Cet article date de plus de neuf ans.

Une baisse du taux du livret A évoquée par Moscovici

Le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici n'a pas exclu une baisse du taux du livret A, actuellement fixé à 2,25%. Mais il attend avant tout la publication des chiffres de l'inflation et la recommandation du gouverneur de la Banque sde France. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici n'exclue pas une baisse du taux du livret A, même s'il ajoute qu'il faudra "tenir compte du pouvoir d'achat" des Français, dans une entretien aux Echos.  (MIGUEL MEDINA / AFP)

Le taux du livret A est actuellement de 2,25%. Mais le produit d'épargne favori des Français pourrait prendre du plomb dans l'aile. Le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici n'a pas écarté une baisse du taux de rémunération du livret, dans un entretien accordé aux Echos, vendredi 4 janvier. Avant de se prononcer, il attend toutefois la recommandation du gouverneur de la Banque de France, qui accompagne traditionnellement la publication du chiffre de l'inflation, mi-janvier. 

Le ralentissement de l'inflation a atteint 1,3% hors tabac sur douze mois. S'il est confirmé en décembre, cela devrait entraîner en théorie une baisse de la rémunération du livret A d'au moins 0,5%. Et le mode de calcul sera bien respecté, annonce Pierre Moscovici : "La règle ne changera pas même s'il faut tenir compte du pouvoir d'achat".  Le taux descendra-t-il sous les 2% ? Le ministre corrige aussitôt. "Les Français comprendraient mal qu'il y ait une baisse trop importante des taux."

Dans un article publié il y a quelques jours, Les Echos promettaient pourtant un mois de janvier "fastueux pour le livret A", à la faveur des relèvements de plafond décidés par le gouvernement. Celui-ci est passé de 19 125 à 22 950 euros au 1er janvier, ce qui pourrait doper les dépôts bancaires. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.