"Protéger le mode de vie européen" : l'intitulé du portefeuille du nouveau commissaire européen fait polémique

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a créé une polémique en liant migrations et "protection du mode de vie européen". 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à Bruxelles, le 10 septembre 2019. 
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à Bruxelles, le 10 septembre 2019.  (THIERRY ROGE / BELGA MAG)

La porte-parole du gouvernement français Sibeth Ndiaye s'est dite, mercredi 11 septembre, "très interrogative" concernant l'intitulé du portefeuille du nouveau commissaire européen chargé des Migrations et de la Protection du "mode de vie européen".

"Cet intitulé interroge", a-t-elle déclaré lors du compte-rendu du Conseil des ministres à l'Elysée. "Mais je crois que le périmètre de ce portefeuille ne diffère pas de celui qui était dans la mandature précédente". "Sur ce qui sera la feuille de mission du commissaire grec, il aura l'occasion de la présenter devant les eurodéputés et donc les eurodéputés pourront l'interroger sur cet intitulé", a-t-elle ajouté. 

Fonctionnaire de longue date auprès de la Commission européenne, le Grec Margaritis Schinas a été chargé mardi de "protéger notre mode de vie européen" dans le cadre de la présentation de la nouvelle commission qui entrera en fonction le 1er novembre sous la houlette de l'Allemande Ursula von der Leyen.

Un portefeuille qui crée un "amalgame" 

L'intitulé de son portefeuille a provoqué un début de polémique, certains élus et ONG y voyant une rhétorique empruntée à l'extrême droite. "Pourquoi la migration est dans ce portefeuille ? Nous avons besoin de protection pour notre démocratie, contre le changement climatique, etc. – pas contre les migrants", a tweeté la Confédération européenne des syndicats.

Cela "crée un amalgame qui n'est pas acceptable", a renchéri le député La République en marche et président de la commission des Affaires européennes à l'Assemblée, Pieyre-Alexandre Anglade. "Il est souhaitable que son nom change rapidement pour plus de clarté."

Pour l'eurodéputé Europe Ecologie-Les Verts (EELV) David Cormand, "un vent mauvais souffle sur notre continent" et le "champ lexical qui nourrit l'imaginaire de 'la guerre de civilisation' légitime le fantasme du 'grand remplacement'."