La gauche risque de perdre la Corrèze

Au lendemain du premier tour des départementales, la droite affiche de bons résultats au sein de la Corrèze, le fief du chef de l'Etat.

FRANCE 2

C'est une déroute pour le Parti socialiste. La Corrèze, le fief de François Hollande, risque de basculer à droite, dimanche 29 mars. Et pour cause, la droite a d'ores et déjà obtenu quatre cantons, à l'issue du premier tour du scrutin. L'UMP, alliée à l'UDI, se retrouve même en tête dans la quasi-totalité des cantons du département.
"Les électeurs de la Corrèze ont adressé un carton au président de la République. La Corrèze doit être mature politiquement. C'est aussi l'un des signaux des Corréziens. Il faut apprendre à vivre sans la tutelle de l'État", estime Pascal Coste, candidat UMP du canton Midi corrézien.

"On ne veut pas d'une politique de droite ou d'extrême droite"

L'homme affrontera le candidat socialiste, dimanche prochain. Le maire PS de Tulle reste néanmoins optimiste. "Je pense sincèrement que la gauche a la capacité de rassembler. Derrière ceux qui ne se sont pas rendus dans les urnes, il y a beaucoup de nos compatriotes qui sont proches de nos valeurs", note Bernard Combes.
Le secrétaire départemental du PCF, Pascal Bagnarol, a lui, d'ores et déjà donné sa consigne de vote : "On ne veut pas d'une politique de droite ou d'extrême droite", a-t-il ainsi souligné au micro de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Avril 2012 - vue de la ville de Tulle (Corrèze)
Avril 2012 - vue de la ville de Tulle (Corrèze) (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)