Transports en Île-de-France : la région et des associations d'usagers lancent une pétition commune pour faire payer l'État

Le 8 juillet dernier, Île-de-France mobilités, l'autorité organisatrice des transports de la région, s'est déclarée en cessation de paiements, estimant ne plus être en capacité de payer la SNCF et la RATP

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des usagers attendent le métro, le 11 mai 2020 à Paris (photo d'illustration). (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

La région Île-de-France et une quinzaine d'associations d'usagers des transports en commun ont lancé jeudi 16 juillet une pétition : "Pertes de recettes des transports IDF : ce n’est pas aux usagers de payer mais à l’État". La perte de recette, liée à l'épidémie de Covid-19, est estimée à 2,6 milliards d'euros, affirme la région Île-de-France, principale signataire de la pétition. 

"Nos transports publics sont donc en péril. (...) L'urgence est réelle" pour les cinq millions d'utilisateurs quotidiens du réseau francilien, alerte la Région. Un dossier qui a pris une tournure très politique avec la menace d'un arrêt des transports en commun franciliens dès cet été. Le gouvernement propose pour le moment 425 millions d'euros. Un montant largement insuffisant, selon Stéphane Beaudet, vice-président de la région Île-de-France chargé des transports : "Pour le seul mois de juillet, c'est 400 millions d'euros que nous devrions donner à la SNCF et RATP."

Le 8 juillet dernier, Île-de-France mobilités s'est déclarée en cessation de paiements, estimant ne plus être en capacité de payer la SNCF et la RATP. Elle a refusé de reporter le manque à gagner sur les abonnements, synonyme d'une augmentation de 20 euros par mois pour les usagers pendant cinq ans, selon ses estimations. À la mi-journée vendredi, près de 500 personnes avaient signé la pétition.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.