Cet article date de plus de trois ans.

Apparu, Balkany, Copé, Rousset, Delga... Ces députés que vous ne verrez plus à l'Assemblée car ils arrêtent de cumuler

Contraint par la loi sur le non-cumul des mandats, plusieurs figures de l'Assemblée nationale ont décidé de privilégier leur mandat local.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
De nombreux députés vont quitter l'hémicycle en raison de la loi sur le non-cumul des mandats. (CHAMUSSY / SIPA)

Le renouvellement, c'est maintenant. Avec l'entrée en vigueur, cette année, de la loi contre le cumul des mandats, de nombreux élus ont été priés de choisir entre leur mairie et l'Assemblée nationale. Certains, et non des moindres, ont décidé de ne pas se représenter aux législatives de juin.

>> Votre député se représentera-t-il au mois de juin ? Utilisez notre moteur de recherche

Franceinfo dresse la liste (non-exhaustive) de ces députés qui vont quitter le Palais-Bourbon.

Benoist Apparu (Les Républicains)

Le député Benoist Apparu, le 16 juin 2015 à l'Assemblée nationale. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Nombre de mandats : deux (4e circonscription de la Marne).

Explication : Ephémère porte-parole de François Fillon, ce proche d'Alain Juppé a décidé de se concentrer sur la mairie de Châlons-en-Champagne (Marne). "Il y a, me semble-t-il, au regard de ce non-cumul des mandats, beaucoup plus de richesse et d’utilité dans la fonction de maire de Châlons, que dans la fonction parlementaire, qui plus est que j’exerce depuis dix ans, alors que les fonctions de maire, je ne les exerce que depuis trois ans", a-t-il expliqué en mars dans les colonnes de L'Union. Pour lui, "l’engagement local est plus fort, plus riche, plus intéressant, plus important que l’engagement national".

Nathalie Appéré (Parti socialiste)

La députée socialiste, Nathalie Appéré, le 10 mars 2015 à l'Assemblée nationale. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Nombre de mandat : un (2e circonscription d'Ille-et-Vilaine).

Explication : La maire de Rennes avait prévenu dès son élection en mars 2014. "Je me mets en conformité avec la loi sur le non-cumul des mandats, que j'ai d'ailleurs votée", a-t-elle rappelé en septembre à Ouest-France.

Patrick Balkany (Les Républicains)

Le député des Hauts-de-Seine, Patrick Balkany, le 25 octobre 2016. (CHAMUSSY / SIPA)

Nombre de mandats : cinq (5e circonscription des Hauts-de-Seine).

Explication : Affaibli par ses multiples ennuis judiciaires et critiqué jusque dans son camp, Patrick Balkany a préféré se concentrer sur son mandat de maire. "Tous ceux qui me sont proches, mais aussi toute l'équipe municipale et, surtout, l'ensemble des Levalloisiens, savent que la question ne s'est pas posée un instant pour moi : jamais je n'abandonnerai mon mandat de maire de Levallois !", a-t-il expliqué sur Facebook.

Jean-François Copé (Les Républicains)

Le député Jean-François Copé, le 30 novembre 2016 à l'Assemblée nationale. (PDN / SIPA)

Nombre de mandats : quatre (6e circonscription de Seine-et-Marne).

Explication : "La décision a été difficile à prendre, a expliqué début avril le maire de Meaux. Après mûre réflexion, le choix de me consacrer au développement de l'agglomération meldoise, qui compte près de 100 000 habitants, m'est apparu comme une évidence." L'édile est persuadé que "c'est au niveau municipal que l'on peut vraiment améliorer la vie des Français".

Carole Delga (Parti socialiste)

Carole Delga, le 4 novembre 2014 à l'Assemblée nationale. (CHAMUSSY / SIPA)

Nombre de mandats : un (8e circonscription de Haute-Garonne).

Explication : Critiquée pour avoir cumulé ses mandats de présidente de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et de député, Carole Delga s'était défendue en expliquant dès 2015 qu'elle ne se représenterait pas. Elle a tenu parole.

Patrick Devedjian  (Les Républicains)

Le député Patrick Devedjian, le 21 septembre 2016 à Boulogne-Billancourt. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Nombre de mandats : six (13e circonscription des Hauts-de-Seine).

Explication : Elu depuis 1986 à l'Assemblée nationale, Patrick Devedjian n'est pas tendre avec l'institution qu'il quitte. "Je ne me représente pas aux législatives parce que le Parlement est devenu un théâtre d'ombres, une simple chambre d'enregistrement, a expliqué début avril le président du conseil général des Hauts-de-Seine à Europe 1Les députés ne décident plus de rien, ils doivent se contenter de lever la main quand on le leur demande". A l'inverse, "la gestion locale, c'est du concret, des projets que nous lançons et réalisons".

Edouard Philippe (Les Républicains)

Le député Edouard Philippe, le 6 octobre 2015 au Havre (Seine-Maritime). (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Nombre de mandats : deux (7e circonscription de Seine-Maritime).

Explication : Le maire du Havre a décidé de se consacrer à sa mairie, tout en disant tout le mal qu'il pensait de la loi contre le cumul des mandats. "Cette loi n’est pas bonne et je ne l’ai pas votée. Interdire à tous les maires, adjoints, d’être parlementaires, c’est préparer une assemblée très parisienne et doctrinale", expliquait-il en janvier au site Normandie Actu. Mais il n'a pas douté de son choix : "Pas une fonction au sein de l’Assemblée nationale ne me paraît plus passionnante que maire du Havre".

Arnaud Robinet (Les Républicains)

Le député Arnaud Robinet, le 10 janvier 2014 à Reims (Marne). (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Nombre de mandats : deux (1ère circonscription de la Marne).

Explication : Le maire de Reims n'est pas non plus favorable à la loi sur le cumul des mandats. "Je pense que cette loi est une erreur, mais François Fillon a décidé de ne pas revenir dessus. Je resterai donc maire de Reims", indiquait-il à franceinfo début janvier.

Alain Rousset (Parti socialiste)

Le député Alain Rousset, le 22 février 2016 à Bordeaux (Gironde). (GEORGES GOBET / AFP)

Nombre de mandats : deux (7e circonscription de Gironde)

Explication : Le député préfère se consacrer à son mandat de président de la région Nouvelle-Aquitaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.