Un TGV et ses passagers arrêtés en Bourgogne pour de la nourriture avariée

Le train a été immobilisé à cause d'une odeur de gaz. Les voyageurs ont été évacués. Une fois l'incident terminé, ils ont pu repartir, mais avec plus de deux heures de retard.

Un TGV circule sur une voie le 15 mai 2015.
Un TGV circule sur une voie le 15 mai 2015. (MAXPPP)

Une drôle d'odeur et une grosse frayeur. Un TGV qui reliait Bruxelles à Marseille a été arrêté en rase campagne, vendredi 2 octobre en début d'après-midi, à cause d'un effluve étrange qui se répandait dans les wagons. Après des plaintes de voyageurs disant sentir des émanations de gaz, le train a été immobilisé en pleine voie à hauteur de Vaumort, un village de l'Yonne, près de Sens. Et, par précaution, ses passagers ont été évacués. Certains ont tweeté leur mésaventure, assis au soleil, sur le talus, au bord des rails.

Intervention des démineurs

Les services de secours du département ont été alertés. Des pompiers spécialistes des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques ont été dépêchés sur place, de même qu'une équipe de démineurs. Et les voyageurs inquiets, qui avaient déjà dû laisser leurs bagages dans les wagons, ont été priés de s'éloigner de l'arrière du train, d'où venait l'odeur suspecte, pour les laisser intervenir.

"Un colis de viande très odorante"

L'intervention des secours a permis d'écarter tout risque. Et surtout de découvrir l'origine et la nature exactes de ces relents fétides : un passager transportait dans ses bagages des aliments fermentés, notamment un "colis de viande très odorante", a précisé un porte-parole de la SNCF.

Les passagers ont pu regagner leurs wagons et le train est reparti avec deux heures et quinze minutes de retard, selon la compagnie.