Education : les Français doivent s'améliorer à l'oral

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 21/05/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Nous devrons consommer moins ces ressources limitées, et les partager.

Nous sommes à quelques semaines du bac. L'oral et les entretiens sont de plus en plus décisifs pour les examens ou l'entrée dans l'enseignement supérieur. Pourtant, notre enseignement néglige l'expression orale. Pourquoi les Anglo-Saxons par exemple nous surpassent-ils dans ce domaine ? Bon à l'écrit, moyen à l'oral. C'est notre dossier ce soir.

Dans quelques semaines, ces lycéens passeront tous une épreuve déterminante. L'oral du bac ou un concours d'entrée dans une grande école.

Dans un premier temps, vous allez vous présenter.

Je m'appelle Manon, je me présente pour votre école d'architecture.

Pour cette épreuve intimidante, Manon, élève de terminale, ne s'estime pas prête. Elle s'est alors inscrite à ce stage de préparation.

Vous pouvez nous citer un architecte français que vous aimez bien.

Là j'en ai pas en tête.

Là, c'est le trou, le trac qui prend le dessus.

Avoir travaille 3 semaines avant, 24h/24h et la un énorme trou.

Un blanc sur les connaissances, c'est carrément un trou noir lorsqu'il s'agit de parler de soi. Tout sauf naturel chez ces lycéens.

Je n'ai pas tendance à lever la main pour répondre, même si je connais la réponse, je ne parle pas.

Ils savent parler d'un exposé mais ne savent pas parler d'eux mêmes.

L'oral, épreuve maudite, qui peut aussi révéler des personnalités. A toutes les étapes de la vie, ces jeunes adultes devront prendre la parole. Pour des oraux de sélection, des entretiens d'embauche. C'est ce qui va faire différence, les recruteurs le savent.

Il y a très peu de métiers qui n'ont pas besoin de cet oral, qui n'ont pas besoin de convaincre, d'expliquer, de négocier. Necessairement, les recruteurs vont chercher à détecter, à se sécuriser sur le fait que cette capacité orale est déjà présente.

Cette école de l‘0ise, particulièrement cette classe, prend le mal à la racine. L'instituteur constate la peur de ses élèves de 9 à 10 ans à chaque fois qu'il faut prendre la parole devant tout le monde.

On se sent stresse, on a peur que les autres rigolent. Je me dis que tout le monde va me regarder.

En général quand on se trompe, ils se moquent de nous.

Pour dédramatiser, l'enseignant multiplie les jeux oratoires.

Where do you. Thank you. goodbve.

Les élèves gagnent en assurance doucement.

C'est un moyen assez fin pour que les élèves aient le désir d'apprendre.

C'est en Angleterre que le prof est allé chercher l'inspiration. Dans cette école, chaque nouvelle leçon commence par un échange oral. La parole doit venir facilement, comme par réflexe.

On commence avec quoi ? Extraordinaire.

Effrayant.

Un entraînement à l'oral tout au long de la scolarité qui portera ses fruits à la rentrée de la vie active.

Le JT
Les autres sujets du JT