"Un problème de démocratie" : Génération.s et le RN dénoncent des irrégularités dans plusieurs départements lors des européennes

Des bulletins de la liste Printemps européen manquaient dans certains bureaux de vote, assure Benoît Hamon. 

Des bulletins de vote dans une école du 11e arrondissement de Paris, le 26 mai 2019.
Des bulletins de vote dans une école du 11e arrondissement de Paris, le 26 mai 2019. (DENIS MEYER / HANS LUCAS / AFP)

"Une grave inégalité de traitement." Dans un communiqué, Benoît Hamon a affirmé que les bulletins de vote de sa liste Printemps européen étaient absents de plusieurs bureaux de vote dans six départements, dimanche 26 mai, pour les élections européennes. Selon le Printemps européen, les départements concernés par ces irrégularités sont les Bouches-du-Rhône, le Gard, la Corrèze, les Pyrénées-Orientales, la Somme et les Côtes-d'Armor.

>> Suivez en direct la soirée électorale des européennes : estimations, résultats, réactions...

"Nous avons été avertis par des électeurs et militants, certains ont prévenu les maires ou présidents des bureaux de vote", explique Benjamin Lucas, codirecteur de la campagne de Benoît Hamon à franceinfo. Electeur dans la Somme, il explique avoir constaté qu'aucun bulletin n'était présent dans trois bureaux de vote de Boves, dimanche matin. "On nous a répondu que la liste n'avait pas fourni de bulletins, or, nous en avons fourni en quantité suffisante, il doit s'agir d'un problème de répartition ou d'un problème en mairie", poursuit-il. 

Les cas ont été signalés dans les procès-verbaux des bureaux de vote et auprès des préfectures, mais le mouvement estime qu'il aurait pu perdre des centaines voix. "On verra avec nos avocats ce qu'il convient de faire dans la soirée, si on peut faire un recours ou pas", précise Benjamin Lucas.

A moins d'être très déterminé, soit on rebrousse chemin, soit on prend un autre bulletin. A partir du moment où le suffrage de chacun n'est pas respecté, il y a un problème de démocratie.Benjamin Lucas, codirecteur de la campagne de Benoît Hamonà franceinfo

Du côté des préfectures, plusieurs administrations expliquent avoir constaté des problèmes, mais assurent qu'il n'y a eu aucune incidence sur les résultats du scrutin. "On a eu un ou deux bureaux qui ont eu des soucis d'approvisionnement, mais c'était très marginal et pas spécifique à la liste de Benoît Hamon, assure-t-on à la préfecture des Pyrénées-Orientales. Ça a concerné des petits villages, pas Perpignan, et un réapprovisionnement a tout de suite été effectué. Ce sont des petits problèmes techniques qui peuvent arriver."

Dans les Bouches-du-Rhône, des problèmes ont été relevés par plusieurs bureaux de vote. La préfecture a averti la mairie de Marseille, qui s'est "engagée à approvisionner et à faire le nécessaire, explique-t-on. On a eu très peu d'appels donc ça doit être marginal". La préfecture attend les procès-verbaux des bureaux de vote pour éclaircir la situation. En revanche, la Corrèze assure ne pas avoir eu de remontées pour les listes de Benoît Hamon, ni de la part des maires ni de la part des particuliers. "On a fait une permanence de 7h45 à 18 heures, donc on l'aurait su."

Des bulletins RN "gardés" dans la voiture du maire

Wihr-au-Val, village du Haut-Rhin, plusieurs électeurs ont été surpris de voir que les bulletins du Rassemblement national n'étaient pas présents sur la table du bureau de vote, provoquant l'ire de plusieurs responsables RN. "J'ai été avertie très tôt ce matin par des électeurs. J'ai pris ma voiture et je me suis rendue sur place. Le maire était là et m'a dit : 'Je n'y peux rien, vous n'avez qu'à télécharger vos bulletins'", explique, outrée, Marie-Hélène de Lacoste Lareymondie, conseillère RN à la région Grand Est.

La conseillère assure que la propagande a pourtant été livrée à temps et indique alors qu'elle ne bougera pas "tant qu'on n'aura pas trouvé une solution". Finalement, les bulletins se trouvaient dans la voiture du maire Gabriel Burgard, décrit la conseillère. "Entre le constat du manque et mon arrivée dans le bureau, il s'est passé au moins deux heures."

Je trouve que c'est gravissime de la part d'un maire de ne pas remplir son devoir électoral.Marie-Hélène de Lacoste Lareymondie, conseillère RN Grand-Està franceinfo

Contacté par L'Alsace, le maire de Wihr-au-Val "assume complètement cette bévue" et estime que l'oubli des bulletins du RN a été favorisé par la profusion des listes. "A l’ouverture du bureau de vote, il n’était pas possible à vue de nez de voir qu’il manquait les bulletins d’une liste, explique-t-il. Je n’ai pas fait de pointage systématique et je l’assume. L’erreur a été réparée vers 10h15, dès que nous l’avons réalisée. Dans ce laps de temps, seules deux ou trois électeurs sont venus se plaindre de ne pas trouver les bulletins de la liste qu’ils avaient choisie, sans nous préciser à laquelle ils pensaient... Mais j’ai d’abord pensé qu’ils parlaient de petites listes, dont les bulletins étaient à télécharger sur internet."

"Certains électeurs ont porté plainte à la gendarmerie sur mes conseils, certains ont pu revenir, ceux que je connaissais, mais certains n’ont pas pu voter", reprend Marie-Hélène de Lacoste Lareymondie. La conseillère a déposé plainte à la gendarmerie de Munster.

En cas de fraude, un juge électoral peut être saisi. Il s’agit pour les élections nationales du Conseil constitutionnel et pour les élections locales et européennes du tribunal administratif et du Conseil d’État. Il peut ensuite sanctionner les fraudes, mais ce n’est pas systématique, précise le site vie-publique.fr. En effet, la jurisprudence veut qu’une élection ne soit annulée, ou les résultats modifiés, que si les fraudes constatées ont eu pour effet de déplacer un nombre suffisant de voix pour fausser les résultats.