Législatives 2024 : intermittents, Pass culture, audiovisuel public… Quelles sont les propositions des principaux partis en matière de culture ?

Avant les élections législatives, franceinfo fait le point sur les principales mesures avancées dans cette campagne. Et on ne peut pas dire que la culture soit au cœur des projets des quatre grands blocs qui se présentent.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Illustration d'une salle de cinéma. (FR?D?RIC LECOCQ / MAXPPP)

L'essentiel sur les programmes

Avant les élections législatives, franceinfo fait le point sur les principales mesures avancées dans cette campagne. Jusqu'au premier tour des législatives, franceinfo détaille les programmes des principaux partis en lice et s'intéresse, vendredi 21 juin à la question de la culture.

Si l'environnement passe pour le grand oublié de la campagne, que dire de la culture ? Pas un mot sur le sujet dans les mesures dévoilées par les Républicains et peu dans le programme de la majorité actuelle ; plusieurs paragraphes en revanche dans celui du Nouveau Front Populaire, et carrément un livret indépendant d'une vingtaine de pages pour le Rassemblement national.

Pour le RN, la culture se résume au "patrimoine"

Le programme du Rassemblement national concernant la culture est issu du programme présidentiel de Marine Le Pen pour 2022. Le parti lui consacre donc un livret d’une vingtaine de pages mais attention, il n'y est pas question de culture mais de "patrimoine" avec cette définition en accroche : "Le patrimoine est notre histoire pétrifiée".

Des églises, cathédrales, remparts aux quatre coins du territoire abandonnés par l'État selon le RN, alors que ces monuments sont, d'une part pourvoyeurs d'emploi et de tourisme, et d'autre part, essentiels dans le "redressement moral du pays". Il faudra donc tripler le budget annuel pour l'entretien et la restauration, à environ un milliard d'euros en fléchant notamment autrement des aides accordées… à la création.

Autre mesure, écarter les mangas du Pass Culture. S’ils sont plébiscités par les jeunes lecteurs, ils ne sont pas vraiment un "bien culturel" pour le parti d'extrême droite.

Pour le reste du champ culturel, pas grand-chose, à l’exception d’une marotte : privatiser l'audiovisuel public, sans qu'on sache quand, comment et avec qui, le sujet faisant l'objet de nombreux allers-retours depuis plusieurs jours.

Des objectifs ambitieux à gauche

Ces objectifs sont symbolisés par ce chiffre : 1% du PIB accordé chaque année "à l'art, la culture et la création". Autres mesures : "étendre la gratuité dans les musées nationaux", ou "défendre le régime des intermittents", à rebours du RN qui semble vouloir le supprimer.

Autre opposition frontale, "garantir la pérennité d'un service public de l'audiovisuel" en garantissant son financement, et "défendre l'indépendance des rédactions face à leurs propriétaires", le milliardaire Vincent Bolloré étant clairement en ligne de mire.

Pas un sujet majeur pour les autres listes

Les Républicains n’accordent même pas un mot de leur programme à la culture. Ce n'est pas un sujet majeur non plus pour la majorité actuelle même si on veut garder le cap, avec le Pass Culture en pièce maîtresse. 

Plus globalement, l'affrontement gauche-extrême droite se fera sur deux conceptions de la culture : indépendance et ouverture d'un côté, repli sur la nation et mise en valeur du patrimoine existant et de la culture dite "classique" de l'autre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.