Vente des Rafale à l'Egypte : les avions seront fabriqués en France

D'un montant de l'ordre de 5 milliards d'euros, le contrat prévoit la fourniture de 24 Rafale ainsi qu'une frégate et des équipements associés. Cela fait près de 15 ans que Dassault aviation attendait ce premier contrat à l'export. Un succès important sur le plan économique.

(Assemblage de Rafale à Mérignac près de Bordeaux © MAXPPP)

A LIRE AUSSI ►►► Rafale : un premier contrat de vente signé lundi au Caire

Ce contrat avec l'Egypte, c'est une excellente nouvelle pour l'ensemble de la filière aéronautique militaire française. Car le Rafale fait vivre pas moins de 7000 salariés. Ceux de Dassault aviation bien sûr. Mais aussi ceux de Thales, de Safran et des 500 entreprises sous-traitantes.

Jusqu'ici, leur travail était garanti jusqu'en 2018, date des dernières livraisons programmées pour l'armée de l'Air française. La vente de 24 Rafale à l'étranger va donc pérenniser l'activité pendant au moins deux années supplémentaires. D'autant que, selon nos informations, ces avions continueront d'être fabriqués intégralement sur le sol français. Autrement dit en grande partie sur les sites de Dassault Aviation: Mérignac, Martignas-sur-Jalle et  Biarritz.  

Décrocher un premier contrat à l'export, c'est aussi important pour l'avenir de Dassault aviation. Non pas que ce contrat soit vital pour son activité. L'entreprise réalise aujourd'hui 75% de son chiffre d'affaire grâce au Falcon. Mais parce que cette vente, affirme un expert, pourrait avoir un effet déclencheur pour d'autres pays de la région. Le Qatar, par exemple, ou bien les Emirats arabes unis.