VIDEO. Un TGV Nice-Paris arrive avec 11h de retard, après une nuit de galère

Plus de 2 000 passagers ont été bloqués plusieurs heures après un probable acte de malveillance visant une caténaire.

FRANCE 2

Nuit de galère pour des centaines de passagers SNCF. Un TGV reliant Nice à Paris est arrivé en gare de Lyon, dimanche 15 juin, avec plus de onze heures de retard. "C'est honteux. Je n'ai jamais vu ça de ma vie", témoigne l'une d'entre eux à l'arrivée.

Tout commence à 17h30 en gare de Nice (Alpes-Maritimes). Le TGV quitte la Côte d'Azur, direction Paris. Le train est censé arriver 6 heures plus tard. Mais à 19 heures, il est stoppé net en gare de Carnoules, près de Toulon (Var). En cause, une rupture de caténaire, probablement causée par un acte de malveillance. Un autre train circulant en sens inverse est lui aussi immobilisé à ce niveau.

"On nous a dit que ça allait durer 30 minutes"

Une fois les trains arrêtés, les passagers sont autorisés à sortir sur le quai. L'exaspération se fait vite sentir. A 00h30, la SNCF décide finalement de refaire partir les deux trains vers Nice. "Dès qu'on s'est arrêté on nous a dit que ça allait durer 30 minutes. Et puis ça a duré 5 heures", dénonce un passager. 

Une fois de retour à Nice, certains abandonnent en vont se coucher. D'autres continuent leur périple et changent de train. Le nouveau TGV mis à disposition par la SNCF repart vers la capitale à 3 heures du matin. Au total, les voyageurs de ce Nice-Paris chaotique ont mis 17 heures pour arriver, au lieu de six.

La SNCF propose aux passagers lésés de leur rembourser le prix du billet à 200%, même lorsqu'il s'agit d'un billet théoriquement "non échangeable, non remboursable", relate France 3 Côte d'Azur. Par ailleurs, elle annonce son intention de porter plainte à la suite de cet acte de malveillance :"2 300 voyageurs immobilisés, ça n'est juste pas acceptable."

Des passagers du Nice-Paris arrivé avec 11 heures de retard en gare de Lyon sont accueillis par un agent SNCF, le 15 juin 2014.
Des passagers du Nice-Paris arrivé avec 11 heures de retard en gare de Lyon sont accueillis par un agent SNCF, le 15 juin 2014. (FRED DUFOUR / AFP)