Une inflation historiquement basse en novembre

L'inflation en France a ralenti en novembre, atteignant le niveau extrêmement bas de 0,3% sur un an. L'indicateur d'inflation "sous-jacente" (hors effets conjoncturels) est même négatif pour la première fois depuis sa création en 1990.

(les prix des produits frais ont diminué légèrement en novembre 2014 (-0,5%; +0,9% sur un an), constate l'Insee. © Maxppp)

Faut-il s'en réjouir ou s'en inquiéter ? En novembre, les prix à la consommation ont baissé de 0,2%, après être restés stables en octobre. Cette baisse est due au recul saisonnier des prix de certains services et à un nouveau recul des prix des produits manufacturés et des prix de l'énergie, précise l'Insee.

La baisse des services (-0,1% en novembre) dépend en grande partie du recul saisonnier des prix des transports aériens de voyageurs (-5,5%).  Les produits manufacturés sont, eux, en recul de 0,3% sur un mois (1,2% sur un an) ce qui s'explique par les promotions de saison. En effet, les prix de certains biens reculent en novembre de manière saisonnière comme ceux des appareils ménagers et des jouets. Dernier facteur notable de cette baisse mensuelle, les prix pétroliers continuent de chuter : -2,7% en novembre après une baisse d'1,7% en octobre.

(L'inflation repart à la baisse en novembre © Agence IDE)

 

Le fait marquant est à chercher du côté de l'inflation sous-jacente, corrigée des variations saisonnières et débarrassée des phénomènes conjoncturels. Elle est négative pour la toute première fois depuis la création de l'indice en 1990 avec un recul de 0,1% par rapport à octobre 2014 et de 0,2% par rapport à novembre 2013. La donnée est importante car cet indice permet de dégager une tendance de fond de l'évolution des prix. Il traduit l'évolution profonde des coûts de production et la confrontation de l'offre et de la demande, explique l'Insee. Principalement parce qu'il exclut les prix soumis à une intervention de l'Etat (électricité, gaz, tabac...) et les produits à prix volatils (produits pétroliers, produits laitiers, plantes, etc...).

Un risque de déflation

A priori une baisse des prix peut faire sourire les consommateurs. Mais la réalité est plus complexe. Car ce que craignent beaucoup d'économistes c'est que cette baisse des prix entraîne un cercle vicieux de recul des dépenses (le consommateur estimant que les prix continueront de baisser et qu'il aura tout intêret à acheter plus tard) et d'investissement.

Au terme de ce cercle vicieux, la déflation. La déflation intervient lorsque les prix commencent à baisser de manière importante, persistante et durable, notamment faute de croissance. Une croissance difficile à ranimer lorsque la consommation est en berne et que les carnets de commandes des entreprises se vident.