Infographies Age, couleur politique... Découvrez qui sont les nouveaux présidents des départements dans notre moteur de recherche

L'élection, jeudi, des présidents des conseils départementaux par les nouveaux élus a confirmé l'avancée de la droite. Carte et infographies à l'appui, franceinfo tire les principaux enseignements de ce troisième tour.

Article rédigé par
Charles-Edouard Ama Koffi - Brice Le Borgne
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La séance d'installation du conseil départemental du Nord, à Lille, le 1er juillet 2021. (MAXPPP)

Une droite qui grappille encore du terrain, deux tiers de sortants réélus, une parité qui ne progresse qu'à la marge... Les conseils départementaux, renouvelés dimanche dernier lors des élections départementales, ont désigné ce jeudi 1er juillet leurs présidents. Vendredi, ce sera au tour des présidents de régions d'être élus.

68 présidents de droite, 27 de gauche

La droite, qui dirigeait 65 départements sur 95 (outre-mer compris) lors du mandat précédent, en contrôle désormais 68, contre 27 pour la gauche. La droite a ainsi ravi les Alpes-de-Haute-Provence et le Finistère, tous deux à gauche depuis vingt-trois ans, et a conquis le Val-de-Marne, le dernier fief du Parti communiste, qu'il dirigeait depuis 1976. La droite a également fait basculer le Puy-de-Dôme, un bastion de la gauche qui n'a connu que deux alternances à droite depuis 1945 : entre 1973 et 1976 puis entre 1992 et 1998. A l'inverse, la gauche a chipé deux départements à la droite : la Charente et les Côtes-d'Armor.

Le sort de trois départements était encore indécis jusqu'au vote désignant les présidents des conseils départementaux ce jeudi. L'Ardèche, à gauche depuis 1998, a basculé dans les mains du divers droite Olivier Amrane, profitant des voix d'un binôme d'élus indépendants. C'est également un binôme indépendant qui a permis aux Républicains de conserver le Vaucluse.

En Seine-Maritime, c'est le président sortant, Bertrand Bellanger (LREM), qui s'est imposé à l'issue d'un troisième tour de vote, à la tête d'une coalition de centre droit. La candidate socialiste Pierrette Canu aurait pu être élue au bénéfice de l'âge, mais les élus communistes ne lui ont pas accordé leur soutien.

Un renouvellement limité

Dans l'ensemble, une majorité des présidences de départements restent identiques à celles de la précédente. Sur 95 présidents, 64 sont reconduits. En d'autres termes, seul un tiers des départements accueillent un nouveau président.

Concernant la parité, cette nouvelle mandature ne fait pas beaucoup mieux que la précédente. A l'issue du scrutin de 2015, on comptait 15 femmes et 80 hommes. On dénombre aujourd'hui 18 femmes et 77 hommes. Plusieurs départements voient pour la première fois une femme siéger à la tête de l'exécutif, comme Florence Dabin dans le Maine-et-Loire, Marie-Agnès Petit en Haute-Loire, Dominique Santoni dans le Vaucluse ou Sylvie Marcilly en Charente-Maritime.

En termes d'âge, la réélection de nombreux présidents entraîne naturellement un léger vieillissement de la moyenne d'âge des présidents au moment de leur élection. Ils avaient en moyenne 56,7 ans en mars 2015, contre environ 59 ans en 2021. Agé de 35 ans, le président le plus jeune est Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer et élu à la tête du conseil départemental de l'Eure. A l'inverse, on compte 12 présidents âgés de 70 ans ou plus.

La liste des présidentes et présidents de départements

Pour savoir qui occupera la présidence de votre département pour la mandature qui débute, consultez notre moteur de recherche dans le tableau ci-dessous.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections Départementales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.