Législatives 2024 : comment certains candidats misent sur le réseau social TikTok pour conquérir le vote des jeunes

Selon un sondage Ipsos, le Rassemblement national et La France insoumise, très actifs sur TikTok, sont les deux partis qui ont le plus attiré le vote des 18-24 ans lors des élections européennes.
Article rédigé par Antoine Deiana
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Jordan Bardella est l'une des personnalités politiques les plus populaires sur TikTok (1,6 million d'abonnés), avec Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. (SIMON CARDONA / RADIO FRANCE)

"OK vidéo faite totalement à l'arrache, la gauche vient de signer la construction d'un accord." C'est par ce type de contenu vidéo, en 20 secondes, que Louis Boyard explique sur TikTok les coulisses de la création d'un Front populaire au sein de la gauche, en vue des élections législatives anticipées. Le député du Val-de-Marne a dépassé le million d'abonnés il y a quelques jours et il a d'ailleurs fait une vidéo pour remercier ses abonnés, comme un influenceur. Car l'élu sait à quel point l'application est utile pour capter un public jeune et le convaincre d'aller voter.

Une communication aux codes bien précis

Que ce soit Emmanuel Macron (4,5 millions d'abonnés), Jean-Luc Mélenchon (2,4 millions d'abonnés), ou Jordan Bardella (1,6 million d'abonnés), les personnalités politiques utilisent les mêmes codes pour s'adresser aux 18-24 ans : des vidéos soi-disant tournées à l'improviste, face caméra, dans une chambre d'hôtel par exemple, à la va-vite. Chacun se filme dans un coin, seul, d'une façon décontractée.

On a donc l'impression que c'est improvisé et que ça vient d'eux, sans plan de communication. Et ça fonctionne. Ce qui génère aussi beaucoup de vues, ce ne sont pas les extraits de télévision soigneusement choisis et coupés pour mettre en valeur leurs arguments politiques, mais plutôt les coulisses, souvent sans aucun contexte. Juste des moments de vie, d'échanges avec les électeurs, ou de réponse aux commentaires déposés sous les vidéos.

@gabriel_attal

Hissez haut Santiano ! ⛵️🇫🇷

♬ son original - Gabriel Attal

Exemple dans la vidéo ci-dessus, Gabriel Attal chante Santiago d'Hugues Aufray, lors d'un déplacement dédié au monde agricole dans la Manche, en avril dernier. Mais pour le savoir, il faut faire quelques recherches sur internet. Parce qu'il n'y a aucune explication sur son compte TikTok pour comprendre où cette vidéo a été tournée, ni pourquoi le Premier ministre interprète cette chanson et a décidé de la publier sur son compte, lors de quel déplacement politique… La vidéo qui cumule trois millions de vues n'a aucune description.

Le succès des édits

L'autre formule qui marche en vidéo sur le réseau social, ce sont les "édits", des montages vidéos qui mélangent une déclaration et une succession de photos ou vidéos d'une personnalité politique sur des musiques tendances propres à chaque plateforme. Ces montages sont réalisés souvent par des internautes puis repris par les partis et politiques eux-mêmes.

@sparklinglea_ Le 30 juin et le 7 juillet votez pour le nouveau Front Populaire !! #pourtoi #frontpopulaire #sebastiendelogu #delogu @Sébastien Delogu ♬ A DIAMONDS GOTTA SHIIINE - kat

L'un de ces édits consacrés à un élu politique français s'est même retrouvé sur un écran géant à New York. C'est une communauté de "fans" de Sébastien Delogu, et donc de la France insoumise, qui a fait diffuser un montage vidéo du député (LFI) des Bouches-du-Rhône à Times Square.

D'ailleurs, cette utilisation massive de TikTok est une stratégie venue des États-Unis et semble avoir profité à l'extrême droite qui, en utilisant l'humour et les mèmes, a considérablement dédiabolisé son image. En mars dernier, le site Politico (article en anglais) a analysé l'audience des groupes politiques européens sur TikTok. Le groupe d'extrême droite Identité et démocratie (ID) est le plus actif, qui a le plus d'audience, et qui a récolté le plus grand nombre de likes par rapport au nombre de vidéos postées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.