VIDEO. Présidence de la Commission européenne : "si les uns les autres restent sur les noms actuels, nous aurons un blocage", alerte Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est exprimé à l'issue d'un Conseil européen, informel, à Bruxelles. 

Le bras de fer entre Paris et Berlin continue après les élections européennes. Emmanuel Macron a invité les chefs d'Etat et de gouvernement et le Parlement européen à trouver un compromis autour d'un candidat fort et charismatique pour la présidence de la Commission, mettant en garde contre un risque de blocage. "Je veux rassembler. Si les uns et les autres restent sur les noms actuels, nous aurons un blocage", a dit le président français après un Conseil européen informel, à Bruxelles, lors duquel les grandes nominations à venir ont été discutées. 

Emmanuel Macron a exprimé sa satisfaction d'avoir obtenu que les dirigeants remettent en cause le principe du "spitzenkandidat", qui privilégie pour la présidence de la Commission européenne le candidat proposé par le parti ayant le plus de siège au Parlement. L'application de ce principe se traduirait par la nomination du conservateur allemand Manfred Weber, soutenu par la chancelière Angela Merkel, ce que refuse Paris. 

Hormis la désignation d'un président de la Commission européenne, trois autres nominations doivent être effectuées ces prochains mois. Il s'agit des présidences de Conseil et du Parlement ainsi que de celle du Haut-représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. "Je tiens à ce que ces nominations soient paritaires, que nous ayons deux hommes et deux femmes", a affirmé Emmanuel Macron. 

Emmanuel Macron, le 29 mai 2019, à Bruxelles. 
Emmanuel Macron, le 29 mai 2019, à Bruxelles.  (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)