Cet article date de plus de sept ans.

UMP, PS, FN : trois cartes pour comprendre l'évolution des votes aux départementales

Découvrez les cartes qui dévoilent la forte progression de la droite et du centre et la perte de terrain du Parti socialiste.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Le scrutin des élections départementales 2015 comporte de nombreux changements par rapport aux précédentes élections cantonales. L'une des principales nouveautés réside dans le découpage de la carte de France, qui comporte désormais 2054 cantons en lieu et place des 4035 précédents. La comparaison des cartes des résultats entre 2011 et 2015 permet néanmoins de constater l'évolution géographique du vote pour l'UMP, le PS et le Front national. Francetv info vous propose les cartes détaillées des votes, pour chacun de ces partis, canton par canton.

Une vague bleue presque partout

Avec des élus dans 934 cantons, le parti de Nicolas Sarkozy signe une importante victoire à l'issue du scrutin. L'UMP détenait 26% des cantons avant l'élection : il en détient désormais 45,5%. Les principales prises de l'UMP se situent essentiellement dans une large moitié nord du pays.

Le PS résiste principalement dans le quart sud-ouest

De son côté, la majorité gouvernementale enregistre une lourde défaite électorale, avec seulement 600 cantons remportés. Le PS parvient néanmoins à résister dans le sud-ouest du pays, ainsi que dans certains départements comme le Finistère ou l'Ardèche.

La progression du FN reste relativement limitée

Si le parti de Marine Le Pen compte désormais 31 cantons dans son giron, il ne parvient pas à remporter un seul département. Les élus FN se concentrent dans le nord et le sud-est du pays, notamment dans les départements du Pas-de-Calais (douze élus), de l'Aisne (huit élus), du Vaucluse, du Var ou de l'Hérault (six élus).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections Départementales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.