Elections pour les Français de l'étranger : 34 millions d'euros pour quatre scrutins

L'organisation des élections pour les Français de l'étranger auraient coûté 34 millions d'euros entre 2011 et 2014, selon un rapport de la Cour des comptes. Pour diminuer ce coût,  les juges financiers ont fait part de leur proposition.

Photo d\'illustration.
Photo d'illustration. (FRED TANNEAU / AFP)

La Cour des comptes a rendu public mardi 10 janvier un référé concernant l'organisation des élections pour les Français établis hors de France. La participation des électeurs à l'étranger reste faible et pourtant l'organisation des élections a coûté plus de 34 millions d'euros entre 2011 et 2014 pour quatre scrutins.

Un exemple : l'élection présidentielle en 2012 a mobilisé un peu plus de 42% des électeurs de l'étranger pour quasiment le double en France et pourtant, organiser ces élections à l'étranger, coûtent beaucoup trop.

Les quatre propositions des juges financiers pour faire des économies

Pour remédier à cette situation, les juges financiers formulent quatre recommandations. Améliorer la fiabilité des listes électorales en mettant fin à la double inscription et en simplifiant les radiations. Ainsi entre 20 000 et 30 000 électeurs pensant être radiés de la liste électorale consulaire se sont présentés dans leur bureau de vote en France pour l'élection présidentielle de 2012, ce qui entraîne un coût supplémentaire, notamment en terme de personnels mobilisés.

La Cour recommande aussi de dématérialiser l'envoi de la propagande pour les élections à l'étranger et de supprimer le vote par correspondance pour les élections législatives.

Enfin, après chaque scrutin où il est possible de voter par internet il serait judicieux, précise la Cour, de prévoir la publication d'un rapport sur la régularité et la conformité du vote. Il y a déjà eu des incidents qui posent notamment la question de la capacité des serveurs électroniques à absorber un flux pourtant restreint de votes (7 % des inscrits avaient fait en 2014 le choix du vote par internet).

La Cour des comptes considère que le développement du vote par internet permettrait de réduire les coûts d'organisation des scrutins. Les Français résidents à l'étranger sont représentés par 12 sénateurs, 11 députés, 90 conseillers à l’Assemblée des Français de l’étranger et 442 conseillers consulaires.