Transports en Ile-de-France : le gouvernement se dit prêt à "travailler" avec Valérie Pécresse pour éviter une hausse des prix

"C'est un dossier suivi à très haut niveau, par la Première ministre, les ministres concernés", a souligné lundi Gabriel Attal, le ministre des Comptes publics.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans un wagon de la ligne 7 du métro parisien, le 13 octobre 2022. (PATRICK COCKPIT / HANS LUCAS / AFP)

Emprunter les transports va-t-il coûter nettement plus cher ? S'il refuse d'être le "tiroir-caisse" d'Ile-de-France Mobilités (IDFM), l'Etat est néanmoins prêt à "travailler" avec l'autorité organisatrice des transports pour l'aider à boucler son budget 2023 et éviter une hausse brutale du prix des abonnements, a déclaré le ministre des Comptes publics, lundi 5 décembre.

"Il y a un besoin de financement pour IDFM", a reconnu Gabriel Attal sur BFMTV-RMC, alors que la présidente de l'institution, Valérie Pécresse, doit trouver 450 millions d'euros d'ici au conseil d'administration de mercredi pour équilibrer le budget 2023.

Vers un pass Navigo à 90 euros ?

"C'est un dossier suivi à très haut niveau par la Première ministre, les ministres concernés. On va continuer à travailler avec elle [Valérie Pécresse] pour trouver des solutions, pour l'aider", a assuré Gabriel Attal. "Mais il faut qu'elle nous aide à l'aider, en regardant les autres possibilités" que la hausse du forfait mensuel Navigo pour boucler le budget 2023, contraint par l'inflation et la flambée des prix de l'énergie.

Actuellement vendu à 75,20 euros par mois, le tarif du pass Navigo pourrait passer à 90 euros, et celui du ticket de métro unitaire de 1,90 à 2,30 euros si IDFM ne trouve pas de nouvelles sources de financement. Une éventuelle hausse de 20% que Valérie Pécresse a déjà jugée "inacceptable".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.