Cet article date de plus de quatre ans.

Une rémunération par trajet évité : l'Ile-de-France va tester le tout premier "péage positif"

À partir du mois d'avril, les automobilistes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) qui ne circuleront pas aux heures de pointe recevront deux euros par trajet évité.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un embouteillage à Paris, en décembre 2013. (Photo d'illustration) (THOMAS SAMSON / AFP)

A partir du mois d'avril, les automobilistes de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, vont tester le tout premier "péage positif" de France, indique France Bleu Paris, vendredi 24 mars. Concrètement, il s'agit de récompenser les conducteurs qui ne circuleront pas aux heures de pointe en les rémunérant deux euros par trajet évité.

L'expérimentation menée par la société Egis doit durer deux mois dans le quartier du Trapèze. L'opération est financée par la Société du Grand Paris à la recherche de solutions innovantes pour réduire les embouteillages que va générer le chantier du Grand Paris Express. L'entreprise Egis va donc recruter des participants via les entreprises du secteur et équiper leurs voitures de boîtiers géolocalisés.

Aux Pays-Bas, 5 à 10% d'embouteillages en moins

Aux Pays-Bas, ce programme existe depuis 2008. Il a permis de réduire de 5 à 10% les embouteillages à Rotterdam, selon Héline Mikielski, chargée de projets mobilité chez Egis.

Pour y arriver, les automobilistes ont décalé leurs horaires, opté pour le télétravail ou encore le covoiturage. Cela suppose que les entreprises jouent le jeu en permettant à leurs salariés de travailler différemment.

Si l'expérience à Boulogne-Billancourt s'avère concluante, elle pourra être testée dans d'autres villes de la région parisienne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Trafic

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.