Départementales : "L'Obs" révèle les propos jugés xénophobes de plusieurs candidats FN

L'Obs s'est penché sur les propos sur les réseaux sociaux de près de 20 candidats du parti de Marine Le Pen.

Marine Le Pen en conférence de presse à Metz (Moselle), le 9 mars 2015.
Marine Le Pen en conférence de presse à Metz (Moselle), le 9 mars 2015. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'hebdomadaire L'Obs révèle dans son numéro à paraître jeudi 12 mars plusieurs cas de candidats FN aux élections départementales auteurs de propos xénophobes, islamophobes ou racistes sur les réseaux sociaux, à partir du travail du collectif Lentente.net qui dit "observer le FN".

Dans cet article, intitulé "Le vrai visage des candidats FN", L'Obs s'est penché sur les propos sur les réseaux sociaux de près de 20 candidats. L'AFP a pu en vérifier plusieurs. Ainsi, par exemple, le cas de Jean-Francis Étienne, candidat en Lozère, qui sur Facebook propose de "couler un ou deux bateaux poubelles" avec "quelques mines bien placée", assorti d'une photo d'un bateau de migrants noirs, ou dit qu'"on saura bien trouver" Christine Taubira "lorsqu'éclatera le grand soir".

Le 17 juin 2014, alors qu'un Rom a été roué de coups en Seine-Saint-Denis, Christian Benner, candidat FN en Côte-d'Or, écrit lui sur Facebook : "et un romm de moin il n avait pas qua voler on en a marre de ces gent la et le gouvernement leurs donne le biberon a bas les guauchistes trosquiste". En mars 2014, il publie aussi un photomontage de Marion Maréchal-Le Pen en cavalière, terrassant un dragon avec une étoile de David en guise d'oeil.

"Les Tsiganes n'ont plus leur place dans nos sociétés"

Michel Verdin, candidat dans l'Indre, écrit en août 2013 que "les Tsiganes n'ont plus leur place dans nos sociétés car ils n'ont pas su ni voulu s'adapter à notre civilisation technologique (...). Il y a bien d'autres communautés qui refusent de s'assimiler à nos valeurs républicaines: les Arabes et les Musulmans par exemple."

Catherine Cauzeret, candidate dans le même département, diffuse sur Facebook en juillet 2014 un message dans lequel elle estime que face à l'islam, "dans 20 ou 30 ans hélas il ne restera plus comme solution qu'à réinventer l'apartheid". Katia Sandri, candidate en Corse-du-Sud, diffuse elle en novembre 2012 un photomontage avec un singe au-dessus duquel figure l'inscription "Taubira 2012" et le commentaire "C'est la même".

Interrogé par l'AFP, Nicolas Bay, secrétaire général du FN, n'avait pas encore pris connaissance de l'article. Mais "si des gens tiennent des propos contraires à notre ligne et à nos valeurs, ils sont sanctionnés. Ça reste très rare par rapport au nombre très important de nos candidats", a-t-il souligné.