Elections législatives : Nicolas Sarkozy critique la décision d'Eric Ciotti de s'allier au Rassemblement national

Article rédigé par Luc Chagnon, Yann Thompson
France Télévisions
Publié Mis à jour
L'ex-président de la République Nicolas Sarkozy, à Paris, le 25 février 2024. (MATTHIEU MIRVILLE / MATTHIEU MIRVILLE / AFP)
L'ex-président de la République estime qu'Eric Ciotti, président contesté de LR, risque de devenir un "supplétif" du Rassemblement national et de Jordan Bardella.

Ce qu'il faut savoir

>> Ce direct est désormais terminé.

"Un déni de démocratie" pur et simple. L'ex-président de la République Nicolas Sarkozy critique durement la décision d'Eric Ciotti, président contesté du parti Les Républicains, de s'allier au Rassemblement national, dans une interview au Journal du Dimanche publiée samedi 15 juin. Selon l'ancien dirigeant de l'UMP (dont descend LR), Eric Ciotti "aurait dû soumettre [sa décision] aux instances dirigeantes de son parti". Nicolas Sarkozy critique également d'un point de vue stratégique l'alliance LR-RN proposée par Eric Ciotti, qui ressemble davantage à "une absorption" : "Être le supplétif du RN n'est pas une ambition mais un constat de renoncement", résume l'ex-chef de l'Etat. 

Gabriel Attal détaille une partie du programme du camp présidentiel sur le pouvoir d'achat. Le Premier ministre a notamment évoqué, dans un entretien à la presse et au 20 Heures de France 2, la hausse du plafond de la prime de partage de la valeur (versée volontairement par l'employeur) de 6 000 à 10 000 euros par an. Il a également évoqué l'indexation des retraites sur l'inflation, la mise en place d’achats groupés pour les fournitures scolaires ou encore un fonds de rénovation énergétique des logements des classes moyennes et populaires, qui serait financé par une taxe sur les rachats d’actions.

Environ 250 000 manifestants contre l'extrême droite en France selon le ministère de l'Intérieur, 640 000 d'après la CGT. Environ 75 000 personnes ont manifesté à Paris, d'après la place Beauvau. La CGT affirme quant à elle que 640 000 personnes ont manifesté dans tout l'Hexagone, dont 250 000 à Paris, à l'appel notamment de cinq syndicats, d'associations et des partis de gauche membres du Nouveau Front populaire.

François Hollande candidat en Corrèze. "Si j'ai pris cette décision, c'est parce que j'ai estimé que la situation était grave", a déclaré l'ancien président pour justifier sa candidature dans la 1re circonscription de Corrèze. François Hollande a été désigné candidat du Nouveau Front populaire au terme d'un imbroglio à gauche, la direction du PS ayant démenti cette investiture avant de "prendre acte" de ce choix.

Oliver Faure dénonce une "scandaleuse éviction" à LFI. Le patron des socialistes dit être en train "de régler la scandaleuse éviction" des députés insoumis "frondeurs" Alexis Corbière, Raquel Garrido et Danielle Simonnet, non réinvestis par la direction de La France insoumise. "Le Front Populaire ne mérite pas d'être sali par des décisions irresponsables", a écrit le premier secrétaire du PS sur le réseau social X.

Les investitures de La France insoumise sèment le trouble. Le mouvement de gauche radicale est accusé de "purge" ou de "sectarisme" après avoir publié le nom de ses 230 candidats pour les législatives. Plusieurs figures historiques du parti comme Alexis Corbière ou Raquel Garrido, étiquetés comme frondeurs, ont été écartées alors qu'Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales, a obtenu le droit de se présenter.

La droite règle ses comptes au tribunal. Le tribunal judiciaire de Paris a suspendu l'exclusion d'Eric Ciotti par le bureau politique de LR, sans toutefois se prononcer sur le fond. "La justice a parlé, je suis président des Républicains", a réagi l'intéressé.

Le Live

L'actu en continu
  • Avatar
    le point sur l'actu
    Il y a 0 sec
    Ce direct se met en pause pour la nuit. Voici les titres à retenir de ce samedi 15 juin :
    #LEGISLATIVES Les marches contre l'extrême droite à travers la France ont réuni entre 250 000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur, et 640 000 manifestants, selon la CGT. Malgré les craintes des services de renseignement, aucun incident majeur n'a été signalé. Reportage dans le cortège parisien.
    #LEGISLATIVES Face au "danger avéré" du Rassemblement national, l'ancien président François Hollande a annoncé sa candidature sous la bannière du Nouveau Front populaire en Corrèze. Côté macronistes, Gabriel Attal a, lui, dévoilé certaines des mesures du camp présidentiel pour le pouvoir d'achat.
    #UKRAINE A l'ouverture du premier sommet de la paix en Ukraine, organisé en Suisse, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a déclaré qu'il ferait des propositions de paix à la Russie une fois qu'elles auront été agréées par la communauté internationale.
    #EURO Au deuxième jour de l'Euro de foot en Allemagne, l'Espagne a confirmé son statut de favori en l'emportant 3-0 face à la Croatie, l'un des outsiders du tournoi. Les champions d'Europe italiens ont dominé l'Albanie (2-1) et la Suisse s'est imposée 3-1 face à la Hongrie.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #LEGISLATIVES En Ardèche, le camp présidentiel mise sur un double champion du monde de kayak. A 35 ans, le kayakiste Quentin Bonnetain a été désigné candidat d'Ensemble dans la troisième circonscription, où il affrontera notamment le député sortant Fabrice Brun (ex-LR).
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #LEGISLATIVES A 15 jours du retour dans les isoloirs, dans quel état d'esprit sont les Français ? Selon un sondage Elabe pour La Tribune Dimanche et BFMTV, la moitié d'entre eux (50%) se disent "inquiets" d'une possible victoire du RN, tandis que les autres se disent soit "satisfaits" (30%), soit "indifférents" (20%).
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #EURO #LEGISLATIVES La Fédération française de football appelle à "éviter toute forme de pression et utilisation politique de l'équipe de France", après que plusieurs joueurs des Bleus ont été interrogés sur la situation politique en France ces derniers jours.
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    Ce communiqué de la FFF est publié quelques heures après que l'attaquant des Bleus Marcus Thuram a appelé à "se battre pour que le RN ne passe pas". La prise de position du joueur a été saluée par plusieurs leaders de gauche, mais critiquée par des élus du parti lepéniste.
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #LEGISLATIVES A deux semaines du premier tour des élections, les commissariats font face à un afflux d'électeurs venus établir une procuration. Exemple à Amiens, aujourd'hui, avec ce reportage de France 3 Hauts-de-France.
  • Avatar
    Nicolas Sarkozy
    ancien président de la République Il y a 0 sec
    "La réponse à la montée du Rassemblement national n’est pas dans sa diabolisation. Elle est dans l’existence d’une droite républicaine forte, rassemblée et décidée."
    #LEGISLATIVES Dans un long entretien au Journal du Dimanche, Nicolas Sarkozy exprime sa "peine" face à la situation des Républicains, "ce parti que j'ai créé".
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    Nicolas Sarkozy critique la décision d'Eric Ciotti de s'allier au Rassemblement national. "Etre le supplétif du RN n'est pas une ambition, mais un constat de renoncement", dénonce-t-il, jugeant cette stratégie "d'autant plus inopportune quand la droite républicaine est si faible car il s'agit alors d'une absorption".
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    Face au "risque majeur" que fait peser la dissolution sur la France, Nicolas Sarkozy affirme qu'il votera pour un candidat qui sera issu de sa famille politique "si celui-ci s'engage à faire partie de la majorité présidentielle autour d'un programme d'autorité".
  • Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #LEGISLATIVES Sur le plateau de France 2, Gabriel Attal a présenté une partie du programme économique de son camp, avec un accent sur la défense du pouvoir d'achat des ménages. "Nous souhaitons baisser la facture d'électricité de 15% dès l'hiver prochain", a-t-il affirmé.
  • Avatar
    Gabriel Attal
    Premier ministre Il y a 0 sec
    "Qui pour gouverner le pays ? (...) Je vais me battre pour faire triompher les valeurs de la République."
    #LEGISLATIVES Sur France 2, le chef du gouvernement accuse "les extrêmes" de porter "un projet de ruine économique".
    editor-image
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    A quelques jours de la présentation du programme de son camp, Gabriel Attal dit vouloir défendre le pouvoir d'achat des Français, en leur permettant de "gagner plus" et de "dépenser moins". Pour cela, il propose d'élargir la prime Macron, qui pourra être "mensualisée", de "revaloriser les retraites du montant de l'inflation" ou encore de lancer une complémentaire santé à "1 euro par jour" pour certains retraités, indépendants ou étudiants.
  • Avatar
    Manuel Valls
    ancien Premier ministre Il y a 0 sec
    "Pourquoi aller se vautrer dans cette alliance ? Ce n'est pas digne de lui."
    #LEGISLATIVES Manuel Valls exprime sa "déception" après la candidature en Corrèze de François Hollande, dont il a dirigé le gouvernement entre 2014 et 2016. L'ex-Premier ministre appelle à soutenir les candidats macronistes.
  • Avatar
    le point sur l'actu
    Il y a 0 sec
    A 20 heures, on récapitule les titres de l'actualité :
    #LEGISLATIVES Les marches contre l'extrême droite à travers la France ont réuni entre 250 000 personnes, selon le ministère de l'Intérieur, et 640 000 manifestants, selon la CGT. Malgré les craintes des services de renseignement, aucun incident majeur n'a été signalé. Reportage dans le cortège parisien.
    #LEGISLATIVES Face au "danger avéré" du Rassemblement national, l'ancien président François Hollande a annoncé sa candidature sous la bannière du Nouveau Front populaire en Corrèze. Ce soir, c'est au tour de Gabriel Attal de prendre la parole au "20 heures" de France 2. Suivez notre direct.
    #UKRAINE A l'ouverture du premier sommet de la paix en Ukraine, organisé en Suisse, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a déclaré qu'il ferait des propositions de paix à la Russie une fois qu'elles auront été agréées par la communauté internationale.
    #EURO Au deuxième jour de l'Euro de foot en Allemagne, l'Espagne a confirmé son statut de favori en l'emportant 3-0 face à la Croatie, l'un des outsiders du tournoi. Plus tôt dans la journée, la Suisse s'était imposée 3-1 face à la Hongrie. A 21 heures, l'Italie défiera l'Albanie.