Politique : François Bayrou assure qu'"a priori", il n'acceptera pas "une fonction ministérielle" dans le prochain gouvernement

Invité sur LCI dimanche midi, le président du MoDem a rappelé avoir "été épisodiquement ministre de la Justice empêché pour des raisons choquantes", au début du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, en 2017. Ce direct est désormais terminé.

François Bayrou à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 20 avril 2022.
François Bayrou à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 20 avril 2022. (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Il l'assure, il n'acceptera pas de poste dans le prochain gouvernement. Le haut-commissaire au Plan, François Bayrou, invité dimanche 15 mai du "Grand jury" sur LCI, a rappelé avoir "été épisodiquement ministre de la Justice empêché pour des raisons choquantes" au début du premier quinquennat d'Emmanuel Macron. Le président du MoDem avait dû démissionner en juin 2017, un mois seulement après sa prise de fonction, à la suite de l'ouverture d'une enquête préliminaire au sujet des assistants parlementaires de son parti politique. Ce direct est désormais terminé.

Emmanuel Macron est arrivé à Abou Dhabi pour "rendre hommage" au président défunt des Emirats arabes unis. Un voyage pour "rendre hommage" au président des Emirats arabes unis, Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, mort vendredi. Emmanuel Macron est bien arrivé à Abou Dhabi, dimanche, a-t-il annoncé sur Twitter dans un message accompagné d'une photo où il salue le demi-frère du défunt, Mohammed ben Zayed, nouveau président du pays. Khalifa ben Zayed "était respecté de tous pour les valeurs de paix, d'ouverture et de dialogue qu'il incarnait", écrit Emmanuel Macron, affirmant son "soutien à son frère, nouvellement élu président des Emirats arabes unis, ainsi qu'au peuple émirien".

 "C'est difficile aujourd'hui de faire de la politique", juge Philippe Juvin. Interrogé dimanche sur franceinfo à propos de la nomination à venir du Premier ministre, l'ex-candidat à la primaire LR a déclaré que "les candidats ne se pressent pas pour prendre des fonctions à Matignon. Il faut que ça fasse réfléchir la classe politique et les citoyens sur la brutalité de la politique".

"Ce n'est pas le pays qui est machiste, c'est sa classe politique", dénonce l'ex-Première ministre Edith Cresson. Dans un entretien publié dimanche dans le Journal du Dimanche (article abonnés), Edith Cresson, seule femme à avoir occupé le poste de Première ministre en France (entre mai 1991 et avril 1992), souhaite "beaucoup de courage" à la possible future cheffe du gouvernement et fustige le "machisme de la classe politique" française.

Jean Castex vit ses dernières heures à Matignon. Même si Emmanuel Macron lui a demandé de rester un peu plus longtemps que prévu, le Premier ministre devrait présenter sa démission dans les prochaines heures. "Je m'y suis plu énormément. C'est une ruche qui fonctionne parfaitement", a confié avec enthousiasme l'ancien maire de Prades à France Télévisions.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLITIQUE

22h45 : @Alix S'il pouvait éviter de démissionner dans les 20 prochaines minutes, ça m'arrangerait bien. Théoriquement, on devrait avoir le gouvernement pour la semaine prochaine, mais le choix du locataire de Matignon tourne au casse-tête, comme le résume bien ce sujet du 20 heures de France 2.

(FRANCE 2)

22h43 : Toujours pas de démission du gouvernement ?

20h37 : "Cette défaite [à la présidentielle] a été très douloureuse car très violente."

Dans Le Parisien, Valérie Pécresse s'exprime avant sa rentrée en tant que présidente de la région Ile-de-France, un mois après sa cuisante déroute à la présidentielle. "Pendant la campagne présidentielle, et c’est une frustration, on n’a pas pu débattre réellement du projet d’Emmanuel Macron, car il y avait la crise sanitaire puis la guerre en Ukraine. Résultat : personne ne sait ce que sera finalement la ligne du prochain gouvernement. À gauche ou à droite ? "

18h55 : On apprend aussi dans le portrait que Le Parisien consacre à Jean Castex qu'il n'a jamais pris sa carte à LREM. "J’aspire à faire un pas de côté par rapport à la vie politique nationale, à faire de la politique autrement", se justifie le futur ex-Premier ministre.

18h47 : Vu d’🇩🇪« Ce démagogue veut être le prochain premier ministre de la France. D’une gauche radicale, germanophobe, anti-européen, Jean-Luc Mélenchon se présente aux législatives à la tête d’une alliance de communistes et d’écologistes »@derspiegel

18h54 : Le correspondant du Monde en Allemagne relève un article critique de Der Spiegel sur Jean-Luc Mélenchon, décrit notamment comme "germanophobe".

18h43 : "Je vais retourner dans mes Pyrénées, il faut que je repeigne mes volets et ma rambarde qui ont pris un coup pendant deux ans."

Confidence de Jean Castex au Parisien au moment de faire ses cartons, après 680 jours passés à Matignon.

18h41 : @curieuxdu38 Je ne suis pas dans la tête d'Emmanuel Macron, mais l'usage veut qu'un président n'ait qu'un portrait officiel au début de son premier mandat. En tout cas, François Mitterrand, ou Jacques Chirac, qui en ont fait deux, n'ont posé qu'une seule fois.

18h38 : Bonjour. Pour ma collection en cours, savez-vous si un deuxième portrait officiel du président de la république est prévu ou on en reste au premier portrait pour le deuxième quinquennat ?

17h48 : @Geneviève Aucune, et figurez-vous que c'est pour ça qu'on n'en parle pas. Croyez-bien que quand nous saurons quelque chose, nous n'hésiterons pas à prendre le (Vau)train en marche ;-)

17h47 : Avez vous des infos fraîches concernant la possible nomination de Catherine Vautrin au poste de 1er ministre ? Merci

16h21 : Faisons un point sur l'actualité :

• La Finlande a annoncé sa candidature "historique" à l'Otan, avant une réunion décisive en Suède en vue d'une probable demande d'adhésion simultanée des deux pays. Malgré une hostilité de dernière minute de la Turquie, les pays membres de l'Otan sont optimistes pour trouver un consensus sur l'intégration de la Finlande et la Suède. Suivez notre direct.

Emmanuel Macron et le nouveau chef de l'Etat des Emirats arabes unis, Mohammed ben Zayed, ont affirmé leur volonté de renforcer le partenariat stratégique, déjà très poussé, entre leurs deux pays, à l'occasion d'un entretien à Abou Dhabi. Le président français a été le premier dirigeant occidental à y aller pour rendre hommage à Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, président émirati décédé vendredi.

Le pape François a proclamé "saints" dix figures de l'Eglise, dont l'ermite du désert Charles de Foucauld, devant des milliers de fidèles du monde entier réunis sur la place Saint-Pierre, à Rome. Parmi ces dix "canonisés" figurent les religieux français Marie Rivier (1768-1838) et César de Bus (1544-1607) ainsi que le prêtre et journaliste néerlandais Titus Brandsma, connu pour son engagement contre la propagande nazie durant la Seconde Guerre mondiale.

La crise sanitaire n'aura finalement pas épargné la Corée du Nord. Quinze nouveaux décès dus à de la "fièvre" ont été enregistrés trois jours seulement après l'annonce officielle du tout premier cas de Covid-19 dans le pays, a affirmé l'agence d'Etat officielle KCNA. Le bilan est désormais de 42 morts, tandis que 820 620 cas ont été signalés (contre 524 440 la veille).


13h49 : Jean-Luc Mélenchon souhaite par ailleurs augmenter le smic à 1 500 euros net par mois alors qu'il proposait jusqu'ici de le faire passer à 1 400 euros. Cette hausse de 100 euros tient compte de l'inflation des prix, précise l'ex-candidat à la présidentielle. Le montant mensuel net du salaire minimum est actuellement d'un peu plus de 1 300 euros, après une revalorisation début mai.

13h32 : Sur France 3, Jean-Luc Mélenchon a dit s'opposer à l'entrée de l'Ukraine dans l'UE "tant qu'on n'a pas fait de l'harmonisation sociale par le haut", notamment sur les salaires. "La proposition que nous faisons [au sein de La France insoumise], c'était qu'il y ait des zones dans lesquelles il y ait un salaire minimum", a expliqué le leader de LFI.

13h34 : Clémentine Autain s'est défendue sur BFMTV d'avoir voulu "protéger" l'ex-candidat aux législatives Taha Bouhafs, visé par une enquête interne au sein de La France insoumise pour violences sexuelles. La députée LFI a notamment expliqué avoir attendu pour parler des témoignages de ses victimes présumées afin de les protéger alors que celles-ci "sont dans l'angoisse et la peur face à l'ampleur que prend cette affaire."

13h35 : Sur LCI, François Bayrou a assuré qu'il "n'accepterait pas" de poste dans le premier gouvernement du nouveau quinquennat d'Emmanuel Macron. "J'ai été épisodiquement ministre de la Justice empêché pour des raisons choquantes", a rappelé le président du MoDem. Il avait dû démissionner en juin 2017, un mois seulement après sa prise de fonction à la Chancellerie, après l'ouverture d'une enquête préliminaire au sujet des assistants parlementaires de son parti politique.



(Ludovic MARIN / AFP)

13h52 : Faisons un point sur l'actualité :

• L'opposition de dernière minute affichée par la Turquie, membre de l'Otan, à l'intégration de la Finlande et la Suède, fait peser une incertitude sur l'aboutissement du processus. "Je suis convaincu que les alliés que nous sommes verront d'un œil constructif et positif leur adhésion à cette alliance", a cependant déclaré le secrétaire général délégué de l'Otan, Mircea Geoana, qui s'est dit confiant dans la possibilité d'atteindre un consensus. Suivez notre direct.

Au lendemain de sa victoire au concours de l'Eurovision, l'Ukraine se prépare à des batailles décisives dans le Donbass, Kiev étant convaincu de l'emporter après des revers russes sur les lignes de front. Les forces russes s'efforcent de progresser dans cette région stratégique de l'Est, dont Moscou a fait son objectif principal depuis le retrait de ses troupes des environs de Kiev fin mars.

Emmanuel Macron et le nouveau chef de l'Etat des Emirats arabes unis, Mohammed ben Zayed, ont affirmé leur volonté de renforcer le partenariat stratégique, déjà très poussé, entre leurs deux pays, à l'occasion d'un entretien à Abou Dhabi. Le président français a été le premier dirigeant occidental à y aller pour rendre hommage au Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, président émirati décédé vendredi.

Le pape François a proclamé "saints" dix figures de l'Eglise, dont l'ermite du désert Charles de Foucauld, devant des milliers de fidèles du monde entier réunis sur la place Saint-Pierre, à Rome. Parmi ces dix "canonisés" figurent les religieux français Marie Rivier (1768-1838) et César de Bus (1544-1607) ainsi que le prêtre et journaliste néerlandais Titus Brandsma, connu pour son engagement contre la propagande nazie durant la Seconde Guerre mondiale.

11h54 : Emmanuel Macron l'a félicité "pour son élection" la veille à la place de son demi-frère et "a exprimé sa détermination à poursuivre et à développer tout ce qu'ils ont entrepris ensemble depuis cinq ans". "Les Emirats arabes unis sont un partenaire stratégique de la France, et l'ampleur de notre coopération, dans des domaines aussi variés que la défense, le culture et l'éducation, en témoigne", a précisé la présidence en rendant compte de l'échange.

13h52 : Arrivé en début de matinée à Abou Dhabi, Emmanuel Macron s'est rendu dans un palais où l'a accueilli Mohammed ben Zayed, dit "MBZ", nouveau président et homme fort du pays. Lors d'un entretien, les deux chefs d'Etat ont affirmé leur volonté de renforcer le partenariat stratégique, déjà très poussé, entre leurs deux pays.



(CHRISTIAN HARTMANN / AFP)

12h20 : Sachez que le régime politique des Emirats arabes unis est un peu particulier, cher @Ulycle. Il s'agit en effet d'une fédération monarchique, dans laquelle chacun des sept émirats qui la compose dispose de ses propres institutions gouvernementales, comme l'explique le site du ministère des Affaires étrangères. Elles ont notamment des compétences en matière de sécurité, de défense, d'éducation et de santé. Le Conseil suprême, constitué des sept émirs, est le plus haut organisme de l'Etat. Il élit pour cinq ans le président, qui est toujours membre du clan Al-Nahyane d'Abou Dhabi.

11h47 : Bonjour, pourquoi parlez vous de PRÉSIDENT des émirats ? N’est ce pas un roi ?!

19h39 : "Ce n'est pas le pays qui est machiste, c'est sa classe politique."

Une femme sera-t-elle nommée à Matignon ? Edith Cresson, la seule à avoir occupé le poste de Première ministre en France (entre 1991 et 1992), souhaite "beaucoup de courage" à la possible future cheffe du gouvernement et fustige le "machisme de la classe politique" française dans un entretien publié dans le JDD. "On me prêtait des propos que je n'avais jamais tenus, on me lançait des critiques permanentes, on faisait des commentaires sur ma tenue vestimentaire", raconte l'ancienne dirigeante socialiste.

Edith Cresson, le 15 octobre 2021 à Paris. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)(LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

10h30 : À Abou Dabi pour rendre hommage au Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyan. Il était respecté de tous pour les valeurs de paix, d'ouverture et de dialogue qu'il incarnait. Mon soutien à son frère, nouvellement élu Président des Émirats arabes unis, ainsi qu’au peuple émirien. https://t.co/dLxKLS7Kfb

19h40 : Emmanuel Macron est arrivé à Abou Dhabi "pour rendre hommage" au président des Emirats arabes unis Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, mort vendredi. Le chef de l'Etat a posté un message sur Twitter, accompagné d'une photo, où il salue son frère, Mohammed ben Zayed, nouveau président du pays.

(CHRISTIAN HARTMANN / AFP)