Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Quand "Envoyé spécial" fait le coup de la (fausse) panne à un réparateur

Jusqu'où certains techniciens peuvent-ils aller pour vous pousser à acheter un nouvel appareil électroménager plutôt que de réparer l'ancien ? C'est ce qu'a voulu savoir "Envoyé spécial". Extrait.

Voir la vidéo

De quoi certains techniciens sont-ils capables pour vous pousser au rachat plutôt qu'à la réparation de vos appareils électroménagers ? C'est ce qu'a voulu savoir "Envoyé spécial". Notre journaliste a volontairement provoqué un problème sur son sèche-linge en débranchant une simple cosse. Comme il n'est plus sous garantie, elle peut faire appel à n'importe quel réparateur.

Dans l'appartement équipé de caméras, les deux premiers techniciens détectent aussitôt la panne. Cet extrait commence avec le troisième, sous-traitant d'une grande chaîne d'hypermarché. Passant à côté de la cause, pourtant évidente, de la panne, il démonte l'appareil. Selon lui, "c'est la carte électronique".

 Le technicien aurait-il endommagé (délibérément) l'appareil qu'il venait réparer ?

Devis final : 250 euros. Soit 199 euros pour remplacer la carte, plus le déplacement. Pour une machine qui en a coûté 350... Son conseil : "Acheter une autre machine." Mais pas n'importe où : dans son magasin, en négociant la remise des frais de déplacement (55 euros). C'est cher pour une panne simulée...

Mais une fois la cosse rebranchée, le sèche-linge ne démarre vraiment plus. Cette fois, la journaliste met dans la confidence un autre réparateur. Il s'agit d'un youtubeur qui encourage les consommateurs à faire leurs réparations eux-mêmes. Venu sur place, Didier constate que le connecteur a été forcé. Rien à voir avec la carte mère. Selon lui, le technicien aurait délibérément endommagé le circuit électrique... pour pousser à l'achat d'un nouvel appareil.

Extrait de "SAV, si les clients savaient...", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 7 février 2019.

Quand \"Envoyé spécial\" fait le coup de la (fausse) panne à un réparateur 
Quand "Envoyé spécial" fait le coup de la (fausse) panne à un réparateur  (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)