Elections législatives 2024 : Emmanuel Macron affirme que les programmes des "extrêmes" mènent "à la guerre civile"

Dans un podcast, le président de la République a fustigé lundi les propositions du Rassemblement national et de La France insoumise.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, le 18 juin 2024 au mémorial du Mont-Valérien, à Suresnes (Hauts-de-Seine). (LUDOVIC MARIN / AFP)

Emmanuel Macron attaque de nouveau les deux blocs d'opposition. Dans un podcast diffusé lundi 24 juin, le président de la République a affirmé que les programmes des "deux extrêmes" menaient "à la guerre civile", à moins d'une semaine du premier tour des élections législatives, qui se tient dimanche 30 juin. Il a ainsi fustigé le Rassemblement national, La France insoumise "et ceux qui les suivent".

"La réponse de l'extrême droite" en matière d'insécurité, "parce qu'elle renvoie les gens ou à une religion ou à une origine, divise et elle pousse à la guerre civile", a dit le chef de l'Etat dans le podcast "Génération Do It Yourself". Il a aussi affirmé que La France insoumise proposait "une forme de communautarisme... un peu électoral", "mais ça, c'est aussi la guerre civile derrière, parce que c'est d'abord renvoyer des gens exclusivement à leur appartenance ou religieuse ou communautaire".

"La solution, elle ne sera jamais dans le rejet de l'autre"

"Je pense que c'est un danger et c'est pour ça que je pense que et le Rassemblement national et La France insoumise répondent à des vrais problèmes", "des vraies colères, des vraies angoisses, celles de la personne qui se dit 'on ne répond pas à mon problème de sécurité', celle qui dit 'je ne suis pas reconnue et protégée parce que je suis musulman'", a estimé le président de la République. Selon lui, ils "répondent mal", "en accroissant la conflictualité et la guerre civile".

"Quand on en a ras le bol de tout, que la vie est dure au quotidien, on peut être tenté par des extrêmes qui ont des solutions plus rapides. Mais la solution, elle ne sera jamais dans le rejet de l'autre", a martelé Emmanuel Macron, qui a aussi déclaré, dans ce même podcast, que le résultat des législatives ne sera la "faute de personne" mais l'expression de la "responsabilité des Français". Selon lui, "par rapport à ceux qui sont tentés par les deux extrêmes, ce qu'on doit faire dans les deux ou trois ans qui viennent, c'est dire 'on doit être beaucoup plus ferme, beaucoup plus fort partout où la République n'est pas au rendez-vous de la sécurité et de l'impunité'".

"Les gens ne sont pas des idiots. Tout le système pense que les gens sont idiots." "Vous pensez que les gens sont fous et veulent le blocage ou les extrêmes, si on explique calmement quels sont les projets ? Moi je ne crois pas, j'ai toujours fait ce pari", a aussi déclaré le chef de l'Etat.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.