VIDEO. Marne : sursis pour une usine de papier peint qui emploie 162 personnes

Le tribunal de commerce de Châlons-en-Champagne a prononcé, jeudi, la poursuite de l'activité jusqu'au 21 février du fabricant Grandéco.

Julien Gasparuto et Nathalie Berthier - France 3

Deux semaines de sursis. Le tribunal de commerce de Châlons-en-Champagne (Marne) a prononcé, jeudi 7 février, la poursuite de l'activité jusqu'au 21 février du fabricant châlonnais de papier peint Grandéco, a rapporté France 3 Champagne-Ardenne. L'usine, qui emploie 162 personnes, est une institution dans la région puisqu'elle produit du papier peint depuis cent soixante-quinze ans. Pourtant, elle a été mise en faillite le 1er février par la holding belge Grandéco walfashion group.

Pour Caroline Substelny, l'avocate du comité d'entreprise, cette décision du groupe "est un choix stratégique et non économique, le groupe a sacrifié sa filiale française pour optimiser sa deuxième entreprise de papier peint en Belgique". Elle précise que "le groupe a contracté un emprunt auprès des banques qui est garanti par le stock et les murs de l'entreprise de Châlons, mais l'usine a les moyens d'y faire face si on laisse les salariés travailler". Elle estime que la prochaine réunion prévue devant le tribunal de commerce, le 21 février, sera déterminante pour l'avenir de l'entreprise.

Un salarié de l\'usine Grandéco devant le tribunal de Châlons-en-Champagne (Marne), le 7 février 2013.
Un salarié de l'usine Grandéco devant le tribunal de Châlons-en-Champagne (Marne), le 7 février 2013. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)