DIRECT. Elections régionales : en Conseil des ministres, Emmanuel Macron considère l'abstention du premier tour comme "une alerte démocratique"

Le chef de l'Etat a ouvert le Conseil des ministres, mercredi, en évoquant la très faible participation enregistrée dimanche pour le premier tour du scrutin, a expliqué le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Le président de la République, Emmanuel Macron, à l\'Elysée, le 21 juin 2021.
Le président de la République, Emmanuel Macron, à l'Elysée, le 21 juin 2021. (LUDOVIC MARIN / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Emmanuel Macron a ouvert le Conseil des ministres, mercredi 23 juin, en évoquant la très faible participation enregistrée dimanche, lors du premier tour des élections régionales. Le chef de l'Etat a "indiqu[é] que cette abstention record constitu[ait] une alerte démocratique à laquelle il faut répondre", a rapporté le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issue du Conseil. Au total, 66,72% des inscrits se sont abstenus d'aller voter aux élections régionales, selon les résultats définitifs communiqués mardi par le ministère de l'Intérieur. Le gouvernement va lancer une campagne de communication "éclair sur les réseaux sociaux" pour inciter à voter dimanche au second tour. Suivez notre direct.

Gérald Darmanin reconnaît des couacs de livraison de la propagande électorale. Interrogé mercredi par la commission des lois du Sénat, le ministre de l'Intérieur a reconnu des dysfonctionnements importants dans la distribution des documents électoraux avant le premier tour des élections régionales et départementales, mettant en cause la société Adrexo.

Le gouvernement actuel n'a pas décidé de la privatisation du marché. Le ministre de l'Intérieur a tenu à rappeler au début de sa prise de parole que la privatisation de ce marché avait été décidée, "sous le gouvernement Lionel Jospin". "Le premier appel d'offres date de 2009", a souligné Gérald Darmanin. Le ministre de l'Intérieur a reconnu des problèmes d'acheminement de la propagande électorale, mais a avancé d'autres pistes d'explications à l'abstention massive devant les sénateurs : la "concomitance de ces deux élections" ou encore l'arrivée trop "en amont, parfois trois semaines avant le premier tour" des propagandes électorales. "Nous sommes l'un des seuls pays à fonctionner avec ce type de propagande", a-t-il tenu à rappeler.

Les prestataires sont pointés du doigt. Les patrons d'Adrexo et de la Poste seront également auditionnés par la commission. Concernant le prestataire Adrexo, le ministre de l'Intérieur a déclaré que les autorités avaient "constaté de sérieux manquements". "Nous avons constaté des documents entreposés par terre, parfois dans des poubelles, ou parfois brûlés, a regretté le ministre. Quant au prestataire historique La Poste, il est également visé par les critiques : "9% des plis (...) n'ont pas été distribués", a précisé le ministre. 

 Adrexo dit avoir été confronté à des "attaques informatiques". "Plusieurs raisons ont été avancées" par le prestataire Adrexo pour expliquer ces manquements, a déclaré le ministre de l'Intérieur. Parmi ces justifications :"attaques informatiques, beaucoup de vacataires, ou peut-être que ce marché était finalement trop gros pour eux", a détaillé le ministre de l'Intérieur, qui ne retient pas le chiffre de 1% de plis non distribués. Il demande aux sociétés de lui communiquer par écrit quelles ont été leurs difficultés, car les "explications fournies par les sociétés ne nous ont jusqu'à présent pas convaincus". L'exécutif assure accentuer la pression sur les deux prestataires, pour qu'ils apportent des "correctifs immédiats" avant le second tour dimanche.

 Des "explications" attendues. "Nous vous demandons de donner des explications (...) et nous attendons beaucoup de vous ce matin", a prévenu François-Noël Buffet, président (LR) de la commission des Lois du Sénat, s'adressant au ministre de l'Intérieur. Pour faire la lumière sur ces dysfonctionnements, les députés LR ont réclamé mardi une "commission d'enquête parlementaire", ou au moins une "mission d'information", une demande faite par Jean-Luc Mélenchon (LFI) dès dimanche.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #REGIONALES

22h47 : Des précisions sur l'annonce de La Poste tout à l'heure. "A la demande de la société Adrexo, et après accord du ministère de l'Intérieur, La Poste travaille à la reprise de la distribution de 5 millions de plis supplémentaires qui relevaient des zones d'Adrexo", indique un communiqué du groupe postal, après des dysfonctionnements rencontrés avant le premier tour dans l'acheminement de professions de foi.

22h34 : Après les ratés du premier tour, La Poste annonce reprendre la distribution de 5 millions de plis électoraux confiés à Adrexo.

22h34 : Comment faire campagne quand toute le monde regarde le match ? Tentative de Julien Bayou, le candidat de la gauche et des écologistes en Ile-de-France, dans les rues de Paris.

21h35 : 9%. C'est la proportion de plis électoraux non distribués avant le premier tour des élections régionales et départementales. L'œil du 20 heures fait le point sur la situation.

(FRANCE 2)

20h44 : Bureau de vote cherche assesseurs. Après les couacs du premier tour, la ville de Marseille a décidé d'augmenter la prime donnée aux agents municipaux qui tiendront des bureaux de vote pour le second tour, dimanche, des régionales et départementales, rapporte France Bleu Provence. La prime sera portée à 350 euros, contre 160 euros habituellement et 250 euros pour le président de bureau.

20h19 : Le débat entre Matthieu Orphelin et Christelle Morançais n'aura pas lieu. Prévu ce mercredi, l'échange a tourné court après une altercation dans les loges de maquillage de Télénantes, sur fond d'attaques homophobes contre le candidat de la gauche, rapporte France Bleu Loire Océan. Les deux candidats ont livré leur version des faits sur Twitter.

18h19 : Dans les Hauts-de-France, le débat du second tour des régionales, avec Xavier Bertrand, Sébastien Chenu et Karima Delli, vient de débuter sur France 3.

Xavier Bertrand, Sébastien Chenu et Karima Delli débattent sur France 3 Nord Pas-de-Calais et France 3 Picardie ce mercredi 23 juin à 17h45, avant le second tour des régionales dimanche 27 juin prochain.

17h43 : Depuis le retrait de la liste de l'écologiste Jean-Laurent Félizia, pour mieux faire barrage au Rassemblement national en Paca, le candidat RN dans la région, Thierry Mariani, critique vivement le front républicain qui s'oppose à lui. Pourtant, ce dernier avait lui-même bénéficié d'un front républicain en 2002, quand il était candidat de l'UMP aux élections législatives dans le Vaucluse.

Le candidat du Rassemblement national Thierry Mariani au gymnase du Pontet, près d'Avignon dans le Vaucluse, lors du premier tour des élections régionales en Paca.

(MAXPPP)

17h38 : Le débat de l'entre-deux-tours des régionales dans les Hauts-de-France débute à partir de 17h45 sur France 3 Nord, France 3 Picardie, franceinfo canal 27 et France Bleu Nord. Il opposera le président sortant de la région Xavier Bertrand au candidat du Rassemblement national, Sébastien Chenu, et à l'eurodéputée écologiste Karima Delli, à la tête d'une liste de la gauche unie et des écologistes.

Xavier Bertrand, Sébastien Chenu et Karima Delli débattent sur France 3 Nord Pas-de-Calais et France 3 Picardie ce mercredi 23 juin à 17h45, avant le second tour des régionales dimanche 27 juin prochain.

(FRANCE TELEVISIONS)

17h16 : Une vive passe d'armes a eu lieu entre le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a appris franceinfo de sources proches du gouvernement. Le garde des Sceaux a interpellé l'ex-maire de Tourcoing (Nord) sur ses félicitations adressées à Xavier Bertrand, après le premier tour des régionales. "Mes propos ont été déformés", s'est défendu le ministre de l'Intérieur.

17h23 : La progression de l'abstention, qui a atteint un niveau historique dimanche lors du premier tour des élections régionales, n'est pas une réalité partout en France. Dans le Puy-de-Dôme, 74% des habitants de Tortebesse ont voté dimanche. Reportage :

(FRANCE 3)

15h27 : Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a été auditionné par la commission des lois du Sénat ce matin, après les dysfonctionnements dans la distribution des documents électoraux avant le premier tour des régionales et départementales. Voici ce qu'il faut retenir de son audition.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale, le 15 juin 2021. (THOMAS COEX / AFP)


(THOMAS COEX / AFP)

14h48 : Elles devaient être déposées au plus tard hier à 18 heures. Nous connaissons désormais les listes en lice pour le second tour des élections régionales, région par région.

Des bulletins de vote sont dans une urne au premier tour des élections régionales et départementales à Dinan (Côtes-d'Armor), en Bretagne, le 20 juin 2021. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)

(MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS / AFP)

14h41 : 14 heures, il est temps de faire un nouveau point sur l'actualité :

Entendu ce matin par la commission des lois du Sénat, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a reconnu des dysfonctionnements dans la livraison de la propagande électorale, avant le premier tour des régionales et départementales. Suivez notre direct.

Pénuries d'eau, exodes, malnutrition... La vie sur Terre telle que nous la connaissons sera inéluctablement transformée par le dérèglement climatique d'ici à 2050 au plus tard, alerte un projet de rapport des experts climat de l'ONU.


La France affronte ce soir le Portugal à Budapest, avant de se lancer dans les huitièmes de finale. Voici les quatre clés de cette rencontre aussi attendue que redoutée.

13h14 : 13 heures (passées !), voici un "best-of" de nos contenus du jour :

• Nous avons recueilli la parole de jeunes abstentionnistes au premier tour des régionales et départementales, afin de comprendre s'ils envisagent de se mobiliser pour le second tour.


Comment réagissent les différentes forces politiques face au niveau historique de l'abstention dimanche soir ? Notre journaliste Margaux Duguet a interrogé des responsables politiques à ce sujet.


• Notre article vous résumant les quatre clés du match entre la France et le Portugal, ce soir à Budapest.

12h27 : En Guyane, trois listes vont fusionner pour affronter celle du président sortant de la collectivité territoriale, Rodolphe Alexandre (DVG), arrivé en tête au premier tour avec 43,72% des suffrages. Cette fusion de trois listes sera menée par Gabriel Serville (DVG), arrivé deuxième avec 27,68%. Il aura comme colistier Jean-Paul Ferreira (DVG), troisième avec 23,34% des suffrages, et Jessi Américain.

12h26 : En cas de victoire dimanche face à Thierry Mariani (RN), le président sortant de la région Paca, Renaud Muselier, s'engage à créer un "comité" pour donner la parole à la gauche et aux écologistes dans la région. Une vingtaine de membres représenteront les neuf formations de gauche et écologistes du Rassemblement écologique et social, la liste de Jean-Laurent Félizia qui s'est retirée de la course pour faire barrage au RN.

10h54 : Thierry Mariani, candidat RN en Paca, estime sur BFMTV que l'accord passé par Renaud Muselier (LR) avec la liste d'union de la gauche est "assez bizarre" et fait de lui un candidat "du Parti socialiste, des écologistes, en passant par La République en marche et Les Républicains".

09h49 : Le gouvernement va lancer une campagne de communication "éclair sur les réseaux sociaux" pour inciter à voter dimanche au second tour des élections régionales et départementales, a annoncé Marlène Schiappa sur CNews.

09h04 : Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, se dit "favorable" au vote électronique sur BFMTV, expliquant que là où il était mis en place "ça s'est bien passé".

09h04 : La maire de Paris, Anne Hidalgo, dissocie Jean-Luc Mélenchon de Clémentine Autain et réaffirme sur franceinfo qu'elle ne "fera jamais alliance avec les 'insoumis' aux élections municipales".

08h29 : Le Rassemblement national a été "particulièrement victime" de l'abstention, selon Marine Le Pen car "deux catégories s'abstiennent plus que d'autres : les jeunes et les classes populaires", soit les deux grands électorats du parti, avance-t-elle sur France Inter.

08h20 : "Plusieurs raisons ont été avancées" par Adrexo pour expliquer ces manquements comme des "attaques informatiques, beaucoup de vacataires, peut-être que ce marché était trop gros pour eux", détaille le ministre de l'Intérieur qui a demandé aux sociétés de lui communiquer par écrit quelles ont été leurs difficultés.

08h16 : Concernant Adrexo, "on a constaté des documents entreposés par terre parfois mis dans des poubelles et même parfois, cas exceptionnel, brûlés", ajoute Gérald Darmanin.

08h17 : "Pour la Poste, 9% des plis n'ont pas été distribués", précise le ministre de l'Intérieur, indiquant que cela "peut correspondre aux personnes décédées ou ayant déménagé", mais que ça n'explique pas tout.

08h15 : Auditionné au Sénat sur les dysfonctionnements des distributions des professions de foi, Gérald Darmanin assure que La Poste "n'est pas dépourvue de toutes critiques" et que des améliorations sont possibles pour Adrexo mais également "pour elle".

08h13 : Bernard Tapie appelle à "faire barrage au Front national" en Provence-Alpes-Côte d'Azur dénonçant dans un entretien accordé à France 3 un "discours fasciste, impératif".

08h06 : "Nous vous demandons de donner des explications (...) et nous attendons beaucoup de vous ce matin", prévient François-Noël Buffet, président (LR) de la commission des Lois du Sénat, s'adressant à Gérald Darmanin.

08h04 : Chargé conjointement avec La Poste d'assurer l'envoi dans les boîtes aux lettres de la propagande électorale, l'opérateur privé Adrexo est accusé d'avoir failli à sa mission, privant ainsi des dizaines de milliers de Français des traditionnelles professions de foi leur permettant de faire un choix éclairé.

08h03 : L'audition du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin débute au Sénat concernant les problèmes d'acheminement des documents électoraux.

08h00 : L'abstention est due au modèle de la "Ve République qui ramène tout à un homme, le président de la République", avance Eric Coquerel, député LFI sur Sud Radio, précisant que son parti est "le seul à proposer une VIe République".

07h45 : Pour l'ancienne ministre et sénatrice PS Laurence Rossignol, le rassemblement des listes de Julien Bayou, Clémentine Autain et Audrey Pulvar en Ile-de-France est "une bonne nouvelle : ça casse l'idée que la gauche est incapable de se réconcilier".



07h40 : Le patron d'Adrexo, l'un des prestataires, "sera auditionné", a précisé François-Noël Buffet. "A ce stade on [la commission] pense que ça [les problèmes de distribution des professions de foi] ne concerne que la société Adrexo".

07h38 : "La commission des lois [du Sénat] va se transformer en commission d'enquête" sur les problèmes de distribution des documents électoraux avant le premier tour des départementales et régionales, a déclaré sur franceinfo François-Noël Buffet, président (LR) de la commission des Lois du Sénat.

07h24 : Pour Yannick Jadot à EELV, la présidentielle monopolise l'attention et écrase les autres élections qui "paraissent accessoires". Notre journaliste Margaux Duguet fait le point sur les réactions de la classe politique face à cette abstention record.

07h22 : A La France insoumise, on ne pointe pas un supposé "je-m'en-foutisme" des électeurs mais on s'exonère de toute responsabilité. "On ne se sent pas vraiment responsable de l'abstention", affirme le député Eric Coquerel, qui estime que leur proposition d'une sixième République permettrait de bien mieux inclure les citoyens dans le processus démocratique.

07h20 : Au Rassemblement national, Philippe Olivier, le conseil spécial de Marine Le Pen, a du mal à voir ce qu'il aurait fallu faire pour intéresser les électeurs. "Je ne sais pas ce qu'on peut faire de plus, on était présent partout".

07h19 : Au lendemain des marquées par une abstention massive, les responsables politiques cherchent encore à comprendre ce chiffre record. "Bien sûr, il y a le contexte du Covid mais il y a un mouvement de fond qui est bien plus large", constate Emmanuelle Wargon, ministre du logement et tête de liste dans le Val-de-Marne.

07h02 : Corse Matin titre sur les quatre listes restantes pour le second tour des avec trois listes nationalistes (dont celle de l'autonomiste Gilles Simeoni) et une d'union de la droite.

06h41 : Pour Le Monde, le scrutin des rebat les cartes pour 2022 avec les bons scores de la droite, la déroute du parti présidentiel et les résultats décevants du Rassemblement national.


09h20 : Commençons tout de suite avec un point sur l'actualité :

• Les recherches reprennent ce matin dans l'Oise pour tenter de retrouver un lycéen de 17 ans emporté lundi soir, à Beauvais, par la rivière Thérain, après un orage diluvien. L'alerte a été levée dans ce département, mais l'Eure et l'Orne restent placés en vigilance orange pour risque de crues.


• C'est l'affiche du jour : ce soir, le Portugal affrontera la France à 21 heures, un choc au sommet pour conclure cette phase de poules. Cette rencontre au parfum de revanche pour les Bleus sera à suivre dans ce direct.

• Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, sera entendu ce matin au Sénat sur les dysfonctionnements concernant la distribution de la propagande électorale. Il sera notamment interrogé sur les difficultés rencontrées par la société privée Adrexo.

• C'est un revers de taille pour le gouvernement : le Conseil d'État a suspendu la réforme controversée de l'assurance-chômage qui devait entrer en vigueur le 1er juillet, les syndicats saluant une "victoire" là où la ministre du Travail pointe une simple question de "temporalité".