DIRECT. Régionales : le Front national battu en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Paca au second tour, selon un sondage

Le Front national battu en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Paca au second tour selon un sondage TNS Sofres/OnePoint pour LCI, RTL et "Le Figaro".

Marine Le Pen, la présidente du FN et candidate aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais Picardie, le 7 décembre 2015 à Lille.
Marine Le Pen, la présidente du FN et candidate aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais Picardie, le 7 décembre 2015 à Lille. (DENIS CHARLET / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le Front national serait battu en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Paca au second tour, selon un sondage TNS Sofres/OnePoint révélé mercredi 9 décembre pour LCI, RTL et Le Figaro. Xavier Bertrand (Les Républicains) l'emporterait face à Marine Le Pen (FN) avec 53% des intentions de vote en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi (LR) gagnerait avec 54% contre Marion Maréchal-Le Pen (FN).

Les listes définitives pour le second tour étant déposées, les élections régionales entrent dans leur dernière ligne droite. A gauche, deux candidats placés en troisième position derrière Les Républicains et le Front national ont décidé de se maintenir, malgré les consignes du Parti socialiste : Jean-Pierre Masseret en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et Marie-Guite Dufay, en Bourgogne-Franche-Comté

Jean-Luc Mélenchon ne donne pas de consignes de vote dans les régions où la gauche s’est retirée. "En Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, où il n’existe plus de vote de gauche possible, je me garderai bien de donner des consignes", déclare le député européen du Parti de gauche, dans une interview au Monde.  

 Valérie Pécresse donnée vainqueur de peu en Ile-de-France. Elle l'emporterait (42%) devant son rival socialiste Claude Bartolone (40%), selon un sondage Odoxa pour Le Parisien et BFMTV publié mercredi 9 décembre. Le candidat du FN, Wallerand de Saint Just, est crédité, pour sa part, de 18% d'intentions de vote.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #REGIONALES

23h07 : Les éditions locales de France 3 rediffusent en ce moment les débats des candidats aux élections de votre région. Pour les suivre en vidéo, rendez-vous ici.

22h16 : "Notre région, ils veulent la mettre en rang, en uniforme, une serre-tête sur les cheveux. Mais l'Ile de France, elle a les cheveux lâchés, elle est libre, elle est progressiste"

Les comparaisons audacieuses continuent à mesure que la campagne touche à sa fin. En meeting a Créteil (Val-de-Marne), Claude Bartolone a comparé l'Ile-de-France "serre-tête" de Valérie Pécresse à la sienne, "les cheveux lâchés".

21h55 : Pour le CSA, ces "déséquilibres" observés entre le 26 octobre et le 4 décembre ne constituent pas "de graves manquements" car ils sont liés à la couverture des attaques à Paris et Saint-Denis. "Aucune liste à forte représentativité n'a été fortement impactée", a précisé le gendarme de l'audiovisuel. Pour lui, ce sont les "petites listes" qui ont souffert d'une moindre exposition.

21h56 : Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pointe aujourd'hui des "déséquilibres importants" dans l'application du temps de parole des candidats aux élections régionales dans les médias pendant la campagne du premier tour, raccourcie à cause des attentats.

21h38 : @anonyme : C'est un peu plus subtil. Dans un entretien au Monde, le député européen refuse bien de donner une consigne de vote, mais seulement en régions PACA et Nord-Pas-de-Calais-Picardie, où la droite est opposée au FN. "Dans ces deux régions, où il n'existe plus de vote de gauche possible, je me garderai bien de donner des consignes. (...) Plutôt la droite que le FN ? A condition qu'il y ait une différence !", dit-il.

21h37 : J'ai cru comprendre en regardant le JT que M. Mélenchon ne demandait à voter pour personne au second tour des régionales. Est-ce vrai ?

21h16 : Lors d'un débat avec Marine Le Pen organisé sur RTL et LCI, Xavier Bertrand s'est engagé à rester à la tête de la région "pendant six ans" s'il était élu président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Une manière pour lui de répondre à sa rivale, qui avait indiqué hier qu'elle "ferait le job (...) jusqu'à être élue présidente de la République".




(RTL / LCI)

21h07 : Du côté de la droite, la campagne se durcit également. Lors d'un meeting de soutien à Valérie Pécresse à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), le conseiller régional Geoffroy Didier a ironisé sur le côté "prolo" de Claude Bartolone, rapportent des journalistes sur place.

21h04 : "Quand Pécresse fait des affiches disant 'nous ne voulons pas devenir la Seine-Saint-Denis de Bartolone', c'est du racisme là aussi. (...) Elle utilise une image subliminale pour faire peur. Avec un discours comme celui-là, c'est Versailles, Neuilly et la race blanche qu'elle défend en creux."

Dans un entretien à L'Obs, Claude Bartolone cogne fort sur sa rivale de droite, Valérie Pécresse, qu'il devance d'un demi-point dans les sondages. Il l'accuse directement de "racisme".

19h59 : Après Xavier Bertrand hier, notre journaliste Louis Boy suit une réunion publique de Jean-Pierre Masseret, candidat dissident de gauche dans le Grand est. Voici quelques-uns de ses messages.

19h34 : Afin de convaincre les électeurs que son élection éventuelle en région Paca ne compromettra pas l'activité économique du territoire, Marion Maréchal-Le Pen a publié cet après-midi sur Facebook une lettre d'un investisseur congolais promettant des "opportunités d'affaires représentant 3 milliards d'euros" en cas d'élection. Sauf que l'investisseur en question est un ami de son père, révèle ce soir le site Marsactu.

19h22 : En région Alsace-Lorraine Champagne-Ardenne, Florian Philippot a choisi de faire un clin d'œil au slogan choisi en 2012 par François Hollande pour sa campagne du second tour, si on en croit un tweet publié par un journaliste du Monde.

18h57 : L'ambiance a été tendue, hier, avant une émission de télévision où intervenaient Christian Estrosi et Marion Maréchal-Le Pen. Les deux candidats en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur se sont échangé quelques amabilités avant leur passage à l'antenne, montre une vidéo isolée par Nice-Matin.
(NICE MATIN / DAILYMOTION)

18h34 : @Hugo : Aucune étude n'a été publiée pour l'heure concernant la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Nous vous tiendrons bien entendu au courant dès que cela sera le cas !

18h34 : Bonjour y a-t-il un sondage pour la région Alca ?

18h34 : Et dans le Grand Est ?

18h31 : Dans le détail, la liste de gauche de l'actuel président de l'Assemblée nationale atteindrait 41,5% des intentions de vote, tandis que celle de Valérie Pécresse réunirait 41% des voix. Le Front national fermerait la marche avec 17,5%, indique cette enquête portant sur un échantillon de 905 personnes.

18h29 : En Ile-de-France, Claude Bartolone devancerait Valérie Pécresse d'un demi-point, selon un sondage Elabe pour Les Echos et Radio Classique.

18h24 : Quel est leur programme ? Sur quoi se différencient-ils ? Que mettront-ils en place s'ils sont élus dimanche, lors du second tour des élections régionales ? France 3 diffuse en ce moment les débats d'entre-deux-tours organisés dans chaque région. Retrouvez dans notre article le lien vers le débat qui vous intéresse.



Des isoloirs à Nantes (Loire-Atlantique), en 2012.

(ALAIN LE BOT / PHOTONONSTOP / AFP)

18h35 : "Avec des résistants comme Christian Estrosi en 39-45, on aurait perdu la guerre."

Le débat entre Christian Estrosi et Marion Maréchal-Le Pen organisé sur France 3 Provence-Alpes part sur les chapeaux de roues. Suivez-le en direct.

18h15 : Dans le détail, Xavier Bertrand devancerait Marine Le Pen avec 53% des voix contre 47% pour la présidente du FN, tandis que Christian Estrosi réunirait 54% des suffrages contre 46% pour Marion Maréchal-Le Pen, selon ce sondage.

18h16 : Xavier Bertrand et Christian Estrosi remporteraient assez largement les élections régionales dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, selon un sondage TNS Sofres/OnePoint pour Le Figaro et LCI.

17h30 : "[Nicolas Sarkozy] met la droite dans une impasse en faisant en sorte qu'elle parle comme l'extrême droite [depuis trois jours, en prenant ] les mêmes expressions, les mêmes thématiques [dans le but de] récupérer des électeurs."

Le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux estime que Nicolas Sarkozy "ouvre une crise dans la droite républicaine".

14h45 : Tic tac, tic tac. Les files d'attente devant les commissariats et les tribunaux d'instance s'allongent avant le second tour des élections régionales. Comme l'a constaté France 2, les demandes de procuration se multiplient à Lille (Nord), Montpellier (Hérault), Toulouse (Haute-Garonne) et Paris.



FRANCE 2

13h47 : Antoine Rechagneux, responsable FN de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), a appelé les électeurs à voter pour Laurent Wauquiez (LR) au second tour des régionales, plutôt que pour la liste FN. La sanction n'a pas tardé. Il a été suspendu du FN et passera en commission de discipline. C'est une information de La Montagne.

13h11 : "Dans l'hypothèse où [Christian Estrosi] ne serait pas élu président, je lui demande solennellement qu'il s'engage à porter l'opposition au sein de l'hémicycle du conseil régional. Mon retrait nous prive d'être cette opposition. Sa 'résistance' affichée l'oblige à l'incarner demain face a Marion Maréchal Le Pen."

Après avoir jeté l'éponge, le candidat PS en Paca Christopher Castaner anticipe une éventuelle victoire de la candidate FN Marion Maréchal-Le Pen. Le cas échant, il demande donc au candidat LR Christian Estrosi de prendre à cœur son rôle dans l'opposition.

13h05 : Lors de la campagne, Marine Le Pen s'est affichée en supportrice du RC Lens, ce qui a fait bondir certains supporters. "Ici c'est les corons pas l'château de Saint-Cloud", a répondu une banderole, fin novembre, lors d'un match contre Nîmes. Depuis, une page Facebook a été lancée et une manifestation est même prévue, samedi, au terril de Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais).

12h48 : Nicolas Sarkozy a déclaré, hier soir, que "le vote FN ou le vote socialiste, c'est la même chose". Le président des Républicains a précisé sa pensée, ce matin sur France Inter.

FRANCE INTER

11h53 : Valérie Pécresse a "pris l'option de courir après les ultraconservateurs, d'ailleurs sur ses listes elle a fait la part belle, par exemple, à tout ce mouvement de la Manif pour tous".

L'Ile-de-France est "très cosmopolite, jeune, très ouverte, aspire à la liberté, veut du vivre ensemble, veut de la mixité, ce n'est pas du tout ce que porte la droite aujourd'hui, qui court après les ultraconservateurs", a expliqué ce matin l'élue socialiste, sur i-Télé.

10h26 : Il n'y a rien d"'immoral" dans le vote FN, a déclaré Nicolas Sarkozy, hier soir. Le président Les Républicains était en meeting à Rochefort (Charente-Maritime). Selon lui, le vote FN n'est pas non plus "un vote contre la République."

(FRANCE TELEVISIONS)

10h17 : Manuel Valls démissionnera-t-il en cas de victoire du FN dans une ou plusieurs régions, dimanche ? "Non ! Parce que ce combat, c'est le combat d'une vie", a répondu ce matin le Premier ministre, interrogé par BFMTV.

"J'espère d'abord que nous le gagnerons, ce combat. Moi je suis un combattant", a-t-il aussi dit.

09h51 : Les états-majors de la droite, "qu'ils se taisent", a déclaré Xavier Bertrand, ce matin sur Europe 1. Le candidat des Républicains dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, visiblement agacé, ne souhaite pas que les leaders de son parti viennent en meeting dans sa région. "Qu'on nous foute la paix !" a-t-il martelé.

(EUROPE 1)

09h33 : "Que se serait-il passé si nous avions maintenu notre liste ? Nous aurions eu 15 ou 16 élus qui n'auraient servi à rien ou presque. Nous sommes capables de défendre la région en dehors de ça !" affirme Martine Aubry, interrogée ce matin par La Voix du Nord.

Selon elle, battre Marine Le Pen dimanche sera "difficile", mais "il faut tout faire pour. Je ne regretterai jamais cette décision de retrait, c'est une question de valeurs".

09h21 : Marine Le Pen craint-elle que Nicolas Sarkozy siphonne les voix FN ? "Il peut toujours essayer, il l'a fait dix fois, ça a marché une fois", en 2007, "les neuf autres fois ça n'a pas marché du tout" estime la candidate frontiste en Nord-Pas de Calais-Picardie, interrogée par Europe 1.

09h16 : Dans la Drôme, d'irréductibles villageois résistent au vote FN. Voici l'histoire de trois communes rurales où le Front national n'a recueilli aucune voix, dimanche, au premier tour des élections régionales. Reportage de notre journaliste Yann Thompson.

(YANN THOMPSON / FRANCETV INFO)

08h59 : Un peu de légèreté : un néologisme de Nicolas Sarkozy fait sourire les tweetos. Sur France Inter, le président des Républicains a déclaré : "Je comprends que les électeurs de gauche soient tourneboussolés". Une sorte de mélange entre tourneboulés et déboussolés.

08h55 : "Le besoin identitaire n'a rien à voir avec la peur", estime Nicolas Sarkozy, sur France Inter, interrogé sur les motivations du vote FN.


08h52 : Manuel Valls persiste et signe et s'en prend violemment au Front national, une "arnaque" et une "supercherie", aux yeux du Premier ministre.