Pièces à conviction, France 3

VIDEO. Pièces à conviction. Un "chômeur" qui dépose 200 000 euros en liquide...

La banque Pasche, une filiale du Crédit mutuel-CIC inconnue du grand public, est soupçonnée d'avoir mis en place un système très élaboré d'évasion fiscale. Les journalistes de "Pièces à conviction" se sont intéressés de près à Luca, un soi-disant négociant en prêt-à-porter qui a déposé en quatre mois plus de 200 000 euros en liquide à l'agence Pasche de Monaco. Extrait.

En quatre mois, Luca a déposé en cash plus de 200 000 euros dans cette agence de la banque Pasche à Monaco. Mais selon sa famille, il n'a jamais vendu de vêtements sur les marchés, il est chômeur. Mais Luca n'aime pas que l'on s'intéresse à ses affaires... Lorsqu'il apprend que les journalistes Nicolas Vescovacci et Geoffrey Livolsi se penchent sur son cas, le coup de téléphone qu'il leur adresse est édifiant.

"Moi, un criminel ? Tu veux que je te casse le bras ?"

Il affirme d'abord que cet argent en liquide provient de son père, et que la banque ne l'a jamais interrogé à ce sujet. Face à l'insistance du journaliste, son ton se fait menaçant : "Maintenant, je te préviens, arrête d'appeler les gens de ma famille. T'as compris, laisse-nous tomber. Dis-moi que tu as bien compris." "Vous ne feriez pas partie d'une organisation criminelle ?" demande le journaliste. "Moi, un criminel ?Tu veux que je vienne et que je te casse le bras ?"

Pendant cette conversation, Luca confirme ses dépôts en liquide, et affirme que la banque ne l'a jamais questionné sur leur provenance. Or, ce type de dépôts non déclarés est illégal, c'est un délit pénal. Dans tel cas, la loi monégasque oblige le banquier à faire une "déclaration de soupçon". Sinon, il risque théoriquement une forte amende et de cinq à dix ans de prison.