Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Les buralistes refusent que le tabac prenne plus de 20 centimes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
LUC LACROIX, QUENTIN FICHET ET PATRICK DULUC - FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Ils s'opposent à une augmentation du prix des cigarettes au 1er janvier, qui pourrait osciller, selon eux, entre 35 et 40 centimes.

Le président des buralistes, Pascal Montredon, a refusé dimanche 24 novembre une augmentation du prix des cigarettes au 1er janvier, qui pourrait osciller, selon lui, entre 35 et 40 centimes. Mais concède qu'"une hausse de 20 centimes maximum serait tolérable". Selon une source proche du dossier, la "fixation" de cette augmentation au 1er janvier n'est toutefois "pas encore finalisée". Dans ce contexte, le patron des buralistes leur demande "de geler tout projet d'investissement", c'est-à-dire les embauches, mais aussi les achats de mobilier ou de matériel.

Les industriels du tabac avaient jusqu'au 8 novembre pour envoyer au ministre du Budget leurs propositions et suggérer des hausses qui tiennent compte de celle de la TVA (de 19,6 à 20%) mais aussi de la part du prix des cigarettes qui revient aux buralistes. "S'il doit y avoir une hausse du prix du tabac", estime Pascal Montredon, "il faut qu'elle corresponde à la réalité de la hausse de la TVA. Nous sommes conscients que l'effort doit être partagé, mais il doit être équitable."

Si elle se confirme, cette hausse serait la troisième en quinze mois, après une augmentation de 40 centimes en octobre 2012, puis de 20 centimes en juillet dernier, et ferait monter le prix des paquets à 7 euros environ.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.