VIDEO. Christine Boutin veut que Force Vie "redevienne le premier parti de France"

La candidate battue aux européennes appelle ses "140 000" électeurs à l'aide pour renflouer les caisses de sa formation après ces élections perdues.

Cette vidéo n'est plus disponible

La politique, "ça coûte cher", reconnaît Christine Boutin, candidate malheureuse aux élections européennes en Ile-de-France sous le label Force Vie. "Je ne sais pas si je suis ruinée, mais nous sommes dans une situation financière très difficile", confie-t-elle au micro de RTL, vendredi 30 mai. Les affiches, les bulletins de vote, et les professions de foi lui ont coûté "150 000 euros". Une somme "énorme", juge-t-elle.

Le plafond de financement d'une campagne "pas suffisant"

Car la responsable chrétienne-démocrate n'a pas réussi à atteindre le seuil fatidique des 3% qui lui auraient ouvert un financement public de sa campagne. Elle-même n'a recueilli que 1,2% des voix en Ile-de-France. Aujourd'hui, elle doit donc se refinancer par ses propres moyens : "Je vais me débrouiller comme je peux. J'ai vendu ma permanence. Ça a déjà servi à payer la moitié de mes dettes pour la présidentielle. Et puis l'autre moitié passera là." La catholique, fervente opposante au mariage et à l'adoption pour tous, lance donc un appel à ses "140 000" électeurs. Et elle donne son adresse postale. "Si nous arrivons à les retrouver, figurez-vous qu'on redevient le premier parti de France", lance-t-elle.

Au passage, l'ex-ministre estime que le plafond de financement d'une campagne présidentielle n'était "pas suffisant". Ce plafond est de 22,509 millions d'euros pour chacun des deux candidats restés en lice au second tour et de 16,851 millions pour chacun des autres. "Je ne sais pas comment ils font", a-t-elle lâché, en pleine affaire Bygmalion.

Christine Boutin en campagne pour les élections européennes en Ile-de-France sous le label Force Vie, le 17 mai 2014 à Paris.
Christine Boutin en campagne pour les élections européennes en Ile-de-France sous le label Force Vie, le 17 mai 2014 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)