Cet article date de plus d'un an.

Montpellier : la police saisit quinze tonnes de marchandises destinées à un "marché sauvage" nocturne

La majorité des produits saisis, des fruits et légumes pour la plupart, ont été donnés à la Croix Rouge et à la Banque Alimentaire qui les reverseront à leurs bénéficiaires.

Article rédigé par
Avec France Bleu Hérault - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les halles des quatre saisons situées dans le quartier populaire de la Mosson à Montpellier (Hérault). (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Les forces de l'ordre ont interpellé quatre personnes et saisi quinze tonnes de denrées, essentiellement alimentaires, samedi 22 août, dans la matinée, dans le quartier de la Mosson, à Montpellier (Hérault), pour mettre fin à l'existence d'un marché illégal de marchandises, essentiellement alimentaires, rapporte France Bleu Hérault.

Les marchandises saisies étaient destinées à un marché illégal, qui se déroule la nuit, selon les autorités. Sous le contrôle du procureur de la République, les policiers, mobilisés durant plus de trois heures, ont également mis la main sur deux camions illégaux, dont au moins un immatriculé en Espagne.

Les aliments donnés à la Croix Rouge et la Banque Alimentaire

À l’exception de quelques produits impropres à la consommation, qui ont été détruits, toutes les autres denrées, des fruits et légumes pour la plupart, ont été données à la Croix Rouge et à la Banque Alimentaire, pour être redistribuées à leurs bénéficiaires. Les services de l’État, et notamment de la Direction départementale de la protection de la population (DDPP), ont été chargés de vérifier les produits en question.

"Ce marché est illégal et constitue une concurrence inacceptable pour les commerçants en règle du quartier et des Halles dont le chiffre d’affaires est durement affecté, a réagi le maire de Montpellier, Michaël Delafosse. De plus, il n’est pas contrôlé par les services sanitaires et fait courir un risque hygiénique important aux clients très largement issus du quartier de la Mosson. Les populations issues de quartiers populaires ont droit à la sécurité sanitaire au même titre que l’ensemble des Montpelliéraines et des Montpelliérains. Ce ne sont pas ceux qui enfreignent la loi qui font la règle", a défendu l'élu PS.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Trafic

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.