Bus attaqué à Orly : le parquet cherche toujours des preuves d'un enlèvement

Samedi soir, le parquet de Créteil indique que l'enlèvement n'est qu'une hypothèse, car les témoignages ne sont pas assez solides et les témoins sont peu nombreux pour le moment.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Orly (Val-de-Marne). (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Le parquet de Créteil est à la recherche de preuves ou témoignages solides attestant d'un enlèvement à bord d'un bus jeudi 3 septembre à Orly (Val-de-Marne), a appris samedi 5 septembre franceinfo auprès du parquet. Une enquête a été ouverte pour violences et dégradations, les investigations portent également sur une suspicion d'enlèvement.

Les faits ont eu lieu jeudi soir à 19h30, un bus a été attaqué par une vingtaine de jeunes, a confirmé le parquet. Selon une source proche de l'enquête a précisé à franceinfo que plusieurs individus, le visage dissimulé, se sont placés devant le bus de la société Kéolis. Ils ont tenté de monter à bord mais le chauffeur a refusé de les laisser faire. Une vitre sur le côté du bus a été brisée, sans faire de blessé. Le bus a repris sa route mais une voiture s'est mise en travers de son chemin. Quatre personnes ont pu y monter pour chercher deux ou trois passagers. Selon une source proche, l’un des passagers a été emmené de force dans cette voiture qui a pris la fuite.

Aucune plainte pour enlèvement déposée 

Samedi soir, le parquet de Créteil indique que l'enlèvement n'est qu'une hypothèse, car les témoignages ne sont pas assez solides et les témoins sont peu nombreux pour le moment. Des passagers doivent encore être identifiés. Aucune plainte n'a été déposée pour enlèvement, aucune disparition signalée.

Les bandes-vidéo du bus ont été demandées par les enquêteurs. La société Kéolis indique avoir transmis les images de vidéo-surveillance à la SDPJ, la sous-direction de la police judiciaire du Val-de-Marne chargée de l’enquête.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.