Départementales: Vague bleue sur la France

L'UMP emporte 66 départements sur les 98 mis en jeu hier pour le second tour des élections départementales. Dans son escarcelle tombe notamment la Corrèze, fief de François Hollande, mais aussi celui de Manuel Valls, l'Essonne.

FRANCE 2

Ambiance de victoire à l'UMP. Avec ses alliés du centre, le parti prend la tête de 66 départements sur les 98 en jeu hier soir. Pour Nicolas Sarkozy, cette victoire n'est qu'une première étape: "L'espoir renaît pour la France, j'ai conscience que la route sera longue, difficile, mais ma conviction est solidement ancré. Je le redis ce soir, l'alternance est en marche, rien ne l'arrêtera" juge le président de l'UMP.

La gauche perd des départements clés

Le parti socialiste apparaît donc comme le grand perdant. En un an, c'est sa quatrième défaite électorale. Le PS a perdu des départements clés, la Corrèze, l'Essonne ou encore le Nord, bastion historique de la gauche. Le PS ne dirige plus que 34 départements. Si Manuel Valls dit avoir entendu le résultat des urnes, le Premier ministre ne souhaite pas pour autant changer le cap de sa politique: "Les Français par leur vote et même leur abstention ont dit à nouveau leurs attentes. J'ai entendu ce message, l’exigence de résultats concrets, mon gouvernement continuera d'y répondre sans relâche" a déclaré le Premier ministre. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de l\'UMP, Nicolas Sarkozy, lors de son discours du 29 mars 2015 à l\'issue du second tour des élections départementales, à Paris.
Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, lors de son discours du 29 mars 2015 à l'issue du second tour des élections départementales, à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)