Café République. À Sannois, les lycéens pensent d'abord à leur bac... et un peu à l'élection présidentielle

Chaque semaine jusqu'au premier tour de l'élection présidentielle le 23 avril, franceinfo pose son micro dans une ville de France. Étape à Sannois (Val-d'Oise) à la rencontre de lycéens.

Glynis, Alexia et Damien, trois lycéens de Sannois (Val d\'Oise)
Glynis, Alexia et Damien, trois lycéens de Sannois (Val d'Oise) (REGIS PICART / RADIO FRANCE)

Ils ont 18 ans. Ils passeront leur bac pro dans quelques semaines. Jeudi 8 mars, franceinfo donne la parole à trois élèves de terminale du lycée des Apprentis d'Auteuil de Sannois, dans le Val-d'Oise. Glynis et Alexia voteront pour la première fois le 23 avril prochain, jour du premier de l'élection présidentielle. Damien, lui, a déjà voté aux élection régionales de décembre 2015.

La jeunesse, "utilisée à toute les sauces"

Alexia n'a pas encore reçu sa carte d'électrice. "Je l'attends", dit-elle : "Je suis curieuse. J'attends aussi de recevoir les programmes". Mais la jeune femme le reconnaît : en cette année 2017, elle pense surtout à son bac. "L'actualité ça me passe un peu au-dessus", commente-t-elle. Les trois lycéens ont conscience de ne pas être véritablement préparés par l'école pour cet exercice citoyen. Il leur faut donc se construire un avis en consultant les réseaux sociaux, en regardant la télévision ou tout simplement en lisant les professions de foi des candidats.

"J'estime que c'est à moi de m'informer sur l'actualité, plutôt que l'école", souligne Glynis. Les trois jeunes sont bien déterminés à mettre un bulletin dans l'urne... même s'il doit être blanc.

Est-ce une bonne chose d'attendre 18 ans pour voter ? Les trois lycéens ont une position tranchée sur la question : faire baisser à 16 ans l'âge légal pour voter ne serait pas une bonne chose. "À 16 ans, on est encore dans la phase d'adolescence et du refus de tout", comment Danien. "Et on ne cherche pas à s'informer sur les questions politiques, renchérit Glynis. À 18 ans, on est plus objectifs."

Seul regret de ces lycéens : que la jeunesse soit "utilisée à toutes les sauces" durant la campagne présidentielle. L'expression est utilisée par Damien. Alexia approuve : "Certains candidats appuient sur les jeunes parce qu'ils pensent qu'on n'y connaît rien. Ils pensent que si on parle un peu de nous, on sera contents". Mais la jeune femme le reconnaît : dans une élection, "il ne faut pas penser qu'à soi, mais dans la globalité".

Chaque semaine, jusqu’à la veille du premier tour de l'élection présidentielle, franceinfo réunit un peu partout en France des citoyens qu'on entend peu ou pas du tout pendant les campagnes électorales. Ces électrices et électeurs racontent leur quotidien, ils s’interrogent sur leur avenir et celui de leurs enfants dans un pays en pleine mutation. Un voyage inédit en France.

Réécoutez l'intégrale de Café République

Café République : à Sannois, avec des lycéens qui vont voter... et passer leur bac (1/3)
--'--
--'--

Café République : à Sannois, avec des lycéens qui vont voter... et passer leur bac (2/3)
--'--
--'--

Café République : à Sannois, avec des lycéens qui vont voter... et passer leur bac (3/3)
--'--
--'--