Européennes : quels sont les scores des listes qui ont fait moins de 5% en France ?

Le parti animaliste a fait une percée notable, dimanche, recueillant 2,18% des voix lors du scrutin européen. En revanche, les listes "gilets jaunes" n'ont même pas atteint 1% des suffrages. 

De gauche à droite, Ian Brossat, Florian Philippot, Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan, François Asselineau, Guillaume Balas, Jean-Christophe Lagarde, Dominique Bourg et Francis Lalanne, tous candidats pour les élections européennes, le 22 mai 2019 sur le plateau de \"L\'Emission politique\" de France 2, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).
De gauche à droite, Ian Brossat, Florian Philippot, Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan, François Asselineau, Guillaume Balas, Jean-Christophe Lagarde, Dominique Bourg et Francis Lalanne, tous candidats pour les élections européennes, le 22 mai 2019 sur le plateau de "L'Emission politique" de France 2, à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Un nombre record de listes et de candidats. Pas moins de 34 listes et 2 686 personnes se sont présentées pour les élections européennes en France, dimanche 26 mai. Selon les résultats complets communiqués par le ministère de l'Intérieur lundi, la liste du Rassemblement national, menée par Jordan Bardella, arrive en tête avec 23,31% des votes. La liste LREM-MoDem arrive deuxième, avec 22,31% des suffrages, et Europe Ecologie-Les Verts décroche la troisième place (13,47%), loin devant Les Républicains (8,48%).

>> Suivez en direct les dernières informations au lendemain des élections européennes

La France insoumise est cinquième, avec 6,31% des voix, suivie de la liste PS-Place publique emmenée par Raphaël Glucksmann, qui recueille 6,19% des suffrages. Les 28 autres listes obtiennent chacune moins de 5% des votes, ce qui les prive d'élus au Parlement européen. Tour d'horizon de leurs résultats.

Debout la France : 3,51%

La liste Le courage de défendre les Français, menée par le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, ne recueille que 3,52% des voix, selon les résultats complets communiqués par le ministère de l'Intérieur. Le député de l'Essonne promettait pourtant qu'il serait "la surprise de ce scrutin", les sondages le créditant d'un score variant entre 7% et 8% des intentions de vote. 

Génération.s : 3,27%

La liste citoyenne du printemps européen, de l'ancien candidat socialiste à l'élection présidentielle Benoît Hamon, obtient 3,27% lors de ce scrutin. Ce résultat risque de plonger Génération.s, créé par l'ancien socialiste après l'élection présidentielle de 2017, dans la crise. Le mouvement a reconnu que ce score, qui l'empêche d'envoyer des députés au Parlement européen, était "une déception".

Le PCF : 2,50%

Menée par le porte-parole du Parti communiste français (PCF) et adjoint à la maire de Paris en charge du logement, Ian Brossat, la liste Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent recueille 2,50% des suffrages exprimés. "Dans cette période politique trouble, n'oublions jamais que nous n'avons pas d'adversaires à gauche", a déclaré Ian Brossat. Il faudra "tendre la main et réussir à gauche dès demain", a-t-il martelé, convaincu que "tout est à reconstruire".

L'UDI : 2,49% 

La liste Les Européens, dirigée par le député de Seine-Saint-Denis et président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), Jean-Christophe Lagarde, arrive juste derrière le PCF, avec 2,49% des voix. Pour le député et ancien maire de Drancy, la liste a été "victime du duel" entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors de ce scrutin. "Nous avons porté les valeurs de l'Europe, fait campagne sur un vrai projet européen, mais nous sommes victimes du piège qui a été tendu aux Français, du soi-disant référendum entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen", a-t-il réagi. 

Le parti animaliste : 2,17%

Belle percée pour le parti animaliste, dont la liste était menée par l'avocate Hélène Thouy, également co-fondatrice de l'association Animal justice droit. Le parti défendant la protection des animaux a recueilli 2,18% des suffrages, selon les résultats complets du ministère de l'Intérieur. Un score qui a doublé par rapport aux élections législatives de 2017, où le parti animaliste avait recueilli 1,10% des votes. "C'est un succès si on l'analyse du point de vue des sondages, surtout pour un parti sans moyens financiers, avec un très petit budget de campagne, blacklisté par les médias"a défendu Hélène Thouy auprès de franceinfo. 

Urgence écologie : 1,82%

La liste Urgence écologie, menée par le philosophe et ancien vice-président de la Fondation Nicolas Hulot, Dominique Bourg, obtient 1,82% des suffrages aux élections européennes. Cette liste comptait dans ses rangs la députée des Deux-Sèvres et ancienne ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, ainsi qu'Antoine Waechter, "l'un des inventeurs de l'écologie 'ni de droite ni de gauche'", rappelle Libération.

L'UPR : 1,17% 

Conduite par François Asselineau, la liste Ensemble pour le Frexit de l'Union populaire républicaine (UPR), appellant à une sortie de la France de l'Union européenne, recueille 1,17% des voix. Un léger mieux par rapport à l'élection présidentielle de 2017 : lors de ce scrutin, François Asselineau avait obtenu 0,92% des suffrages exprimés. 

Lutte ouvrière : 0,78%

La liste Contre le grand capital, le camp des travailleurs, dirigée par l'ancienne candidate aux élections présidentielles de 2012 et 2017, Nathalie Arthaud, obtient 0,78% des suffrages, soit un peu plus de 175 000 voix lors de ces élections européennes, contre 0,64% (232 000 voix) lors de la dernière présidentielle.

Les Patriotes : 0,65%

Grosse déconvenue pour le député européen Florian Philippot, ancien vice-président du Front national (FN) et président du mouvement Les Patriotes depuis son départ du FN. Sa liste Ensemble patriotes et gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne recueille seulement 0,65% des voix. Les sondages le créditaient de 1 à 2,5% des suffrages. "Les résultats des Patriotes sont bien entendu en-deçà de nos espérances", a déclaré dans un communiqué Florian Philippot, qui perd ainsi son siège à Strasbourg et Bruxelles. 

Alliance jaune : 0,54%

C'était l'une des deux listes représentant le mouvement des "gilets jaunes" pour les élections européennes. La liste Alliance jaune, la révolte par le vote obtient un peu plus de 122 000 voix, soit 0,54% des suffrages exprimés. Elle était menée par le chanteur Francis Lalanne, et comptait aussi parmi ses candidats Jérémy Clément, autre "gilet jaune" médiatique et fervent défenseur du référendum d'initiative citoyenne (RIC). La défaite est claire pour cette liste : le 23 janvier, l'institut de sondage Elabe créditait une potentielle liste représentative du mouvement de 13% des intentions de vote.

Les oubliés de l'Europe : 0,23% 

La liste Les oubliés de l'Europe - Artisans, commerçants, professions libérales et indépendants - ACPLI recueille 0,23% des suffrages exprimés, d'après les résultats du ministère de l'Intérieur. Cette liste se présentait comme "une organisation sans étiquette politique". Sa tête de liste, Olivier Bidou, est chef d'entreprise et président de la Coordination nationale des indépendants. 

Le parti pirate : 0,14% 

La liste du parti pirate, menée par l'ancienne candidate aux élections législatives Florie Marie, obtient 0,14% des voix, soit un peu plus de 31 600 voix. Cette formation politique ne compte qu'une seule élue au Parlement européen : il s'agit de l'Allemande Julia Reda, députée européenne depuis 2014. 

L'Union des démocrates musulmans de France : 0,13%

Portée par le fondateur de l'Union des démocrates musulmans français (UDMF) Nagib Azergui, la liste Une Europe au service des peuples obtient 0,13% des suffrages, soit près de 28 400 voix. Nagib Azergui entendait avec cette candidature lutter contre l'islamophobie dans certains discours politiques français. 

L'Espéranto : 0,08% 

Le mouvement européen Espéranto, qui prônait une "démocratie linguistique" avec sa liste Langue commune équitable pour l'Europe recueille 0,08% des suffrages (18 500 voix) lors de ce scrutin. Cette liste était emmenée par Pierre Dieumegard, président de la section française du mouvement Espéranto.

Le parti fédéraliste européen : 0,06% 

La liste Pour une Europe qui protège ses citoyens, menée par le président et fondateur du PFE, Yves Gernigon, récolte 0,06% des suffrages exprimés, ce qui correspond à environ 12 600 voix. Yves Gernigon, dirigeant d'une agence de communication institutionnelle et financière, souhaitait avec cette liste prôner la création d'une "puissance publique européenne"

A voix égales : 0,05% 

Menée par l'ancienne avocate de Jacqueline Sauvage, Nathalie Tomasini, cette liste féministe – nouvelle en politique – obtient 0,05% des suffrages, soit 11 850 voix. 

Décroissance 2019 : 0,05%

Même score pour la liste Décroissance 2019, dirigée par l'enseignante de formation Thérèse Delfel. Cette liste, qui appelle à "une Europe de la décroissance" et à une "sobriété heureuse", obtient 0,05% des voix, soit quelque 10 400 votes. 

Allons enfants : 0,04% 

Cette liste s'était fait remarquée lors de la campagne pour les élections européennes, ne comprenant que des candidats âgés de moins de 30 ans. "Allons enfants", menée par la jeune diplômée de Sciences Po Sophie Caillaud, recueille 0,04% des voix, soit 8 200 votes. 

Le parti des citoyens européens : 0,03% 

La liste Parti des citoyens européens obtient 0,03% des votes, soit 6 760 voix à travers la France lors de ces élections européennes. Elle était dirigée par Audric Alexandre, un professeur d'anglais à la faculté de Douai et cadre dans le milieu associatif. "Il ne suffit plus de dire qu'on est pro-européens. Il faut le montrer maintenant", prônait-il dans une interview.

Le mouvement pour l'initiative citoyenne : 0,03%

La liste "Mouvement pour l'initiative citoyenne" obtient elle aussi 0,03%, précisément 6 286 voix. Cette liste, qui défend le RIC, était menée par Gilles Helgen, chef d'entreprise en Ille-et-Vilaine et déjà candidat aux élections européennes de 2009, où il avait recueilli seulement 581 votes sur 2,6 milions de voix. 

L'UDLEF : 0,02% 

L'Union démocratique pour la liberté égalité fraternité (UDLEF), qui promeut "une France au cœur de l'Europe, ouverte sur le monde", était menée par Christian Person, lui aussi chef d'entreprise breton, âgé de 50 ans. Elle a obtenu 0,02% des voix, soit à peine plus de 5 000 votes.

La liste de la Reconquête : 0,02% 

Il s'agit de la liste soutenue par Dissidence française, une formation politique identitaire d'extrême droite fondée par Vincent Vauclin en 2011. Le candidat, tête de liste, a récolté 0,02% des suffrages, précisément 4 851 votes. 

Démocratie représentative : 0,02%

Cette liste, menée par le militant d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) Hadama Traoré, visait à "créer une passerelle entre la banlieue et les 'gilets jaunes'". Elle obtient 0,02% des suffrages, soit 3 469 voix. 

L'Alliance royale : 0,01% 

La liste Une France royale au cœur de l'Europe, menée par le délégué général de l'Alliance royale, Robert de Prévoisin, est la première liste à tomber sous la barre des 0,02%. La formation royaliste recueille 0,01% des voix lors de ces élections européennes, soit 3 374 votes. Pour ce scrutin, Robert de Prévoisin prônait toujours la même idée : le retour à la royauté dans l'Hexagone.

Neutre et actif : 0,01%

La liste Neutre et actif, "100% nordiste", selon les mots de sa tête de liste Cathy Corbert, obtient elle aussi 0,01% des votes – à peine plus de 2 800 voix. 

Evolution citoyenne : 0,01%

Défaite cinglante pour la deuxième liste représentant le mouvement des "gilets jaunes" pour les élections européennes. Evolution citoyenne, menée par le forgeron Christophe Chalençon, l'une des figures médiatiques du mouvement, n'a récolté que 0,01% des votes, c'est-à-dire 2 117 voix à travers la France. Dans sa commune, Sault (Vaucluse), Christophe Chalençon n'a récolté que deux voix. 

La ligne claire : 0,01%

Figure de la théorie complotiste d'extrême droite du "grand remplacement", l'essayiste Renaud Camus s'est présenté aux élections européennes avec la liste La ligne claire. Celle-ci n'obtient que 0,01% des voix, et est l'une des deux listes à compter moins de 2 000 votes (1 893 sur l'ensemble du pays).

Parti révolutionnaire communistes : 0,01%

Cette liste était issue d'une scission avec le PCF. Le parti révolutionnaire communistes, dirigé par l'ouvrier métallurgiste Antonio Sanchez, est la liste rassemblant le moins de votes lors de ces élections européennes. Elle récolte 0,01% des suffrages exprimés, soit précisément 1 458 voix parmi les électeurs français.