Itinéraires bis : les riverains luttent contre les applications

Face au succès des applications d'itinéraires bis pour éviter les bouchons, des petites villes sont envahies par les automobilistes aux heures de pointe.

FRANCE 2

Échapper aux bouchons, voilà le défi quotidien de millions d'automobilistes. Google, Tomtom, Coyote, Garmin et surtout Waze ont rapidement saisi l'ampleur du marché. Ces applications font gagner du temps aux voitures, mais font perdre patience à de nombreux riverains. Car chaque jour, des petites routes sont prises d'assaut aux heures de pointe. Un enfer pour certains. La maison de Thierry, par exemple, borde une route communale, un itinéraire bis pour éviter les bouchons d'une nationale. La principale nuisance est l'augmentation de risque d'accident.

La lutte des municipalités

Certaines communes contre-attaquent. Lieusaint (Seine-et-Marne), près de Paris, une ville de 13 000 habitants, accueille chaque jour un cortège bruyant et polluant. Elle borde la Francillienne, un axe très fréquenté. Pour éviter les bouchons, les GPS dévient le trafic au milieu des lotissements. Mais le maire a pris des mesures : deux rues en sens interdit et un feu pour rallonger le raccourci des GPS.

Le maire souhaite désormais que les applications limitent les déviations vers sa commune. Mais le leader du secteur refuse de se prononcer sur les cas particuliers. Waze a mis en place un programme d'échange avec 35 communes partenaires qui partagent leurs informations sur l'état des routes. Mais les petits chemins seraient la clé du succès. L'application compte aujourd'hui plus de 100 millions d'utilisateurs dans le monde. L'application n'a pas fini de bloquer les routes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des automobilistes sont coincés dans les bouchons sur l\'autoroute A7 au niveau de Vienne (Isère), le 4 août 2018.
Des automobilistes sont coincés dans les bouchons sur l'autoroute A7 au niveau de Vienne (Isère), le 4 août 2018. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)