Autriche : l’extrême droite dans la tourmente

Le rassemblement des nationalistes européens à Milan (Italie) a été terni par un scandale de corruption présumée impliquant l’une des figures de l’extrême droite en Europe : Heinz Christian Strache.

France 3

En Autriche, Heinz Christian Strache le vice-chancelier et numéro 2 du gouvernement, a été contraint sous la pression populaire de démissionner après la révélation d'un scandale sur une vidéo. La raison ? Une vidéo compromettante dans laquelle le président du parti de l’extrême droite accepte de recevoir de l'argent russe et promet en échange des contrats publics à une femme assise à côté de lui qui se présente comme la nièce d'un oligarque. "Je crois qu’une coalition n’est possible avec personne pour le moment. J’ai donc suggéré au président de tenir des élections en Autriche au plus vite", a réagi Sebastian Kurz, chancelier autrichien du parti populaire.

Strache dénonce un attentat politique

Il était difficile pour le chancelier de continuer à partager le pouvoir avec cet allié encombrant. Vendredi soir, des journaux allemands ont publié une vidéo accablante filmée il y a deux ans dans une villa truffée de caméras cachées à Ibiza (Espagne). Heinz Christian Strache suggère d'abord un financement occulte de son parti. Les médias allemands qui ont révélé le scandale ne précisent pas qui leur a fourni la vidéo ni si la jeune femme était vraiment membre d'une riche famille russe. Piégé, Heinz Christian Strache a démissionné douze heures plus tard, dénonçant un attentat politique ciblé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz à droite et le vice-chancelier Heinz-Christian Strache, lors d\'une session plénière, le 6 juillet 2018, à Vienne (Autriche). 
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz à droite et le vice-chancelier Heinz-Christian Strache, lors d'une session plénière, le 6 juillet 2018, à Vienne (Autriche).  (GEORG HOCHMUTH / APA / AFP)