Régionales : les procurations seront en partie numérisées pour les prochaines élections, annonce le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin

Les élections départementales sont également concernées par cette mesure.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à la sortie du Conseil des ministres mercredi 25 novembre 2020 à Paris. (ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / HANS LUCAS / AFP)

La procuration se modernise. Les procurations pourront en partie se faire sur internet à compter des prochaines élections régionales et départementales, a annoncé mercredi 25 novembre au Sénat le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui était auditionné par la commission des Lois du Sénat sur le projet de loi de finances pour 2021. "Il en est fini de la procuration à l'ancienne, a dit le ministre, désormais, les Français pourront, sur internet, remplir leur situation, donner mandat à quelqu'un, avoir un numéro".

Muni de ce numéro, le mandant devra ensuite se présenter au commissariat ou à la gendarmerie pour faire valider la procuration, a précisé à l'AFP l'entourage du ministre. "Et immédiatement, la procuration numérique sera envoyée à la mairie", a ajouté le ministre. "On aura plus ce départ de voie postale qui fait perdre du temps". Cette nouvelle procuration représente une "simplification" et une "suppression de tâches indues pour les policiers et les gendarmes", a-t-il souligné.

Interrogations sur le vote par correspondance

Cette annonce intervient alors qu'une mission d'information a été créée le 18 novembre par la commission des Lois du Sénat pour évaluer la "faisabilité" du vote par correspondance, en vue notamment des élections régionales et départementales de 2021, dont l'exécutif propose le report de mars à juin en raison de la crise sanitaire. Le gouvernement est partagé sur le vote par correspondance, supprimé en 1975 notamment en raison de "fraudes massives" : le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est exprimé contre, son collègue Marc Fesneau (Relations avec le Parlement) a lui jugé que l'idée peut être "explorée".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.