Elections européennes : l'UMP en crise

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 26/05/2014Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Elise Lucet: Pour l'UMP, regardons ces deux cartes. En 2009, la quasi-totalité des circonscriptions était en bleu clair. En 2014, le bleu marine s'est imposé sur une grande majorité du pays. L'UMP n'est en tête que dans 2 régions sur 7. Du jamais vu. A cette défaite s'ajoute une grave crise interne. Jean-François Copé est sommé de s'expliquer sur l'affaire Bygmalion, demain, lors d'un bureau politique.

A son arrivée au siège de l'UMP, Jean-François Copé persiste et signe Face au score élevé du FN, selon lui l'UMP "n'a rien à se reprocher".

Derrière ce score, il y a un désaveu massif de la gauche et du PS. Pour le pouvoir en place, c'est une interpellation forte.

Hier soir, les visages étaient fermés. Les militants expliquent leur défaite par un euroscepticisme mais pas seulement.

La guerre entre Fillon et Copé n'était pas ce qu'il y a de mieux.

Ceux qui soufflent sur les braises auraient mieux fait de faire campagne C'est bien de gérer son image pour 2017 mais on aurait préféré davantage d'union.

Une guerre des chefs mais aussi des soupçons de surfacturation, impliquant les proches de Jean-François Copé. Les ténors de l'UMP appellent à un changement radical.

L'UMP est atteinte dans sa crédibilité. Elle doit s'interroger sur les raisons de son échec. Elle n'a pas été en mesure de rassembler, son honneur est en cause.

L'UMP doit changer, elle doit avoir une gouvernance plus collective. Il faut faire toute la clarté sur ce qui s'est passé. On ne peut pas attendre que les procédures judiciaires se développent Il faut qu'une autorité indépendante fasse toute la clarté.

Demain matin, Jean-François Copé devra rendre des comptes lors d'un bureau politique qui s'annonce très tendu.

Nathalie Saint-Cricq, on parle de séisme concernant la victoire du FN. La réplique, c'est le tremblement de terre qui va sûrement toucher l'UMP.

Nathalie Saint-Cricq: On assiste à des réactions en chaîne. L'explication à l'UMP a commencé dès hier soir. François Fillon et Alain Juppé ont mis en cause la façon dont Jean-François Copé a mené la campagne, mais surtout le flou sur le financement de l'UMP, et l'affaire Bygmalion. Au.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==