Cet article date de plus de cinq ans.

Marine Le Pen : "On connaissait Max la menace. Il y a maintenant Valls la fureur"

Dans une interview au "Parisien", la présidente du Front national réplique aux attaques contre son parti venant du Premier ministre. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La présidente du Front national Marine Le Pen lors d'une conférence de presse à Orléans (Loiret) le 6 mars 2015.  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

Passe d'armes entre Manuel Valls et Marine Le Pen. La présidente du Front national réplique aux attaques contre son parti venant du Premier ministre en le qualifiant de "Valls la fureur", dans une interview au Parisien parue dimanche 15 mars. 

En déplacement samedi à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), Manuel Valls a affirmé que "Front National n'aim[ait] pas la France". "On connaissait Max la menace. Il y a maintenant Valls la fureur, qui en toute circonstance éructe sa haine contre nous", réagit la patronne du FN. 

"Il faut que Valls... valse"

"C'est lui qui jette les Français les uns contre les autres, alors qu'il est censé être le Premier ministre de tous", accuse-t-elle encore. "Or, on voit surtout qu'il est clairement en campagne pour son parti en ce moment. Donc, si le PS prend une déculottée aux élections, il faut que Valls... valse", ironise-t-elle.

La présidente du FN , interrogée sur la candidature de Nicolas Sarkozy en 2017, estime qu'"il n'ira pas jusqu'au bout". Et d'expliquer : "Chaque jour qui passe, il est de plus en plus contesté et de moins en moins attendu dans son camp. Je vois mal ce qui pourrait inverser cette tendance."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.