Guerre en Ukraine : "Envoyer des armes" aux Ukrainiens revient à "dépecer notre appareil de défense", déplore Marion Maréchal

La tête de liste Reconquête aux élections européennes a répété son opposition à une aide massive à l'Ukraine, jeudi sur franceinfo.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Marion Maréchal, tête de liste Reconquête aux élections européennes, sur franceinfo le jeudi 11 avri. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Il n'est pas dans le rôle de la France de faire la guerre à la place de l'Ukraine", soutient Marion Maréchal Le Pen, tête de liste Reconquête aux élections européennes, invitée de "Demain l’Europe" jeudi 11 avril sur franceinfo. Elle n'est pas favorable à l'envoi d'armes à l'Ukraine, car, selon elle, "c'est dépecer notre appareil de défense" qui est "en très mauvaise situation". "Aujourd’hui, je soutiens l’Ukraine dans la défense de sa souveraineté", mais ce n’est pas pour ça "que la France doit faire la guerre à sa place". L'envoi d'armes en Ukraine est "irresponsable", estime la candidate Reconquête. 

"Si la France devait être amenée à protéger ses frontières et à protéger l'intégrité de son territoire dans une guerre de haute intensité, elle ne serait pas en capacité de le faire", parce que "notre appareil de défense est entrès mauvaise situation", poursuit-elle. "C'est autant de budget qui est pris sur le budget de la Défense." Pour la tête de liste du parti fondé par Éric Zemmour, la relance de la fabrication d'armes en France, notamment avec Eurenco à Bergerac, est "bien insuffisante". "Pendant des années, le gouvernement a fait le choix de ne pas mettre des commandes d'État à la hauteur de nos besoins et de nos ambitions", ajoute Marion Maréchal. 

Si elle reconnaît un désaccord avec de nombreux responsables européens au sujet de l'envoi de matériel militaire en Ukraine, y compris avec la Première ministre italienne conservatrice Georgia Meloni, Marion Maréchal estime que ce qui "fait consensus, c'est le refus de l'envoi de troupes en Ukraine", qui avait été "suggéré par Emmanuel Macron". Elle estime que le président de la République a fait "une grave faute politique à ce moment-là, puisqu'il a révélé qu'aucun membre de l'OTAN n'envisageait cette hypothèse". Le chef de l'État a "d'une certaine manière affaibli l'Ukraine et renforcé la position de Vladimir Poutine", selon la candidate.

Marion Maréchal "ne souhaite pas qu'il y ait d'intégration de l'Ukraine dans l'OTAN". Selon la tête de liste du parti d'extrême droite, "les Américains ne le souhaitent pas non plus, car c'est évidemment déclencher automatiquement la troisième guerre mondiale". Elle ajoute qu'elle "ne souhaite pas non plus que l'Ukraine soit intégrée au sein de l'Union européenne".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.