Départementales : la participation atteint 41,94% à 17 heures, en légère baisse par rapport au 1er tour

Les électeurs sont appelés aux urnes pour le second tour des élections départementales. 

Dans un bureau de vote de Villefranche-sur-Saône (Rhône), le 22 mars 2015, lors du premier tour des élections départementales.
Dans un bureau de vote de Villefranche-sur-Saône (Rhône), le 22 mars 2015, lors du premier tour des élections départementales. (LAURENT CIPRIANI / AP / SIPA)

Les électeurs voteront-ils davantage que la semaine dernière ? Dimanche 29 mars, le taux de participation au second tour des élections départementales atteint 41,94% à 17 heures, selon le ministère de l'Intérieur. Selon les projections d'Ipsos / Sopra Steria, la participation finale devrait atteindre 49,5%.

Un chiffre moins élevé qu'au premier tour : dimanche dernier, à la même heure, 42,98% des électeurs s'étaient déplacés aux urnes. Lors du deuxième tour des élections cantonales de 2011, le taux de participation à 17 heures avait été de 36,20%, contre 50,77% en 2008.

>> Départementales : suivez la journée du second tour en direct

La Haute-Corse, meilleure élève de la participation

Comme au premier tour, ce sont les départements ruraux qui ont voté le plus. La Haute-Corse est la meilleure élève avec une participation de 65,84%, devant la Corrèze (54,42%), l'Aude (54,02%) et les Pyrénées-Orientales (53,79%). La région parisienne ferme la marche avec seulement 29,54% dans les Yvelines et même 25,24% en Seine-Saint-Denis, département déjà bon dernier la semaine dernière, et où ne restait en lice qu'un seul binôme homme/femme dans plusieurs cantons.

Alors que 149 binômes (soit 298 candidats) ont été élus dès le premier tour, 1 905 cantons doivent encore choisir leurs représentants, qui siégeront au conseil départemental.

Plus d'un Français sur deux s'est déplacé au premier tour

La semaine dernière, l'abstention au premier tour avait été moins élevée que prévu (49,83%), plus d'un Français sur deux s'étant déplacé au bureau de vote. Elle avait battu un record lors des élections cantonales de 2011, année où elle n'avait pas été couplée avec un autre scrutin.

Habituellement, le taux d'abstention lors des élections cantonales (ancien nom des départementales) oscillait entre 30 et 40%, mais elles etaient organisées en même temps que les municipales (en 2001 et 2008) ou que les régionales (en 1998 et 2004).