CARTE. Corrèze, Essonne, Nord… Les départements qui ont basculé

Au total, la droite a pris à la gauche au moins 26 départements, tandis que le PS et ses alliés n'ont conquis qu'un seul département.

La vague bleue a bien eu lieu. L'UMP et ses alliés sont sortis vainqueurs du second tour dans 66 départements, dimanche 29 mars, en conservant 40 conseils, et en faisant basculer 26 départements, jusqu'alors détenus par la gauche. 

Comme on peut le constater sur cette carte, la gauche perd de nombreuses places fortes, notamment la Corrèze, fief électoral de François Hollande, et l'Essonne, bastion de Manuel Valls. La droite conquiert également le Nord, les Bouches-du-Rhône, les Côtes-d'Armor, les Deux-Sèvres, la Creuse… Le PS parvient en revanche à sauver le Pas-de-Calais, la Seine-Saint-Denis, la Meurthe-et-Moselle, le Finistère ainsi que de nombreux départements du quart sud-ouest, comme la Gironde, la Haute-Garonne ou l'Hérault.

Déception, enfin, dans les rangs du Front national, qui ne conquiert aucun département. De nombreux observateurs prédisaient pourtant sa victoire notamment dans l'Aisne et le Vaucluse, département où le PS et l'UMP arrivent en tête à égalité.