol en 2010, selon son récit publié par Mediapart. Il réfute ces "allégations".

Très chaud devant dans l'Hexagone. Le pays va subir des températures très largement au-dessus de 30 °C cette semaine. Le gouvernement va lancer un "programme de renaturation des villes et des centres-villes" à hauteur de 500 millions d'euros, a annoncé sa porte-parole.

00h02 : 📣 Certains appellent au front républicain et souhaitent que nous abdiquions.Seuls capables de battre le RN, contre lequel nous avons mené tous nos combats, nous sommes déterminés à porter au 2nd tour les idées de tous ceux qui ont chevillé au cœur les valeurs républicaines. ⤵️ https://t.co/DYCBoBHS28

00h01 : Alexandre Freschi, député sortant LREM du Lot-et-Garonne arrivé troisième au premier tour des législatives, se maintient au second tour face à des candidats Nupes-PS et RN, malgré les consignes de son parti de se retirer pour faire barrage au parti de Marine Le Pen. "Nous sommes les seuls en capacité de battre ce dimanche le Rassemblement national", déclare-t-il.

23h03 : Exclusivité Guadeloupe La 1ère Marie-Luce Penchard absente du 2nd tour des #legislatives2022 #Guadeloupe On vous explique pourquoi dans le journal 📻 de 7hhttps://t.co/boEIyPHLfu

23h02 : Bonsoir @Baba. Tout à fait, c'est la troisième candidate à se retirer face à un candidat de la Nupes. Guadeloupe La 1ère révèle que Marie-Luce Penchard jette l'éponge avant le second tour des législatives et renonce à se proposer aux voix des électeurs de la 4e circonscription de la Guadeloupe. "Les conditions n’étaient plus réunies pour continuer l’aventure", s'est-elle justifiée.

23h03 : Bonjour Marie Luce Penchard se désiste en Guadeloupe au profit de la NUPES est ce vrai ?

23h00 : Dans la 4ème circonscription de la Seine-Saint-Denis, le candidat communiste dissident devait affronter au second tour la candidate communiste investie par la Nupes. Mais Azzédine Taïbi annonce le retrait de sa candidature et son départ du PCF, dont il était membre depuis 35 ans.

22h59 : Ainsi, dans la 11ème circonscription de la Seine-Saint-Denis, la candidate communiste dissidente Virginie De Carvalho abandonne avant le second tour, selon France Bleu Paris. Ainsi, seule Clémentine Autain (Nupes/LFI) sera en lice. Lors du premier tour des législatives, elles ont obtenu respectivement 15,18% et 46,15% des suffrages.

22h58 : Trois candidats de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes) seront seuls en lice au second tour des élections législatives dimanche prochain, après des désistements : Clémentine Autain, Soumya Bourouaha et Elie Califer.

22h49 : Affaire Damien #Abad:« Je peux vous assurer que s’il y a de nouveaux éléments, si la justice est à nouveau saisie, nous tirerons toutes les conséquences de cette décision », avait déclaré @Elisabeth_Borne le 22 mai. Questionnée ce mardi soir par @Mediapart, Matignon indique: https://t.co/tv9r9hc3JR

22h48 : Matignon réagit auprès de Mediapart aux nouvelles accusations révélées ce soir par le site d'investigation, qui visent le ministre des Solidarités, Damien Abad, déjà mis en cause pour violences sexuelles. "La Première ministre ne peut pas se prononcer sur les témoignages anonymes que vous rapportez mais elle invite ces femmes à porter plainte", déclarent les services d'Elisabeth Borne.

20h47 : "Quant aux allégations rapportées, elles me révoltent et je les réfute catégoriquement", a ajouté Damien Abad dans un message transmis à l'AFP.

20h46 : Le ministre des Solidarités, Damien Abad, visé par de nouvelles accusations de la part d'une femme qui dit avoir subi une tentative de viol en 2010, selon Mediapart, dénonce auprès de l'AFP le "calendrier soigneusement choisi de ces publications" et la "partialité" de l'enquête, qui a selon lui une motivation "politique".

20h47 : "On dit que les tempêtes débarrassent les arbres du bois mort."

L'interview se termine sur une question d'Anne-Sophie Lapix à propos des défections au sein du Rassemblement national pendant la campagne présidentielle. Gilbert Collard ou encore Nicolas Bay ont rejoint le parti Reconquête ! d'Eric Zemmour. "Ceux qui sont partis, je ne les regrette pas", affirme Marine Le Pen.

20h47 : "Nous sommes en tête dans 108 circonscriptions, donc nous pouvons espérer avoir 100 députés, voire plus."

Marine Le Pen est interrogée sur le nombre de députés qu'elle s'attend à avoir dans l'hémicycle. Elle répond une centaine : "C'est un objectif que nous nous donnons." Elle qualifie au passage "Macron de destructeur d'en haut et Mélenchon destructeur d'en-bas".

20h38 : "Il faut que le Rassemblement national, qui est le premier parti de France, ait un groupe" à l'Assemblée.

Marine Le Pen appelle les électeurs à "offrir une opposition véritable" en votant pour elle. La députée sortante du Pas-de-Calais, qualifiée pour le second tour, affirme que le RN a gagné 1 million 300 000 électeurs en cinq ans.

20h32 : L'invitée du "Compte à rebours" sur France 2, interview en fin de journal télévisé tout au long de la semaine, est Marine Le Pen. Elle est installée et répond aux quesitons d'Anne-Sophie Lapix.

20h29 : Notre communiqué suite aux nouvelles révélations concernant #Abad https://t.co/oTzk4Ruefe

20h34 : L'observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique réagit aux nouvelles révélations de Mediapart, qui a recueilli de nouveaux témoignages mettant en cause le comportement avec les femmes du ministre des Solidarités, Damien Abad, dont celui d'une élue centriste qui dénonce une tentative de viol en 2010. "Damien Abad est-il digne d'exercer ses fonctions et d'œuvrer pour l'intérêt général ?" : l'observatoire pose la question à l'exécutif.

20h09 : Voici un nouveau point sur l'actualité de la soirée :

• Emmanuel Macron est arrivé en Roumanie pour saluer les 500 soldats français qui y sont déployés depuis l'invasion russe de l'Ukraine. "Vous pouvez être fiers de la mission ici, fiers de ce que vous avez supporté, fiers de ce visage de la France, de l'Europe et de l'Alliance que vous avez ici déployé", a déclaré le chef de l'Etat.

Avant de s'envoler pour la Roumanie, Emmanuel Macron est entré dans la bataille en réclamant une "majorité solide", au nom de l'"intérêt supérieur de la Nation". "Le bateau coule, Macron prend l’avion", a raillé Jean-Luc Mélenchon en meeting à Toulouse ce soir. Suivez notre direct.

Très chaud devant dans l'Hexagone. Le pays va subir des températures très largement au-dessus de 30 °C à partir de demain. Le gouvernement va lancer un "programme de renaturation des villes et des centres-villes" à hauteur de 500 millions d'euros, a annoncé sa porte-parole en milieu de journée.

La nouvelle était crainte par les supporters bordelais, elle est finalement tombée. Les Girondins de Bordeaux, relégués en Ligue 2 sportivement à l'issue de la saison, ont été sanctionnés par la DNCG, le gendarme du football français, d'une rétrogradation administrative en National 1.

19h53 : Mediapart consacre son émission "A l'air libre," en direct, à ses dernières révélations à l'encontre de Damien Abad. Elles sont désormais trois à accuser le ministre des Solidarités de viol ou de tentative de viol. L'émission porte aussi sur les réactions du camp politique du ministre, qualifié pour le second tour des élections législatives dans sa circonscription de l’Ain.

19h46 : #Mélenchon vient d’entrer en scène à #Toulouse. Il commence son discours tambour battant : « Après les bidouillages électoraux d’hier », @JLMelenchon raille « un nouvel épisode » aujourd’hui : « Le bateau coule, Macron prend l’avion ». #MelenchonToulouse #Nupes https://t.co/88Fhm3lJZ0

19h46 : Sous une chaleur étouffante dans la Ville rose, la température monte pour le meeting de @JLMelenchon à #Toulouse. La salle Mermoz est pleine à craquer#MelenchonToulouse https://t.co/Hw7QM8iYiT

19h52 : En meeting à Toulouse, Jean-Luc Mélenchon répond directement à Emmanuel Macron : "Avant de partir, Emmanuel Macron a fait un sketch sur le tarmac." "La démocratie républicaine est notre bien le plus précieux", déclare Jean-Luc Mélenchon, et "on ne joue pas avec ses instruments". Le chef de file de la Nupes est également revenu sur les résultats du premier tour, selon un journaliste sur place. Il a aussi parlé du "changement climatique irréversible".

19h42 : Emmanuel Macron a pris la parole sur le tarmac de l'aéroport d'Orly, avant de partir en Roumanie. "Parce qu'il en va de l'intérêt supérieur de la Nation, je veux vous convaincre de donner dimanche une majorité solide au pays", a déclaré le président. Estimant que "les grands choix ne se font jamais par l'abstention", le chef de l'Etat estime que "rien ne serait pire que d'ajouter un désordre français au désordre mondial".

19h12 : "Je ne pouvais pas me défaire, j'avais peur, j'étais sidérée. Je me suis débattue, je l'ai frappé dans le ventre."

L'histoire que Laëtitia (le prénom a été changé) a relatée à Mediapart, au cabinet de son avocate, pendant près de six heures, remonte aux années 2009 et 2010. Elle est étayée par les témoignages de huit personnes, à qui elle s'est confiée ou qui ont pu être témoins de certains éléments de son récit. Elle accuse notamment Damien Abad de tentative de viol.

18h54 : De nouvelles accusations visent Damien Abad. Mediapart (article payant) a recueilli de nouveaux témoignages mettant en cause le comportement avec les femmes du ministre des Solidarités, dont celui d'une élue centriste qui dénonce une tentative de viol en 2010. Le ministre n'a pas répondu aux questions du site d'information en ligne.

18h42 : Vous avez voté pour la majorité présidentielle, mais votre candidat est éliminé ? Racontez-nous ce que vous ferez au second tour. Des électeurs dans un bureau de vote lors du premier tour des élections législatives, le 12 juin 2022, à Saumur (Maine-et-Loire). (FREDERIC PETRY / HANS LUCAS / AFP) (FREDERIC PETRY / HANS LUCAS / AFP)

18h40 : LREM, Horizons, MoDem… Quel est l'état des forces de la majorité présidentielle avant le second tour ? Antoine Comte fait le décompte parti par parti, alors que la coalition Ensemble ! a vécu un premier tour en demi-teinte. Le parti présidentiel comptera beaucoup moins de députés qu'en 2017. Ses alliés Horizons et le MoDem s'en sont mieux sortis.

18h56 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.

• La Cour de justice de la République refuse de nouveau d'annuler la mise en examen du garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, pour "prise illégale d'intérêts", selon son avocat à France Télévisions, confirmant une information de BFMTV.

"Nous avons besoin d'une majorité solide" pour éviter "un désordre français", a déclaré Emmanuel Macron sur le tarmac de l'aéroport d'Orly, avant son départ pour la Roumanie. Une allocution qui n'a pas manqué de faire réagir l'opposition. Suivez notre direct.

Très chaud devant dans l'Hexagone. Le pays va subir des températures très largement au-dessus de 30 °C cette semaine. Le gouvernement va lancer un "programme de renaturation des villes et des centres-villes" à hauteur de 500 millions d'euros, a annoncé sa porte-parole en milieu de journée.

• Un couloir humanitaire sera ouvert demain à Sievierodonetsk, dans l'est du pays, a promis Moscou. Suivez notre direct.

L'ambassade de France a modifié son formulaire de dépôt de plainte à destination des supporters de Liverpool, victimes d'incidents le 28 mai dernier au Stade de France, lors de la finale de Ligue des champions contre le Real Madrid.

18h05 : Le discours d'Emmanuel Macron sur le tarmac d'Orly a fait sourire l'opposition. Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a dénoncé sur son blog "un sketch à la Trump" après le discours du président pour exhorter les Français à "donner une majorité solide" au pays au nom de "l'intérêt supérieur de la Nation". De son côté, sur Twitter, l'écologiste Julien Bayou y voit "un président qui perd ses nerfs" et estime que "considérer que tous ses opposant-es seraient des adversaires de la République est une dérive autocratique inquiétante".

18h05 : Et si vous vous posez toujours la question à propos de la prononciation de la Nupes, sachez que l'Académie française a tranché. Faites comme bon vous semble ! "Nupe" ou "Nupès", "les deux peuvent se dire", assure le service du dictionnaire auprès de TF1.

17h54 : Confrontés à un duel entre la Nupes et le RN, les candidats battus de la majorité affichent leurs divergences. Entre le "cas par cas" évoqué un temps et la consigne du "pas une seule voix pour le Rassemblement national", la majorité présidentielle a laissé s'installer un léger flottement sur son attitude en vue du second tour des législatives, prévu dimanche. La Première ministre Elisabeth Borne, le 12 juin 2022, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP) (LUDOVIC MARIN / AFP)

17h52 : La Nupes fait-elle mieux aux législatives 2022 qu'à la dernière élection présidentielle et aux législatives de 2017 ? Malgré leur union, les partis de gauche ont obtenu un score national moins important qu'au premier tour de l'élection présidentielle. En revanche, l'alliance leur a permis de se qualifier pour le second tour dans plus de circonscriptions qu'en 2017. Jean-Luc Mélenchon et ses alliés au sein de la Nupes, le soir du premier tour des élections législatives, à Paris, le 12 juin 2022. (RAPHAEL KESSLER / HANS LUCAS) (RAPHAEL KESSLER / HANS LUCAS)

17h50 : LR, UDI… Quel est l'état des forces du bloc de droite avant le second tour ? Alors que les résultats du premier tour confirment l'érosion des différents partis de droite, l'UDI pourrait perdre son groupe à l'Assemblée. Seuls Les Républicains semblent en mesure de conserver le leur. Christian Jacob, le président des Républicains, le 13 juin 2022. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP) (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

15h48 : On en sait plus au sujet du débat qu'Elisabeth Borne aurait refusé. Contacté par franceinfo, Matignon réagit au communiqué de Jean-Luc Mélenchon. Le leader LFI accuse Elisabeth Borne de se soustraire au débat en refusant de débattre sur France 2. La chaîne "avait d'abord proposé un JT mercredi soir, on a dit oui. Donc, Elisabeth Borne ne fuit pas le débat", assure-t-on. "On a eu après coup cette proposition de débat jeudi, mais elle est en en campagne. Il attaque la Première ministre, on va y répondre."

15h39 : En difficulté dans l'Essonne, la ministre de la Transition écologique, Amélie de Montchalin, mise sur le porte-à-porte et oppose "deux visions de la France". Arrivée en deuxième position lundi, près de sept points derrière Jérôme Guedj, le candidat socialiste de la Nupes, elle décrit son adversaire comme "en dehors de nos institutions" face aux habitants de la 6e circonscription. Les affiches de campagne d'Amélie de Montchalin, candidate Ensemble ! aux législatives dans la 6e circonscirption de l'Essonne, ici à Morangis, lundi 13 juin 2022. (CLAIRE LEYS / RADIO FRANCE) (CLAIRE LEYS / RADIO FRANCE)

15h41 : "Nous avons besoin d'une majorité solide pour maintenir l'ordre à l'intérieur et à l'extérieur de nos frontières (...) Il faut défendre nos institutions face aux personnes qui les contestent et les fragilisent."

Le président Emmanuel Macron vient d'achever une courte allocution devant la presse avant de se rendre en Roumanie, depuis l'aéroport d'Orly. Le chef de l'Etat a insisté sur la nécessité de garantir au gouvernement une majorité "solide afin d'affronter les défis de l'époque".

14h53 : Un peu plus tôt sur ce fil, nous vous disions que Jean-Luc Mélenchon a accusé la Première ministre de refuser le débat. Selon France Télévisions, Elisabeth Borne a bien été sollicitée "comme d'autres invités" pour participer à la soirée de débat organisée jeudi sur France 2. Elle a "décliné" et justifié ce refus par sa présence en circonscription jeudi et vendredi.

14h49 : Edouard Philippe estime qu'une majorité relative serait "une folie". L'ancien Premier ministre affirme, dans un entretien au Figaro, que "son seul objectif" est "d'assurer au pays une majorité stable, solide et cohérente" à l'issue du second tour des élections législatives. Et le leader du parti Horizons d'ajouter : "Que ferait le pays si, dimanche, une majorité relative nous empêchait largement d'agir ? Si le poids de la Nupes entravait de façon systématique l'action du gouvernement ? Le désordre politique qui viendrait s'ajouter à l'instabilité et aux dangers du monde actuel serait une folie".

14h29 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.

Très chaud devant dans l'Hexagone. Le pays va subir des températures très largement au-dessus de 30 °C cette semaine. Le gouvernement va lancer un "programme de renaturation des villes et ces centres-villes" à hauteur de 500 millions d'euros, a annoncé sa porte-parole en milieu de journée.

• La Russie réduit de 40% les livraisons de gaz quotidiennes via le gazoduc Nord Stream, par manque d'équipements nécessaires. Le groupe allemand Siemens n'a pas honoré toutes les livraisons nécessaires, selon le groupe russe Gazprom. Suivez notre direct.

• Edouard Philippe estime qu'une majorité relative serait "une folie", dans un entretien au Figaro. Il assure également que "son seul objectif" est "d'assurer au pays une majorité stable, solide et cohérente" à l'issue du second tour des élections législatives. Suivez notre direct.

Le propriétaire du site pornographique Jacquie et Michel, Michel Piron, et quatre autres personnes ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte à Paris pour "viols" et "proxénétisme".

C'est le début des épreuves du baccalauréat avec les épreuves de français et d'histoire-géographie pour les élèves de la filière professionnelle. Les candidats du bac général débuteront, eux, demain.

13h27 : Toujours à propos de l'allocution de Jean-Luc Mélenchon sur France 2 hier, le leader de LFI accuse ses homologues d'Ensemble ! de ne pas avoir répondu à la proposition de débat de la part de la chaîne publique. "Le président de la République à l’étranger et madame Borne aux abonnés absents. La campagne macroniste va-t-elle se limiter aux outrances de Castaner et Montchalin ?", a-t-il demandé dans un tweet.

13h26 : Des propos qu'Adrien Quatennens a également tenu à clarifier. Invité de franceinfo ce matin, le coordinateur de La France insoumise a réagi aux propos tenus par Jean-Luc Mélenchon sur France 2. "Il n'y a pas de rapprochement assumé" de la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (Nupes) avec l'extrême droite, a-t-il asséné.

13h25 : "J'en appelais aux fâchés pas fachos. Non l'inverse."


Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a tenu à rétablir le bon ordre de ses propos tenus hier soir sur France 2. Invité du "20 Heures", il a également tenu des propos qui prêtaient à confusion : "S'il y a des fachos qui ne sont pas trop fâchés, mieux vaut qu'ils votent pour nous que de rester à la maison ou de voter pour elle [Marine Le Pen, la cheffe de file du Rassemblement national], ça ne sert à rien".

12h08 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.


Très chaud devant en France. Le pays va subir des températures très largement au-dessus de 30 °C cette semaine. Le gouvernement va lancer un "programme de renaturation des villes et ces centres-villes" à hauteur de 500 millions d'euros, annoncé sa porte-parole.

• Emmanuel Macron se rend en Roumanie, aux portes de l'Ukraine, pour saluer les 500 soldats français qui sont déployés sur une base de l'Otan, alors que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, presse les Occidentaux de lui envoyer des armes "modernes" pour enrayer le coût humain "terrifiant" infligé par les troupes russes. Suivez notre direct.


• Invité de France 2 ce matin, Bruno Le Maire a appelé les électeurs à donner une majorité claire à Ensemble ! "La majorité absolue, c'est ce qui va éviter que l'Assemblée nationale ne devienne une véritable guerre de tranchées", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances. Suivez notre direct.

Le propriétaire du site pornographique Jacquie et Michel, Michel Piron, et quatre autres personnes ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquête ouverte à Paris pour "viols" et "proxénétisme".

C'est le début des épreuves du baccalauréat avec les épreuves de français et d'histoire-géographie pour les élèves de la filière professionnelle. Les candidats du bac général débuteront, eux, demain.

11h58 : Les candidats du Rassemblement national ont obtenu 18,68% des suffrages lors du premier tour des élections législatives, et 208 d'entre eux sont en ballottage pour le second tour. Pour constituer un groupe parlementaire à l'Assemblée nationale, le RN doit remporter au moins 15 circonscriptions. Franceinfo récapitule les avantages que la formation d'extrême droite pourrait tirer de la constitution d'un groupe au Palais-Bourbon.

10h45 : .@CBeaune : "La ligne est très claire : pas une voix pour le Rassemblement, pas une voix pour l'extrême-droite. Symétriquement, Jean-Luc Mélenchon avait dit cela à l'issue du premier tour de la présidentielle, il n'avait pas été plus loin." #le79Inter #législatives2022 https://t.co/bZdPhFNJ1V

11h43 : "Pas une voix pour le Rassemblement national". Sur France Inter, Clément Beaune, le ministre délégué chargé de l'Europe, est revenu sur la consigne de vote donnée par Ensemble ! en cas de duel entre la Nupes et le RN au second tour des élections législatives. "Symétriquement, Jean-Luc Mélenchon avait dit cela à l'issue du premier tour de la présidentielle, il n'avait pas été plus loin", a-t-il rappelé.

11h39 : Eric Zemmour, l'ex-candidat d'extrême droite à la présidentielle, a été éliminé dès le premier tour dans la 4e circonscription du Var. Sa défaite inquiète son parti, Reconquête !. Un comité politique se réunit la semaine prochaine pour discuter d'une remise à plat de la ligne politique. Les finances du parti posent aussi question.

09h53 : Comment prononcer la "Nupes" ? Eh bien il faut dire "nupe", comme dans "jupe". L'Académie française, par l'intermédiaire du très cordial service du dictionnaire, vient de le confirmer. Sujet suivant ! #DirectAN #Législatives2022 https://t.co/BbjFsCwODP